DE | FR

Comment Belinda Bencic a retrouvé le moral et un second souffle

Ce dimanche, la championne olympique dispute la première finale de sa carrière sur terre battue. Après avoir contracté un Covid sévère fin décembre, elle souffrait des poumons et ne pouvait pas s'entraîner plus de deux heures. Pour guérir, elle s'est retirée dans les Carpates.
10.04.2022, 11:0110.04.2022, 20:22
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Belinda Bencic (WTA 21) disputera dimanche à Charleston la première finale de sa carrière sur terre battue. «Je n'y croyais plus», a-t-elle ironisé. Sous les coups des 19 h 30, «Beli» sera opposée à Ons Jabeur (WTA 10). Elle revient de loin: au premier tour, elle est passée à deux points de la défaite. En quarts, elle a bataillé durant près de trois heures face à Paula Badosa (WTA 3) après avoir été menée 6-2 4-2!

«J'ai retrouvé la forme. Je peux rejouer normalement, a-t-elle expliqué aux médias américains. J'ai eu un Covid assez lourd qui m'a compliqué la vie pendant un bon moment.»

Le virus a frappé au pire moment: juste avant le début de la saison, au moment où l'entraînement n'est pas axé sur la technique mais sur l'endurance et la force. C'était fin décembre et Belinda Bencic a contracté le Covid de manière assez surprenante, lors d'un tournoi exhibition à Abu Dhabi. Avec des «symptômes assez sévères» et l'impossibilité d'enchaîner les efforts.

Belinda Bencic venait de recevoir une injection du vaccin Johnson & Johnson, début novembre, comme elle l'a confirmé à CH Media.

Contrairement à ce qu'elle craignait, la maladie n'a pas chamboulé sa planification. Bencic a joué à Sydney, à l'Open d'Australie puis à Saint-Pétersbourg mi-février. Mais elle n'est pas parvenue à aligner plus de deux victoires consécutives. Bien trop peu pour les ambitions de l'ancienne numéro 3 mondiale et championne olympique à Tokyo.

Image: AP

Ses problèmes n'étaient pas seulement liés à la fatigue. À Saint-Pétersbourg, Bencic a révélé que «quelque chose d'anormal a été trouvé dans mes poumons». Les médecins ont estimé qu'elle ne serait pas complètement rétablie avant deux à trois mois. Pendant ce temps, il y a eu deux autres défaites d'entrée, à Doha et Indian Wells.

Puis Bencic s'est accordée une longue pause. Elle s'est retirée en Slovaquie, où elle a célébré son 25e anniversaire et où elle vit avec Martin Hromkovic, son petit ami et préparateur physique. Leur tanière est située dans les Tatras, un parc national proche de la frontière polonaise, sur la chaîne montagneuse des Carpates, à 2600 mètres d'altitude.

Bencic a fait de la randonnée, essayé le ski de fond, et surtout, elle a donné du temps à son corps pour récupérer du Covid.

Désormais, elle est presque méconnaissable. Elle est redevenue la joueuse tenace et dominatrice qu'elle était à Tokyo, pour la première fois depuis son titre olympique. À Miami, elle a remporté presque autant de matchs en une semaine qu'en deux mois et demi de phase post-Covid.

«C'était une bonne idée d'aller à la montagne. Cela m'a beaucoup aidé à respirer. Avant cette pause, il était impossible de s'entraîner deux heures d'affilée»

L'état d'esprit aussi a changé

A Indian Wells, Bencic a déclaré qu'au contraire d'Osaka, elle ne se sentait pas le besoin de prendre position sur tous les sujets, encore moins de porter des causes. Elle avait également critiqué les esquives de la star japonaise face à la presse: «Nous sommes très bien payées, spécialement pour un sport féminin. Tout ceci, c'est aussi grâce aux médias.»

Mais avec la guerre en Ukraine, «BB» a opéré un revirement. Elle a rappelé son histoire personnelle, un père et des grands-parents qui ont fui la Slovaquie vers la Suisse en 1968 après la chute du rideau de fer. «Des personnes bienveillantes les ont aidés. Maintenant, c'est à nous d'aider le peuple ukrainien», a déclaré Bencic à Miami, où elle est apparue dans une tenue jaune et bleue. Changée, à bien des égards.

Simon Häring (ch media) et Christian Despont (watson)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé
Un professeur d'Oxford a créé une formule mathématique, à base de statistiques, pour établir le classement des plus grands footballeurs de l'histoire. Après un an, son mode de calcul fait référence.

Il fallait bien une université de prestige pour «régler» la question du plus grand footballeur de tous les temps. A l'aide d'algorithmes et de pondérations subtiles, Tom Crawford, professeur à Oxford, apporte la preuve scientifique d'une hiérarchie intemporelle irréfutable. Et le vainqueur est... (vous le saurez en lisant cet article jusqu'au bout).

L’article