DE | FR
Image: KEYSTONE

Le LS semble au fond du trou mais il a une dernière chance d'en sortir

Transparents sur le terrain de GC, les Vaudois sont condamnés à battre Lucerne dimanche prochain pour espérer sauver leur place en Super League. Voici les données du problème.
24.04.2022, 19:1224.04.2022, 19:28

Lausanne a perdu bien plus qu'un match, LE match qui pouvait tout changer. Battus 3-1 sur la pelouse des Grasshoppers, les Vaudois ont gâché une chance inespérée de revenir à quatre petits points du FC Lucerne, battu 3-0 dans le même temps à Bâle.

Le classement de Super League

Le LS avait pourtant ouvert le score sur un coup franc de Stjepan Kukuruzovic, admirablement tiré en deux temps à la 5e minute. Il a ensuite «pétzouillé», comme on dit en bon vaudois, jusqu'à concéder l'égalisation par Hayao Kawabe à la 37e: le Japonais a bien suivi un penalty de Léo Bonatini repoussé par Thomas Castella.

Le 2-1 est tombé à la 72e sur un autogoal d'Arme Zohouri, au terme d'une action où la défense lausannoise a fait tout faux. Bendeguz Bolla a inscrit le 3-1 dans le temps additionnel.

Dans le jeu, un LS docile

Cette défaite, la 19e d'une saison sinistre, est non moins désespérante dans le contenu: positionné bas, avec une forme de complaisance dans les duels, Lausanne a réussi l'exploit de revigorer un adversaire en plein doute, qui n'avait plus remporté la moindre victoire dans son stade depuis 7 mois!

C'est en cela que la situation du LS peut parfois paraître irrémédiable: chaque progrès décelé au détour d'une réaction fugace est instantanément suivi d'une contre-performance.

Et maintenant

Lausanne et Lucerne suivent actuellement la même courbe de performance: ils restent sur 2 victoires, 2 nuls et 2 défaites. A cinq journées de la fin, leur calendrier respectif semble relativement équilibré mais c'est là une notion très abstraite puisque, à quelques accessits près, la plupart des équipes n'a plus rien à gagner. Que restera-t-il de leur motivation, pour ne pas employer des grands mots tels que envie ou conscience professionnelle?

Lausanne:

  • 🚌 Va à Lucerne (dimanche 1er mai à 16 h 30)
  • 🏠 Reçoit Bâle (dimanche 8 mai à 16 h 30)
  • 🚌 Va à Zurich (jeudi 12 mai à 20 h 30)
  • 🏠 Reçoit Sion (jeudi 19 mai à 20 h 30)
  • 🚌 Va à Saint-Gall (dimanche 22 mai à 16 h 30)

Lucerne:

  • 🏠 Reçoit Lausanne (dimanche 1er mai à 16 h 30)
  • 🏠 Reçoit Servette (dimanche 8 mai à 16 h 30)
  • 🚌 Va à Sion (mercredi 11 mai à 20 h 30)
  • 🏠 Reçoit Young-Boys (jeudi 19 mai à 20 h 30)
  • 🚌 Va à Zurich (dimanche 22 mai à 16 h 30)

Dans la dynamique, avantage Lucerne

Précisons qu'à Bâle, ce dimanche, Lucerne a joué de malchance. Crucifié par un doublé du capitaine Valentin Stocker, un Lucernois pur jus, l'équipe de Mario Frick s'est heurtée à un Heinz Lindner des grands jours. Le gardien autrichien a multiplié les parades face à une équipe qui ne méritait absolument pas de perdre 3-0. (ats/chd)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Renoncer au Mondial pour un accouchement: louable ou indéfendable?
Roman Josi ne disputera pas le Championnat du monde de hockey, qui débute ce samedi pour la Suisse (15h20 contre l'Italie), car sa femme attend leur deuxième enfant. Une décision que son équipe accepte mais que d'autres fustigent.

On a appris jeudi que Roman Josi, l'un des meilleurs joueurs de l'équipe de Suisse, ne prendrait pas l'avion pour le Championnat du monde en Finlande (du 13 au 29 mai) afin de rester auprès de sa femme Ellie Ottaway. Celle-ci attend le deuxième enfant du couple pour le mois de juin.

L’article