DE | FR

«Le dernier survivant», la course à pied qui fait des ravages

Née dans l'esprit sadique d'un ultra-trailer neuchâtelois, le concept s'étend et conquiert de nombreux adeptes. Au programme: boucle en forêt, pentes raides et système à élimination directe.
11.05.2022, 18:5112.05.2022, 06:43

L’idée lui est venue parce qu’il n’était «pas un bon coureur de plat», et aussi, sans doute, parce qu’il s’y ennuyait à mourir. Alors Christophe Nonorgue a créé «Le dernier survivant», une course assez perverse qui, à chaque équinoxe de mars, emmène ses victimes expiatoires dans la forêt de Chaumont, à Neuchâtel.

Comment ça marche

Le concept est «simple et cruel», comme le définit le site officiel du «dernier survivant:» 30 coureurs s'élancent sur une boucle d'au maximum 4 km, avec un minimum de 300 m de dénivelé positif, à parcourir en moins de 30 minutes. Passé ce délai, ceux qui n'ont pas franchi la ligne sont éliminés. Les autres repartent pour une nouvelle boucle, et ainsi de suite avec un départ toutes les 30 minutes. L'hécatombe suit son cours jusqu’à ce qu’il n'en reste qu’un: le vainqueur. Alias le dernier survivant.

Christophe Nonorgue a déjà organisé trois épreuves dans son canton. Samedi 7 mai, Martigny a importé le concept dans ses coteaux. Le Français Ugo Ferrari, dernier survivant, a avalé 89 km et 7000 m de dénivelé positif!

Avec une cruauté fièrement revendiquée, le système brise les concurrents à l'usure et les élimine quand ils n'en peuvent plus. Pas besoin d'aller trop vite: toute la subtilité consiste à gérer son effort et à terminer ses boucles avant les 30 minutes imparties, «avec un léger battement de 1’’ à 1’’30 pour respirer et boire, mais rien de plus», recommande chaudement Christophe Nonorgue.

«A l'inverse, quand un coureur termine sa boucle au sprint et repart immédiatement pour la suivante, on sait en général qu'il n'en a plus pour longtemps»

Tant que tout va bien, tant qu'on entend davantage siffler les oiseaux que les ischio-jambiers, les amateurs courent aux côtés des stars du trail, aussi lentement que possible mais aussi vite que nécessaire. Jusqu’à ce que le temps fasse son oeuvre...

«Il n’est pas si difficile pour un coureur moyen de produire un effort d’une heure, ou une heure trente. C’est souvent la durée d'une course populaire. Du coup, pendant les trois premières boucles, tout le monde avance un peu au même rythme. Amateurs et professionnels évoluent côte-à-côte, parfois discutent et plaisantent. Mais là où la vengeance de l’élite devient terrible, c’est à partir de quatre, cinq ou six heures de course. La sélection naturelle s’opère…»

Christophe Nonorgue n'est pas peu fier de son esprit sadique. Mais il n'en détient pas l'apanage. «J’ai découvert par la suite qu’il existait des courses relativement similaires, comme le Backyard et le Dernier homme debout.» La première propose une boucle de 6,7 km et un départ chaque heure. La seconde ajoute 800 m dans le même délai.

«Mais il y a très peu de dénivelé et donc un rythme modéré», nuance Christophe Nonorgue. Au contraire du «dernier survivant», ces courses restent accessibles au commun des mortels. «Leur difficulté tient surtout à la durée: le record est de 85 heures! S’il y a une usure, elle est davantage liée au sommeil qu’à l’effort», note le Neuchâtelois.

Tandis qu’au dernier survivant, il faut avoir les mollets bien accrochés. «Nous avons des passages à 50% qui, évidemment, deviennent des secteurs de marche rapide. A Martigny, la pente moyenne est de 30%.» Ceux qui peinent ou trainent se rattrapent à la descente. Mais pas longtemps. «Après deux ou trois boucles, ils ne sentent plus leurs cuisses et ne peuvent plus relancer l'effort à la montée.»

Le tracé de Neuchâtel en vidéo

Eliminer des concurrents en forêt,
un concept qui a fait ses preuves

«Le dernier survivant» est bien plus qu'une course à pied: c'est une mise en abyme de l'hécatombe et de la lutte fratricide entre battants. Avec un vrai côté highlander. «On sent le peloton se réduire de plus en plus. C’est une sensation assez grisante», avoue Christophe Nonorgue.

Comme dans le film, il ne doit en rester qu’un. Point de romantisme et d'amitié surjouée. «Pas question de finir main dans la main, comme le font certains trailers après une course acharnée, prévient Christophe Nonorgue. Si c’était le cas, nous aurions un règlement pour les départager, à partir des points ITRA.» La fraternité du début, joies de la vie en meute, diminue à mesure que la fin approche. Toute trace d'humanité, peu à peu, disparaît.

«Sur les premières boucles, on est davantage des partenaires que des adversaires. Mais quand on arrive à la limite, on regarde derrière soi et on supplie que les derniers lâchent»

Il y a une part d’esbroufe et de cabotinage, forcément. «Chaque coureur possède sa personnalité. Mais un jour, à la quinzième montée, un concurrent que je connaissais bien m’a demandé comment s’étaient passé mes vacances en Egypte. Je doute que mes vacances l’intéressaient vraiment, surtout à cet instant de la course…»

Christophe Nonorgue.
Christophe Nonorgue.

Lui-même n’a-t-il jamais cédé à la tentation du mâle dominant? «Si! Avec Ugo Ferrari. Je sentais dans mon dos qu’il respirait un peu plus fort que d’habitude. Alors, quand nous sommes arrivés devant une pente raide que, normalement, nous abordons en marche rapide, j’ai trottiné quelques foulées de plus. Mon stratagème a produit son petit effet mais, au final, ça n’a servi à rien: deux boucles plus tard, j’étais à l’arrêt et Ugo continuait.»

Même les futur(e)s veuves et veufs passent une belle journée

C’est l’un des nombreux charmes du «dernier survivant» que de réunir au petit matin, dans les promesses de l'aube, les pros et les prolos, les amateurs endurcis et les ultra-trailers attendris, en laissant perdurer l'illusion qu'ils suivent tous le même destin tracé (mais on voit très bien, dès le départ, ceux qui iront loin). Populaire et élitiste à la fois, c'est le rêve de tout parti politique. Il fallait le faire.

«Le dernier survivant» sait aussi accueillir les accompagnants, histoire de dépérir en bonne compagnie. «Sur une course classique, les gens voient passer leurs amis pendant quelques secondes. Là, si cet ami est bon, ils peuvent l'encourager plusieurs fois sans bouger. Il peuvent l'attendre tranquillement en buvant une bière.»

Il y a ceux qui dégustent et il y a ceux qui préparent à manger.
Il y a ceux qui dégustent et il y a ceux qui préparent à manger.

Figure de l'ultra-trail, Christophe Nonorgue trouve dans ce format une alternative bienvenue aux émulations chronométriques de la compétition classique. «Ce que j’aime dans «le dernier survivant», c’est la notion de rythme imposé. Il s'agit de parcourir une distance définie dans un délai raisonnable, accessible à n'importe quel coureur entraîné. La seule question est: combien de temps est-il possible de tenir ce rythme? Si je devais citer l'exemple inverse, la plupart des ultra-trails que je dispute démarrent beaucoup trop vite à mon goût. On en est à partir au sprint, à jouer des épaules, pour une course qui va durer 27 heures… Je ne vois presque plus que des ultra-trails où le premier kilomètre se court en 3’15’’, 3’20’’.»

Le gaillard n’est pourtant pas un fainéant: le 26 mai, il s'attaquera au record du monde de dénivelé détenu par le Français Aurélien Dunand Pallaz (17'218 m en 24 heures). Ses entraînements, aussi, feraient grincer un ascenseur. «Douze à quinze heures par semaine, ce qui n’est pas si impressionnant. Mais 8000 à 10 000 mètres de dénivelé…»

Le dernier survivant est délivré de toute ses contingences. Une fois seul au monde, il a le choix de fêter sa victoire ou de poursuivre son effort. S'il atteint le maximum possible de 12 heures et 24 boucles, il n'est plus un «highlander» mais un «finisher». Sauf que ce surhomme n'existe pas. Ou pas encore.

«Ugo Ferrari est tout proche, tressaille Christophe Nonorgue. Je pense qu'il y arrivera. Pour chaque course, un sponsor met 300 francs dans la cagnotte. Il y a donc 1500 francs à l'attention d'un éventuel finisher.»

Ugo Ferrrari.
Ugo Ferrrari.

Le site officiel précise que «dans la version originale à Neuchâtel (forêt de Chaumont), un finisher totaliserait 80 km et 9264 m de dénivellation positive, entre le lever et le coucher du soleil». En gros, pour s'en faire une idée, sa journée consisterait à monter neuf fois au Moléson depuis le parking de la télécabine.

Thèmes

21 photos du tournage de la première trilogie de Star Wars

1 / 22
21 photos du tournage de la première trilogie de Star Wars
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ces types sont les champions du lancer de gobelets

Plus d'articles sur le sport

Mbappé a-t-il eu raison? L'aimez-vous encore? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Stan Wawrinka avant Roland-Garros: «J'ai une vision à très long terme»

Link zum Artikel

«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot

Link zum Artikel

Nicola Spirig veut battre un record et fait grincer les puristes

Link zum Artikel

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé

Link zum Artikel

Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici notre onze idéal en Super League (et il y a deux Servettiens)
Le championnat de Suisse s'est terminé dimanche après-midi. Quels joueurs ont marqué la saison de leur empreinte? On s'est amusé à dresser l'équipe type.

Capitaine de l'équipe championne de Suisse, Yanick Brecher a été titularisé à 34 reprises en Super League. Il a notamment signé 10 clean sheets. Une belle revanche sur le football pour le gamin du club, qui avait décidé de rester à Zurich malgré la descente en Challenge League en 2016.

L’article