DE | FR
Les volleyeuses de Guin ont été éliminées des play-offs de LNA car leur adversaire, Neuchâtel, compte des cas de Covid et menait dans la série.
Les volleyeuses de Guin ont été éliminées des play-offs de LNA car leur adversaire, Neuchâtel, compte des cas de Covid et menait dans la série. image: keystone/shutterstock

Eliminées parce que leurs adversaires ont le Covid 🤔

Situation insolite: les volleyeuses de Guin (FR) n'ont pas pu défendre leurs chances d'accéder à la finale des play-offs parce que leur opposant, Neuchâtel, compte des cas positifs. Un drôle de règlement qui discrédite un peu plus la Ligue.
17.03.2022, 07:0017.03.2022, 11:31
Suivez-moi

C'est une élimination cocasse, mais bien malheureuse, qu'ont connue les volleyeuses de Guin en demi-finale des play-offs de Ligue A. Le coupable? Le Covid (tiens, on l'avait presque oublié, celui-là).

Il n'a pas frappé l'équipe fribourgeoise, mais son adversaire, Neuchâtel (NUC), qui déplore quatre joueuses infectées. Conséquence: cette série au meilleur des cinq matchs ne peut pas aller à son terme. Et comme le stipule le règlement, elle est raccourcie «en best of 3». Conséquence: l'équipe qui mène au moment de l'arrêt se qualifie pour le tour suivant. En l'occurrence, Neuchâtel (2-1 dans la série).

Les joueuses de Guin étaient revenues à 2-1 dans la série grâce à leur victoire samedi à Neuchâtel.
Les joueuses de Guin étaient revenues à 2-1 dans la série grâce à leur victoire samedi à Neuchâtel. image: instagram

«On est vraiment déçu, on venait de faire un super match pour recoller dans la série», avoue le président du club singinois, Urs Balsiger. «Hier après-midi (mardi), on a reçu un téléphone de Neuchâtel pour nous informer de cas positifs dans leur équipe. La confirmation est arrivée de Swiss Volley à 21 heures.» Il enchaîne:

«C'est comme si on était tombé dans un trou noir d'une minute à l'autre. L'entraîneur Dario Betello et les joueuses ont appris la nouvelle juste après leur entraînement, où ils venaient de travailler fort pour la suite de la série»
Urs Balsiger, président des Powercats de Guin

Urs Balsiger l'assure: Guin respectera cette décision. Le club avait validé ce règlement spécifique élaboré l'été dernier. «A cette période, la pandémie battait son plein, alors c'était une très bonne idée, totalement légitime. Mais on n'imaginait pas qu'elle évoluerait si positivement et qu'on regretterait ce règlement», rigole-t-il. Beau joueur, le boss fribourgeois tient avant tout à «souhaiter bon rétablissement et bonne chance pour la finale aux Neuchâteloises».

La saison passée, Guin avait déjà perdu contre Neuchâtel, mais c'était en finale (3 matchs à 1).
La saison passée, Guin avait déjà perdu contre Neuchâtel, mais c'était en finale (3 matchs à 1).image: instagram

Plus que l'élimination abrupte de son équipe, Urs Balsiger est déçu pour les spectateurs:

«Le quatrième match à Guin ce mercredi soir aurait dû être une belle fête du volleyball»
Urs Balsiger

Il estime le manque à gagner pour cette partie entre 6000 et 7000 francs. «Je ne pense pas que cette somme sera compensée par la fédération», s'avance-t-il.

Heureusement pour les Powercats, leur malheureuse sortie des play-offs ne signifie pas la fin de la saison. Elles joueront la finale de la Coupe de Suisse contre Voléro Zurich, le 26 mars à Winterthour. Les Fribourgeoises tenteront aussi de monter sur le podium en championnat, puisqu'elles joueront la série pour la troisième place contre Schaffhouse, dès le 2 avril.

On parie que vous pouvez sentir ces photos

1 / 19
On parie que vous pouvez sentir ces photos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Joya, le chihuahua qui fait du ballet

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«C'est une faute grave de Servette d'avoir aligné Omeragic à Sion»
Après son match raté contre Sion dimanche, le gardien remplaçant du Servette FC a été insulté sur les réseaux sociaux. L'expert Thierry Barnerat en veut au club genevois d'avoir lancé son jeune portier dans ce match piège. Il craint de grosses conséquences pour le développement du joueur.

Edin Omeragic n'en pouvait plus, alors il a fini par supprimer son compte Instagram. Après ses trois boulettes qui ont coûté autant de buts et la victoire à Servette dimanche à Sion (3-3), le jeune gardien a reçu de nombreuses insultes sur les réseaux sociaux. De ses propres supporters, mais aussi de fans lucernois frustrés, dont l'équipe est condamnée à disputer le barrage à cause du point récolté par le FC Sion.

L’article