DE | FR
Image: KEYSTONE

«On est l'équipe la plus nulle de l'Euro, c'est la honte»

La Suisse affronte ce soir (18h) une équipe qui a fait pire qu'elle (c'est possible) depuis le début du tournoi: la Turquie, deux matches et zéro point. C'est à la fois une chance et une responsabilité pour la Nati.
20.06.2021, 08:4521.06.2021, 08:40
Suivez-moi

Gökan Savci aime deux équipes en Turquie: Galatasaray et la sélection nationale. La première a perdu le titre de champion cette saison à la dernière journée et pour un seul but d'écart face au Besiktas; la seconde s'est inclinée lors de ses deux premiers matches à l'Euro avec une passivité déconcertante.

Gökan est colère 🤬

«Je suis obligé de le dire: on est la pire équipe de l'Euro. C'est la honte. Je suis déçu et révolté. Car perdre est une chose. Mais perdre sans se battre en est une autre. On dirait que nos joueurs sont déjà sur leurs transats, à Bodrum ou Miami, qu'ils ont déjà la tête en vacances. Si je devais les noter, je leur mettrais 1 sur 10 à chacun. Sauf peut-être au gardien, Ugurcan Cakir, qui est un peu moins mauvais que les autres.»

Le match de la dernière chance

Les Turcs sont presque éliminés, mais ils feraient mieux de ne pas rentrer au pays sans le moindre point. «Sinon, je ne voudrais pas être à leur place», prévient Gökan. Le problème, c'est qu'il n'est pas certain que le vieillissant sélectionneur Şenol Güneş (69 ans) trouve la solution pour métamorphoser son équipe face à la Suisse. Il a osé quelques ajustements contre le Pays de Galles (défaite 2-0), mais en préférant notamment le faible Ayhan à Demiral, il s'est lourdement trompé.

🇨🇭 Les équipes probables 🇹🇷

Image: L'Equipe

Les Gallois, et en particulier Bale et Ramsey, n'ont eu qu'à profiter des errements des latéraux, et de la surfocalisation des centraux sur James, pour se créer plusieurs occasions franches. Embolo, avec sa puissance et sa vivacité, a le profil pour attirer les défenseurs à lui et offrir des espaces à Shaqiri et Seferovic, pour autant que Petkovic décide de les reconduire tous les deux.

Affronter cette équipe de Turquie dans ces conditions est une aubaine pour la Nati. On lui prédisait l'enfer pour ce dernier match qui serait sûrement décisif pour les deux équipes, mais il l'est pour une seule et c'est pour elle.

🥳 La Suisse qualifiée si...

Rappel du groupe
1. Italie : 6 points (goalaverage de +6)
2. Galles : 4 pts (+2)
3. Suisse : 1 point (-3)
4. Turquie: 0 pt (-5)
L'équipe de Petkovic peut emprunter deux chemins pour passer en 8e de finale, mais il y en a un beaucoup moins risqué que l'autre:
➡️ si elle termine 2e de son groupe, elle est certaine de poursuivre son aventure dans le tournoi. Pour cela, elle doit à la fois battre la Turquie et espérer que les Gallois perdent à Rome, tout en rattrapant à la fois sa différence de buts et son nombre de réussites inscrites (1 contre 3 avant le coup d'envoi). En cas d'égalité dans ces trois registres (points, différences de buts et buts marqués), la discipline départage les deux équipes.
➡️ si elle termine 3e de son groupe, elle devra attendre les résultats des autres matches en début de semaine pour savoir si elle figure parmi les quatre (sur six groupes) meilleurs troisièmes. À l'heure actuelle c'est simple: elle n'en fait pas partie.

La Suisse part favorite de ce match (sa victoire est cotée à 1,65 par la Loterie romande contre 4.60 pour la Turquie) face à un adversaire qui apparaît à la fois fragile et démobilisé. Comment en est-il arrivé là?

Un excès d'optimisme

Ce qui frappe, dans le destin des hommes de Şenol Güneş, c'est la différence entre les attentes et les résultats.

Les Turcs devaient mettre le feu au Colisée. Ils ont fini par se brûler les doigts, puis les ailes (défaite 3-0 en match d'ouverture face aux Transalpins).

«Pour les journalistes, c'était clair: on était déjà en quart de finale. C'était garanti, se souvient Gökan Savci, président du FC Turc à Lausanne. On a peut-être trop mis en avant nos joueurs, et ils n'ont pas supporté la pression. Je rappelle qu'ils sont encore jeunes.»

Les trois plus jeunes équipes:

🇪🇸 Espagne: 24,1 ans de moyenne d'âge.

🇹🇷 Turquie: 24,6 ans.

🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿 Angleterre: 24,8 ans.

Des tauliers fatigués

Plusieurs cadres sortent d'une saison éprouvante en club.

Parmi les joueurs de champ, quatre ont dû batailler jusqu'à l'ultime journée de championnat pour espérer décrocher le titre: trois y sont parvenus avec Lille (Celik, Yazici et Yilmaz), un autre a échoué avec Fenerbahçe (Tufan). Un sprint final qui a sans doute laissé des traces dans les jambes et la tête.

Yazici et Yilmaz sont méconnaissables depuis le titre décroché avec Lille.
Yazici et Yilmaz sont méconnaissables depuis le titre décroché avec Lille. Image: Keystone

Les deux défenseurs centraux (Demiral et Söyüncü) ont moins joué, mais ce n'est pas forcément une bonne nouvelle: ils ont tous deux manqué une partie de la saison pour de sérieuses blessures.

➡️ La fragilité de ces vieux grognards censés accompagner la nouvelle génération fragilise toute la colonne vertébrale de la sélection.

Un 12e homme absent

Les internationaux turcs marchent à l'affectif. Sans leur public rouge de fièvre, c'est comme s'ils manquaient un peu de leur incroyable énergie habituelle.

Même si la Turquie joue deux fois en Azerbaïdjan, pays voisin et ami, elle ne peut compter sur le soutien de ses supporters puisque l'enceinte ne peut accueillir que 35 000 personnes, sa capacité étant limitée à 50% en raison des risques sanitaires.

Voilà le résultat 😕

Photo prise lors du match Turquie-Pays de Galles.
Photo prise lors du match Turquie-Pays de Galles.Image: AP POOL Getty

Il est fort probable que rien ne vienne perturber l'équipe de Suisse ce dimanche. C'est à la fois une chance, et une grande responsabilité.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
En attaque, le FC Bâle mise tout sur les Romands
Andi Zeqiri a joué ses premières minutes jeudi soir avec le FCB, où il est venu relancer sa carrière. Le trio d'attaque 100% romand qu'il forme avec Zeki Amdouni et Dan Ndoye pourrait faire des miracles. Dès ce dimanche (16h30) face à YB?

L'histoire entre Andi Zeqiri et le FC Bâle commence le 2 décembre 2017, quand Lausanne joue encore à la Pontaise et sans gros sponsor. Côté bâlois, les cracks de l'attaque s'appellent Mohamed Elyounoussi, Albian Ajeti et Renato Steffen.

L’article