Sport
Maltraitance

La Suisse soupçonnée d'avoir maltraité un cheval en compétition

epa07040341 Members of the Swiss vaulting team, ..Luetisburg Team, enter the ring to compete atop Rayo de la Luz during the squad vaulting competition at the FEI World Equestrian Games 2018 at the Try ...
Le Groupe Lütisburg et le cheval, «Rayo de la Luz», en 2018.Image: EPA

La Suisse est soupçonnée d'avoir maltraité un cheval en compétition

L'équipe suisse de voltige a remporté la médaille de bronze aux Championnats du monde d'équitation avec un cheval boiteux. Dans la communauté équestre, ce non respect de l'animal et du règlement interpelle.
20.09.2022, 06:5214.08.2023, 15:47
Suivez-moi
Plus de «Sport»

C'est un événement qui est passé inaperçu, sauf auprès des plus passionnés. Le Championnat du monde d'équitation 2022 a eu lieu du 6 au 14 août dernier à Henning, au Danemark. Durant cet événement, la performance de l'équipe suisse de voltige, le Groupe Lütisburg Elite, a suscité un vif émoi au sein de la communauté équestre.

La Suisse n'est pas passée loin d'un nouveau bad buzz, un peu le même que l'Allemande Annika Schleu aux Jeux de Tokyo en 2020 lorsqu'elle s'est acharnée rageusement sur sa monture «Saint Boy».

Que s'est-il passé?

Commençons par les bases: la voltige est une discipline qui consiste à effectuer des figures acrobatiques et esthétiques sur un cheval longé à deux allures différentes, le pas et/ou le galop. Ce sport se pratique individuellement ou en équipe et reste la moins connue des trois disciplines après l'obstacle et le dressage.

A priori, tout semblait se dérouler parfaitement pour la Suisse à Henning. Seulement voilà, dès les premières foulées de son cheval «Rayo de la Luz», alors que ce dernier s'installe sur un cercle, longé par Monika Winkler-Bischofberger, il y a un hic: l'animal boite. Et il boite fort. Et tout de suite, on se demande pourquoi ce cheval est en piste.

La scène en vidéo

Vidéo: watson

Alors que la communauté équestre observe la performance qui commence à peine, la raideur du corps de «Rayo de la Luz», rien qu'en marchant, est stupéfiante. Le cheval engage le trot et le mouvement de bascule de haut en bas de sa tête suggère qu'il y a un problème.

Une médaille de bronze: comment est-ce possible?

Au-delà de l'autorisation accordée à l'équipe suisse pour faire concourir «Rayo de la Luz», c'est la médaille de bronze qui surprend et pose problème. En effet, la Suisse a été classée troisième, derrière l'Allemagne (2e) et la France (1ère). Comment expliquer qu'un cheval boiteux puisse être aussi bien noté à un championnat du monde? Quelles sont les règles d'un tel concours, et à partir de quand un cheval est-il déclaré inapte? Autant de questions auxquelles il semble difficile de répondre.

«Des réactions négatives» ont suivi la performance

La Fédération de voltige suisse, contactée par watson, confirme que quelques réactions négatives ont suivi la première performance de l'équipe. «Nous avons constaté qu'en plus des nombreuses réactions positives, il y avait aussi quelques réactions négatives. On nous a notamment demandé de faire une déclaration», écrit son président David Brenn. Mais alors à qui revient la responsabilité d'interrompre la représentation? «Au juge en A ou au chef de longe», explique-t-il.

«Sur le terrain, l'organisateur est responsable du bon déroulement de l'événement. C'est pourquoi des contrôles, accompagnés par un vétérinaire local, sont effectués avant la compétition. Les stewards veillent à ce que tout se passe bien et interviennent si nécessaire.»
Qu'est-ce qu'un steward?
Le rôle de steward, ou commissaire, comprend la surveillance de l'aire d'échauffement et du terrain de concours. L'objectif d'un bon steward est de garantir le bon déroulement de l'événement, le bien-être du cheval et l'égalité des conditions pour tous les participants.
.

Néanmoins soucieuse du bien-être de l'équidé, la Fédération de voltige suisse a contacté la cheffe de longe suite à cette première représentation: «Je lui ai demandé si le cheval était en bonne santé, ce qu'elle m'a confirmé.» Le représentant de la Fédération précise également que des chevaux de remplacement sont aussi emmenés sur place pour assurer une relève, «comme il peut toujours arriver quelque chose», écrit-il.

«La boiterie est l’expression d’une douleur!»

Chez le cheval, la boiterie peut avoir plusieurs causes. Mais elle est toujours la conséquence d'une douleur, confirme Pierre-Alain Glatt, vétérinaire équin. Ayant également été le vétérinaire et chef d’équipe des attelages pendant quinze ans, l'homme connait bien la compétition.

«J'ai visionné la vidéo, c'est choquant. Il s'agit d'une boiterie d'appui, précise le vétérinaire. C'est-à-dire que la douleur se manifeste lorsque le cheval s'appuie sur son pied. Cela peut être dû à un problème de ferrure, d’abcès ou d’arthrose de l’extrémité du membre.»

«Le cheval boîte clairement (...). Ce trouble d’allures n’est visible qu’au pas et au trot – le galop l’occulte»

Raison pour laquelle, peut-être, la cheffe de longe ne s'attarde pas trop à faire galoper le cheval. Pierre Alain Glatt déplore également le manque de communication entre les officiels présents sur place.

«Le Juge en A (présidant l’épreuve) ne pouvait ignorer la boiterie, mais ne l’a peut-être pas remarquée s'il était occupé à d’autres tâches durant ce bref moment au pas et au trot… Les autres juges n’ont pas réagi non plus, ni signalé la boiterie au juge en A.»

Marco Hermann, vétérinaire équin suisse, était présent sur place. Lui assure que concernant le cheval «Rayo de la Luz», «tout a été fait selon les règles de la FEI». Alors parlons-en, des règles.

Quelles sont les règles de la FEI?

La voltige ne déroge pas à la règle: «Tout observateur du mal-être d’un équidé en compétition doit le signaler», souligne Pierre Alain Glatt. Le président du jury doit alors stopper la compétition s'il en est témoin.

L’inspection vétérinaire, soit l'examen clinique du cheval, doit répondre à la question: «Fit to compete?». En d'autres termes, l'examen doit déterminer si le cheval est apte à concourir ou non.

«Le cheval est examiné sans le toucher, puis marché et trotté en ligne droite et sur la volte devant un collège d’experts: juges et vétérinaires. La décision de l’accepter ou de le refuser est prise collectivement et communiquée par le président du jury.»

Entre l’inspection et l’épreuve en question, cinq jours se sont écoulés, selon la calendrier de la FEI. «Cinq jours au cours desquels un accident a pu se passer. Reste que malgré la dizaine de professionnels sur place, personne n'a jugé nécessaire d'intervenir. » Le vétérinaire accorde le bénéfice du doute sur l'intention. Mais la conclusion est sans appel: bien qu'un accident ait pu se passer durant ces cinq jours, le cheval n'aurait jamais du participer.

«Le Code de conduite de la FEI est clair: pas de place au mauvais traitement d’un équidé (directement ou indirectement)». Reste à savoir si, oui ou non, il y a eu négligence.

«Sur une reprise de voltige de quelques minutes, les deux tours de piste au pas et au trot sont bien courts pour observer une boiterie si les juges sont occupés à autre chose. Mais c’est leur job!»
Pierre Alain Glatt

Lors du deuxième passage de l'équipe suisse, c'est à nouveau le cheval «Rayo de La Luz» qui entre sur la piste. Les commentateurs danois expliquent alors qu'un avis vétérinaire a été demandé la veille. Le cheval a tout de même participé au deuxième tour.

L'appât du gain est à écarter

Pierre Alain Glatt connait la pression en compétition mais aussi l'importance de la récompense pour les participants. Néanmoins, «on peut écarter, ici, l’attrait du gain» souligne-t-il. En effet, l'équipe suisse de voltige n'aurait pas reçu une somme très importante.

Pour lui, la cheffe de longe, propriétaire de «Rayo de la Luz», ne pouvait pas ignorer la boiterie de son cheval. Un conflit d’intérêts est-il à l’origine de la non dénonciation de la boiterie? Une question à laquelle lui non plus n'a pas de réponse. La FEI, contactée par watson, n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Vivement la Super League européenne de foot
Les rencontres spectaculaires, disputées cette semaine en Ligue des champions, en sont la preuve: une Super League européenne serait un régal.

Les quarts de finale aller de la Ligue des champions ont offert du spectacle, de l'émotion et du drame. C'était du grand art, et ce, au cours des deux soirées, mardi et mercredi. Les occasions se sont succédées les unes après les autres dans tous les matchs. 18 buts ont été marqués, soit plus de quatre par rencontre.

L’article