DE | FR
Même si Andy Murray est apparu quelque peu amusé par la situation, celui-ci a quand même insisté pour que son public l'aide au moins à retrouver son alliance.
Même si Andy Murray est apparu quelque peu amusé par la situation, celui-ci a quand même insisté pour que son public l'aide au moins à retrouver son alliance.
Image: instagram
People

Andy Murray veut qu'on lui rende ses chaussures... et son alliance

Le joueur de tennis a fait une demande insolite sur ses réseaux sociaux. Il veut qu'on lui rende son alliance, dérobée en même temps que ses chaussures de tennis, alors qu'il se préparait à un match des plus importants.
07.10.2021, 15:3707.10.2021, 16:50

A la base, il ne s'agissait que d'une histoire de séchage de chaussures malodorantes. Cette tentative a finalement pris une toute autre ampleur.

Mercredi soir, alors que l'ex numéro 1 mondial se préparait à jouer au tournoi d'Indian Wells pour la première fois depuis 2017, ses baskets, laissées sous une voiture le temps qu'elles sèchent, ont disparu. Problème, son alliance qu'il attache généralement à ses lacets pour s'entraîner, s'est également faite dérober.

«Ma bague de mariage a aussi été volée donc autant vous dire que je suis dans de beaux draps à la maison»
Andy Murray

Même si Andy Murray est apparu quelque peu amusé par la situation, celui-ci a quand même insisté pour que son public l'aide au moins à retrouver son alliance.

Pour son équipement, le célèbre sportif s'est débrouillé comme il pouvait: «J'ai dû aller au magasin le plus proche pour racheter des chaussures, qui sont un peu différentes de mes chaussures habituelles, ce qui n'est pas idéal», a ajouté le Britannique. (ats/mndl)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

«L'échec de Zurich montre qu'Extinction Rebellion a peu d'avenir en Suisse»

Extinction Rebellion l'avait annoncé en grande pompe, ils voulaient bloquer Zurich pour forcer la main du Conseil fédéral sur les questions climatiques. Mais à peine quelques centaines de personnes, principalement romandes, se sont mobilisées. Autopsie de ce qui ressemble, pour le moment, à un échec.

«Intimidante et historiquement sans précédent». Voilà les mots choisis en juin dernier par Extinction Rebellion pour présenter sa volonté de paralyser Zurich dès le 4 octobre. L'objectif? Obliger le Conseil fédéral à déclarer l'état d'urgence climatique. Au soir du troisième jour, force est de constater que, pour l'instant, leur action n'a pas le succès espéré. Nos Sept sages n'ont absolument pas bronché et la mobilisation n'est pas celle à laquelle on pouvait s'attendre.

A la veille du blocage, …

Lire l’article
Link zum Artikel