DE | FR
Lionel Messi, right, and PSG president Nasser Al-Al-Khelaifi attend a press conference Wednesday, Aug. 11, 2021 at the Parc des Princes stadium in Paris. Lionel Messi said he's been enjoying his time in Paris

Image: AP

Piques et suppliques, ce qu'il faut retenir de la conférence du PSG

Lionel Messi et Nasser al-Khelaïfi, président du Paris SG, se sont exprimés en mondiovision mercredi matin. Ils ont fait passer des messages.



Lionel Messi a dit mercredi son «immense bonheur» de débarquer au Paris Saint-Germain; mais sans renier sa tristesse de quitter Barcelone, «après toutes ces années», ni son impatience de retrouver les terrains, là où tout lui réapparaît normal et enfantin.

Messi et le dépaysement

L'Argentin a évoqué son intégration à Paris, dans un environnement totalement nouveau, en avouant que c'était un point sensible: «C'est vrai, j'en ai parlé avec Leonardo (ndlr: directeur sportif) avant ma venue, j'espérais que ma famille soit bien et puisse s'adapter rapidement à la ville, au pays. C'est une nouvelle expérience pour nous tous. Je suis prêt. J'ai de l'envie. Mes amis dans le vestiaire vont m'aider. Pochettino aussi (ndlr: l'entraîneur). Nous avons une affinité naturelle car nous sommes tous les deux argentins. Entre nous, tout a marché parfaitement dès le début. Cela a aussi joué un rôle.»

Bild

Mauricio Pochettino.

Messi n'a pas caché que ses amis l'ont convaincu de le rejoindre à Paris: «Neymar, oui, évidemment. J'ai eu des contacts avec certains dans le vestiaire: Ney, Di Maria, Paredes. Tout ceci a influencé, oui.»

Bild

Rencontre «improvisée» cet été à Ibiza avec Neymar, Paredes, Di Maria et Verratti.

Messi et son idée fixe

Sur la question (obsédante) de la Ligue des champions, la Pulga n'a fait aucun mystère sur ses intentions: «Je le dis, mon rêve est de soulever une fois encore le trophée de la Ligue des champions. Je suis venu pour ça. Je ne sais pas si nous sommes favoris mais je pense que j'intègre une équipe complète, aboutie. Je peux encore aider.»

Au PSG, Messi est comme un enfant dans un magasin de jouets: «Je vais jouer avec les meilleurs et, ça, c'est magnifique. Il y a de grands joueurs à tous les postes et des transferts retentissants.»

Bild

Hakimi, Wijnaldum, Messi, ramos et Donnarumma, les recrues estivales du PSG (pour l'instant).

Messi et la Ligue 1

L'Argentin est resté plus mesuré, voire poli, avec le championnat de France: «J'ai suivi la Ligue 1 car j'ai des amis ici. C'est un championnat qui a bien progressé ces dernières années, notamment grâce au PSG. Les adversaires progressent également et veulent battre Paris. Pour moi, ce sera de nouveaux stades, de nouveaux adversaires. Mais je suis très heureux de découvrir ce championnat.»

Messi ne sait pas quand il pourra reprendre la compétition: «Le plus vite possible», a-t-il sourit en gigotant sur sa chaise. Les médias français évoquent un délai de deux semaines.

Messi et le Barça

«Tout le monde sait à quel point j'ai été triste de quitter Barcelone, a reconnu la Pulga. C'était ma maison. C'est dur de partir après tant d'années.»

La perspective d'affronter un jour son ancienne équipe n'a semblé le réjouir qu'à moitié: «Ce serait beau, et en même temps, ce serait bizarre de rejouer chez moi avec un autre maillot.»

Mais Messi ne boude pas. Bien au contraire, il est apparu souriant tout au long de la matinée, calme et affable, un rien dépassé par l'hystérie qu'il traine à sa suite. «En arrivant à Paris, j'ai vu cet énorme enthousiasme. C'était un peu de la folie. Si j'avais besoin de plus pour être heureux, cet accueil me l'a apporté. Là, j'ai hâte de rejoindre mes camardes, j'ai déjà envie de m'entraîner.»

La quête de l'essentiel

A plusieurs reprises durant la conférence presse, Lionel Messi est revenu à l'essentiel, son essentiel: le plaisir de jouer: «Évidemment, j'ai beaucoup changé depuis le début de ma carrière. J'ai plus d'expérience, de vécu. Mais j'ai le même enthousiasme. J'ai gardé ce côté enfant: j'aime jouer, gagner. Je donnerai tout pour le faire et pour garder ce plaisir.»

Bild

Leo Messi salue des supporters dans toute la ville.

Al-Khelaïfi lance des piques

Assis fièrement aux côtés de sa nouvelle recrue, le président du PSG, Nasser al-Khelaïfi, a conservé un flegme de façade. Il a gentiment mouché Kylian Mbappé, dont le contrat expire dans un an: «Kylian voulait une équipe compétitive (ndlr: pour prolonger à Paris). Je crois qu'il ne peut pas en avoir de meilleure. Maintenant, il n'y a plus d'excuse.»

Peut-être n'est-ce qu'une coïncidence, ou un problème avec son abonnement SFR, mais Mbappé est la seule star du PSG à n'avoir pas réagi publiquement au transfert de Messi.

Bild

Avec la même fougue contenue, Nasser al-Khelaïfi a répondu à ses détracteurs, notamment étrangers: oui, il respecte le fair-play financier. Promis-craché. «Je vais dire clairement les choses: nous connaissons les règles du fair-play financier et nous les respecterons toujours. Nous nous sommes réunis avec nos équipes juridiques, financières. Si on le fait (ndlr: le transfert de Messi), c'est qu'on peut le faire. Sinon, on n'aurait pas bougé.»

Le président avait ouvert la séance en anglais, la langue officielle de «l'autre planète» sur laquelle il prétend s'installer: «C'est un jour historique pour Paris, mais aussi pour tout le football mondial. Nous avons de grandes ambitions. Nous sommes fiers de la manière dont nous menons ce projet. Mais nous n'avons encore rien gagné. Tout ceci n'est qu'un point de départ. La venue du meilleur jour du monde doit nous amener à gagner de nombreux trophées.»

Bild

Nasser al-Khelaïfi.

Le discours est resté musclé, rappelant à l'envi que «le PSG n'a encore rien gagné»: «Notre ambition n'a pas changé et tout le monde la connaît. Bien sûr, la venue de Leo nous rapproche de cet objectif. Mais nous n'avons encore rien gagné. Il va falloir progresser, avoir une mentalité de gagnant, une discipline. Nous devons rester calmes, très clames. Et surtout beaucoup travailler.»

Ferveur matinale

Depuis 4 heures du matin, des centaines de personnes étaient amassées devant les portes du Parc des Princes, dans l'espoir d'occuper les meilleures places derrière les barricades et de pouvoir observer Messi de près. Des journalistes ont afflué du monde entier.

Paris Saint-Germain supporters gather outside the Parc des Princes stadium before Lionel Messi's press conference, Wednesday, Aug. 11, 2021 in Paris. Lionel Messi finally signed his eagerly anticipated Paris Saint-Germain contract on Tuesday night to complete the move that confirms the end of a career-long association with Barcelona and sends PSG into a new era. (AP Photo/Rafael Yaghobzadeh)

Le Parc des Princes au petit matin. Image: AP

A 11 h, la foule a pu suivre la conférence de presse en direct sur écran géant. Des «Messi, Messi» aux accents traînants, remplis de piété, raisonnent dans toute la ville depuis mardi matin.

Le show da Fonseca

Invité sur le plateau de PSG TV avant la conférence de presse, Omar da Fonseca y a rivalisé de lyrisme.

Pour ceux qui ne connaissent que sa gouille et ses pubs pour «zebet», da Fonseca est un ancien attaquant argentin, champion de France avec Paris en 1986 et Monaco en 1988, aujourd'hui agent de joueurs et commentateur sur BeIN.

Bild

«Messi ne marche pas. Il réfléchit»

«Messi ne demande pas le ballon, c'est le ballon qui choisit Messi. Il sait qu'entre ses pieds, il sera bien traité»

«Messi sait tout faire. Il peut créer le menu, le mijoter, servir à table, et encore saluer à la sortie»

Rupture de stock

Au Paris Saint Germain, Lionel Messi portera le numéro 30, celui de ses débuts à Barcelone. Les maillots étaient déjà disponibles à la vente mercredi matin à 9 heures, pour environ 160 à 190 francs pièce. Une heure plus tard, il ne restait plus que des modèles femmes et enfants...

Bild

«C'est dans les premiers instants du transfert, quand la joie est irrationnelle, que les ventes flambent»

Un expert du marketing sur Bloomberg TV

Le documentaire insider

PSG TV a filmé les coulisses du transfert

abspielen

Vidéo: YouTube/PSG - Paris Saint-Germain

Plus d'articles sur le sport

FIFA 22 débarque, mais ce jeu peut vite se transformer en enfer

Link zum Artikel

Michael Frey, ce buteur qui pourrait amener la Nati au Qatar

Link zum Artikel

Les fans romands du Barça font le deuil de Messi, et c'est difficile

Link zum Artikel

Daniel Vukovic, ce dur au cœur très tendre que tout le monde aime

Link zum Artikel

Vous n'avez jamais vu jouer Pelé? Eux oui, et ils vous racontent

Link zum Artikel

Un doc plonge dans le cerveau torturé d'une ex-star du tennis

Link zum Artikel

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les 5 chiffres qui disent pourquoi le Barça est grave dans la m****

Le président du FC Barcelone, Joan Laporta, a déballé publiquement la compta de son club lundi, et elle est catastrophique. La preuve en cinq chiffres.

C'est le montant de la dette du club, en euros. Le FC Barcelone doit notamment:

«Nous avons pris des mesures pour résister un an et demi. J'espère que d'ici environ deux ans, l'économie du club sera saine», a avancé Joan Laporta.

Soit la perte financière lors de la saison dernière, alors que l'impact de la crise sanitaire est estimée à 91 millions d'euros.

Le solde négatif de 471 millions contraste avec celui du Real Madrid (-91 millions) et de l'Atlético (-102), relève La Razon. Ces cinq …

Lire l’article
Link zum Artikel