DE | FR
En refusant samedi de porter un maillot du PSG comportant un flocage arc-en-ciel, Idrissa Gueye a déclenché une vague de protestations en France et en Europe.
En refusant samedi de porter un maillot du PSG comportant un flocage arc-en-ciel, Idrissa Gueye a déclenché une vague de protestations en France et en Europe.

Dans le pays d'Idrissa Gueye, l'homosexualité mène en prison

Le footballeur du PSG, qui a refusé de défendre les droits des gays lors d'un match de championnat samedi, vient du Sénégal, un pays très sévère à l'égard des homosexuels.
17.05.2022, 18:5518.05.2022, 11:41
Suivez-moi

En refusant samedi de porter un maillot du PSG comportant un flocage arc-en-ciel, synonyme de soutien à la lutte contre l’homophobie, Idrissa Gueye a déclenché une vague de protestations en France et en Europe. Mais pas au Sénégal, où le débat s'est déplacé sur le terrain de la liberté d'expression. «Il a le droit le plus absolu de ne pas porter un maillot sur lequel sont inscrits des symboles dont il ne souhaite pas faire la promotion», a tenu à rappeler Mary Teuw Niane, ancien ministre de l'Education et ancien recteur.

Même le président de la République du Sénégal, Macky Sall, a apporté son soutien au joueur: «Ses convictions religieuses doivent être respectées», a-t-il notamment tweeté.

Pour comprendre «l'affaire Idrissa Gueye» plutôt que la juger, pour savoir pourquoi le footballeur se retrouve depuis samedi «entre le marteau et l'enclume», selon l'analyse d'un confrère africain, il faut s'intéresser à la question de l'homosexualité au Sénégal, le pays dans lequel le footballeur est né, il y a 32 ans, et dont il a déjà défendu les couleurs à 90 reprises en sélection nationale.

Face au Luxembourg en 2018.
Face au Luxembourg en 2018.

L'Etat africain réprimande sévèrement «l'homosexualité». Un terme dont il ne fait d'ailleurs jamais mention, préférant évoquer un «acte contre-nature avec un individu de son sexe». L’article 319 du Code pénal punit cet acte d’un à cinq ans d’emprisonnement. Pour certains, c'est encore insuffisant. L'an dernier, un collectif soutenu par le rassemblement islamique du Sénégal entendait demander que l’homosexualité soit criminalisée dans ce pays très majoritairement musulman. La peine de prison passerait alors de cinq à dix ans.

«Les homosexuels sont considérés comme des animaux qui n'ont pas le droit de vivre (...) Ce sont des personnes à abattre»
Djamil Bangoura, défenseur de la cause LGBT au Sénégal, cité par France TV en 2021.

Au pays, des vies sont brisées. Un ami sénégalais nous raconte l'histoire d'un homme qu'il a bien connu dans sa jeunesse et dont il a gardé un douloureux souvenir. «C'était un copain qui, comme beaucoup d'homosexuels dans mon pays, se cachait derrière une façade, une vie de famille bien rangée avec femme et enfants. Un jour, il a été surpris avec un homme. Il a été couvert d'opprobre. Il a déprimé, sombré. Il en est mort

Plusieurs fois par an, lorsqu'il se rend au pays pour défendre sa sélection nationale, Idrissa Gueye revient dans cette société que notre ami cité précédemment juge «hypocrite, car elle tolère l'homosexualité tant qu'elle n'est pas trop visible».

Le mot

«Góor-jigéen»
Littéralement «homme-femme» en langue wolof. L’expression est devenue synonyme d’homosexuel masculin. Elle est aujourd’hui le plus souvent utilisée comme une injure au Sénégal.

Le footballeur, dont on ne connaît pas la position sur le fond du sujet, puisqu'il ne s'y est jamais exprimé, retrouve en Afrique de l'Ouest une famille et des amis qui pourraient potentiellement être en danger s'il choisissait de mener un combat pour la cause LGBT en France. Sa carrière serait elle aussi menacée. «Il risquerait très gros. Le public condamnerait moralement sa position et il perdrait son soutien. J'en suis convaincu. Dans cette histoire, son avenir est en jeu», nous confirme un journaliste sénégalais fan de football.

Or, le public attend souvent d'un sportif, a fortiori quand il est aussi connu et médiatisé que Gueye, qu'il prenne position sur des sujets de société, même quand ils sont très éloignés de son champ d'action professionnel. De nombreux athlètes russes l'ont appris à leurs dépens après l'invasion de l'Ukraine par les troupes de Vladimir Poutine. Ceux qui ne se sont pas exprimés publiquement contre le conflit, peu importe la raison, ont été durement critiqués.

Idrissa Gueye a lui aussi fait le choix de ne pas porter un message, et c'est son droit, explique en substance Gorgui Wade Ndoye, journaliste sénégalais installé à Genève. «Est-ce qu'un individu peut encore choisir ses combats? Idrissa Gueye a-t-il insulté le moindre homosexuel?», interroge-t-il de façon rhétorique.

Notre confrère fait aussi remarquer que jusqu'à preuve du contraire, «aucun Noir ne s'est levé pour imposer à un chef d'Etat occidental, ou à un footballeur Blanc occidental, de marcher en faveur de ses droits fondamentaux».

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Challenge League, ce traquenard qui punit les équipes arrogantes
La 2e division suisse est rugueuse, serrée et peu glamour. Rien n'y est facile, même quand on a un riche propriétaire et une bonne équipe comme Lausanne. «Si tu descends avec l’idée que ce sera simple, tu te feras avoir pas mal de fois», prévient Raphaël Nuzzolo.

Laurent Walthert a disputé 254 matchs de Challenge League (CL). L'ex-gardien de Xamax en a acquis une certitude: «Le danger principal, c’est de se voir trop beau. De se prendre pour un joueur de Super League alors qu’on ne l’est pas, ou plus. Ce n'est pas parce que vous avez joué plusieurs saisons en première division que vous allez pouvoir faire moins, parce que vous prenez le risque de rentrer dans le rang, et d’être en difficulté.»

L’article