DE | FR
Daniil Medvedev a gagné la finale de l'US Open en battant Novak Djokovic en trois sets 6-4 6-4 6-4.
Daniil Medvedev a gagné la finale de l'US Open en battant Novak Djokovic en trois sets 6-4 6-4 6-4. Image: keystone

Daniil Medvedev gagne l'US Open et prive Djokovic du Grand Chelem

Le Russe a battu Novak Djokovic en finale de l'US Open en trois manches 6-4 6-4 6-4, dans la nuit de dimanche à lundi. Le Serbe ne gagnera donc pas un 4e titre majeur cette année. Son compteur reste à 20 sacres, comme Roger Federer et Rafael Nadal.
13.09.2021, 01:0413.09.2021, 09:37
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Daniil Medvedev (no 2) a brisé les rêves de grandeur de Novak Djokovic (no 1), dimanche en finale de l'US Open.

Vainqueur en trois manches 6-4 6-4 6-4 en 2h15', le Russe de 25 ans a cueilli son premier trophée majeur, tout en privant le Serbe d'un historique Grand Chelem calendaire.

Trop de pression pour le numéro 1 mondial

La pression était probablement trop grande sur les épaules de Novak Djokovic (34 ans), qui reste donc à hauteur de Roger Federer et Rafael Nadal avec 20 Majeurs à son palmarès.

Le no 1 mondial n'a jamais pu vraiment l'évacuer dans un match qui était sans doute le plus important de son impressionnante carrière. Les statistiques sont d'ailleurs éloquentes: Nole a commis pas moins de 38 fautes directes dans cette finale, pour seulement 27 coups gagnants. Il n'a en outre passé que 54% de premières balles de service, alors qu'il était à 64% de moyenne dans ses six premiers matches de la quinzaine.

Medvedev en patron

Sacré à Melbourne - où il avait donné la leçon à Daniil Medvedev en finale -, à Roland-Garros - où il avait remonté un handicap de deux sets face à Stefanos Tsitsipas en finale - puis à Wimbledon cette année, Novak Djokovic n'est jamais véritablement rentré dans cette finale. Daniil Medvedev l'a, quant à lui, abordée en patron. Le Russe, qui avait subi la loi de Rafael Nadal en cinq sets, en 2019 à Flushing Meadows, pour sa première finale majeure, a signé le break d'entrée en profitant de la nervosité bien légitime de son adversaire. Il a ensuite servi le plomb, avec 8 aces et 100% de points gagnés derrière sa première balle dans la manche initiale.

Les larmes de Djokovic

Novak Djokovic a eu sa chance à l'entame du deuxième set. Mais il n'est parvenu à convertir aucune des cinq balles de break dont il a bénéficié sur ses deux premiers jeux de retour. Et il n'a pu masquer sa frustration dans le quatrième jeu, fracassant sa raquette pour écoper d'un avertissement.

Le Serbe s'est alors à nouveau crispé, cédant son propre service dans la foulée pour retomber dans ses travers. De plus en plus solide et relâché, Daniil Medvedev a signé un nouveau break dans la foulée pour prendre un ascendant définitif.

Le Russe a, forcément, tremblé au moment de conclure. Le vainqueur du Masters 2020 a ainsi commis deux doubles fautes consécutives à 5-2, dont une sur une balle de match. Mais il a su maîtriser ses nerfs à 5-4, concluant sur sa troisième balle de match, juste après avoir commis une nouvelle double faute, alors que Novak Djokovic avait fondu en larmes au changement de côté précédent... (ats/yog)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Rhubarbe, le chien qui adore la moto

1 / 10
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Il volait», «il pleurait». Roger Federer raconté par ses collègues
L'émotion tout juste dissipée, de nombreux joueurs et coachs ont raconté leurs souvenirs avec le Maître. Certains se sont même laissés aller à quelques confidences. Florilège.

Le monde entier attendait son message à Roger Federer. Novak Djokovic y a mis le temps car, écrit-il sur Instagram, «ce jour est dur à vivre et c'est dur de trouver les mots pour décrire tout ce que nous avons partagé dans ce sport. De revenir sur plus d'une décennie de moments incroyables et de batailles».

L’article