DE | FR
Romelu Lukaku, incrédule face à la VAR et l'annulation de sa réussite à la 87<sup>e </sup>minute.
Romelu Lukaku, incrédule face à la VAR et l'annulation de sa réussite à la 87e minute.
Image: Keystone

La Belgique a vécu un nouveau traumatisme face à la France

Eliminés en demi-finale du Mondial 2018 par les Bleus, les Belges pensaient tenir leur revanche, hier soir en demi-finale de la Ligue des nations. Mais ils ont tout perdu à la 91e minute (2-3).
07.10.2021, 23:0508.10.2021, 17:20
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

La Belgique menait 2-0 (réussites de Carrasco et Lukaku) à la mi-temps contre la France et semblait tenir sa qualification pour la finale de la Ligue des nations contre l'Espagne. Mais elle a ensuite été punie pour avoir refusé de jouer, encaissant un premier but à la 62e (Benzema), un deuxième à la 69e (Mbappé) et un troisième à la 91e (Theo Hernandez).

L'instant qui fait basculer la rencontre: Theo Hernandez arme une frappe du pied gauche qui termine dans les filets de Thibaut Courtois pour le 3-2 des Tricolores.
L'instant qui fait basculer la rencontre: Theo Hernandez arme une frappe du pied gauche qui termine dans les filets de Thibaut Courtois pour le 3-2 des Tricolores.
Image: EPA ANSA

Romelu Lukaku pensait pourtant avoir inscrit le but de la victoire à la 87e mais son but avait été annulé pour une position de hors-jeu de quelques centimètres observée à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR).

Cette défaite, cruelle mais pas illogique compte tenu des manquements affichés par les Belges au retour des vestiaires, va raviver chez eux le douloureux souvenir de la demi-finale du Mondial russe en 2018. Les coéquipiers de Lukaku n'ont jamais digéré leur élimination (0-1) contre la France ce soir-là, au terme d'un match verrouillé par leurs adversaires.

Le but d'Umtiti, le seul de la demi-finale en 2018.
Le but d'Umtiti, le seul de la demi-finale en 2018.
Image: Keystone

Après cette rencontre, Eden Hazard et Thibaut Courtois s'en étaient pris verbalement aux Bleus, les attaquant sur le terrain des sentiments et du jeu. Le premier avait rappelé qu'il préférait «perdre avec la Belgique que gagner avec la France». Le second que les Bleus n'étaient pas meilleurs qu'eux, et que les Belges «avaient perdu contre une équipe qui joue à rien, qui défend».

Depuis cette date, une rivalité marquée est née entre les deux pays, au point que les Belges avaient fêté l'élimination de la France cet été en huitième de finale de l'Euro.

«Tout se passe comme si la France éliminée, la Belgique avait réussi son tournoi», s'était marré le journaliste wallon Bertrand Henne sur la Radio-télévision belge de la Communauté française (RTBF), estimant que l'animosité entre les deux pays se nourrissait «de vieilles racines culturelles et d'une relation très paradoxale avec la France».

En réalité, cette relation est assez semblable à celle que la Suisse entretient avec la France. En Belgique comme chez nous, la partie francophone du pays se plaint de la supériorité affichée par le grand voisin sans toutefois lui tourner le dos, puisqu'elle reste influencée par ses tendances et ses médias. Bertrand Henne va même plus loin: «Le Belge francophone est obnubilé par les médias français, comme un lapin pris dans les phares d’une voiture».

Certains Romands se reconnaîtront peut-être dans les témoignages de Christophe Franken, chef du foot à La Dernière Heure («le petit frère belge veut impressionner son grand frère qui est la France») et de Sacha Tavolieri, journaliste cité par Foot Mercato:

«Il y a de la part de la Belgique une grande rivalité, parfois ça peut se traduire par un complexe d’infériorité, et parfois, c’est surtout que les Belges vivent mal le fait de vivre à côté d’un pays plus grand, un peu supérieur, qui a évidemment une autre histoire. Les Belges ont tendance à dire : "Non on n'est pas anti-Français, ce sont eux qui se prennent trop la tête avec nous. On ne les pense pas plus grands qu’ils ne le sont alors qu'eux ont tendance à penser que le monde tourne autour d’eux"»

Le scénario du match de jeudi, conjugué à la nouvelle défaite amère des Diables rouges, ne devrait pas apaiser les relations entre les supporters des deux camps, qui ont passé une partie du match (puis de la nuit) à se chambrer sur les réseaux sociaux.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

British corner

Cristiano: Le retour de l'enfant prodige d'Old Trafford

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League 2020, décrypte chaque semaine l'actualité du football britannique et vous donne ses bons plans FPL. Présentation de la quatrième journée.

Tous les regards seront braqués sur le stade d'Old Trafford samedi prochain sur le coup des 16 heures. Cristiano Ronaldo, l'enfant chéri de Manchester United, fera son retour en Premier League, douze ans après avoir quitté les Red Devils.

Le retour en Premier League (PL) du deuxième meilleur joueur de la planète est assurément un événement. Le fait qu'il effectue son retour sous le maillot rouge mancunien confère une touche émotionnelle à l'événement... contrairement au transfert du …

Lire l’article
Link zum Artikel