Sport
Sport en direct

Une finale Panthers-Rangers ++ Jarry défiera Zverev

Florida Panthers' Anton Lundell (15) celebrates his goal against the Boston Bruins with Dmitry Kulikov (7) and Matthew Tkachuk (19) during the second period in Game 6 of an NHL hockey Stanley Cup ...
Image: keystone
Sport en direct

Une finale Panthers-Rangers ++ Jarry défiera Zverev

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
18.05.2024, 08:30
team watson / ats
Plus de «Sport»

Premier League: Foden désigné joueur de l'année

Phil Foden: une superbe saison pour le Mancunien
Phil Foden: une superbe saison pour le MancunienImage: KEYSTONE/AP/Dave Thompson

L'attaquant anglais Phil Foden (23 ans) a été désigné meilleur joueur de la saison en Premier League. La récompense revient pour la cinquième année d'affilée à un élément de Manchester City.

L'ailier ou milieu offensif a inscrit 17 buts et délivré 8 passes décisives, un record personnel, en 34 apparitions cette saison. Il a ainsi contribué à la réussite de son club formateur, leader avant l'ultime journée de championnat disputée dimanche.

L'international anglais a pris la lumière durant la saison 2023/2024 notamment lorsque Kevin de Bruyne, le maître à jouer de Manchester City, était bloqué à l'infirmerie. Il est le deuxième joueur de champ le plus utilisé (en nombre de minutes jouées) par Pep Guardiola. Foden succède à ses coéquipiers De Bruyne (lauréat en 2019/2020 et 2021/2022) Ruben Dias (2020/2021) et Erling Haaland, son prédécesseur.

L'attaquant norvégien faisait quant à lui partie des huit joueurs nommés pour le prestigieux prix cette année, en compagnie d'Alexander Isak (Newcastle), Martin Odegaard et Declan Rice (Arsenal), Cole Palmer (Chelsea), Virgil van Dijk (Liverpool) et Ollie Watkins (Aston Villa).

Le vote a été effectué par un panel d'experts, comprenant des anciens joueurs et des journalistes notamment, et par des supporters. Foden réalise un doublé après avoir également été désigné joueur de l'année 2024 par la Football Writers' Association (FWA), l'association des journalistes sportifs anglais.

La Suisse écrase le Danemark et file en quarts de finale

Calvin Thürkauf inscrit le 6-0
Calvin Thürkauf inscrit le 6-0Image: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

La Suisse est certaine de disputer les quarts de finale du Championnat du monde en Tchéquie. A Prague, les hommes de Patrick Fischer ont écrasé le Danemark 8-0.

On dira qu'il n'y a pas eu photo entre les deux nations. Un petit peu comme lors de la dernière partie entre les deux nations au Championnat du monde à Helsinki il y a deux ans. La Suisse avait alors fessé les Scandinaves 6-0.

Cette fois-ci devant 17'225 spectateurs, les Helvètes ont ouvert la marque à la 5e grâce à Nico Hischier, sur des passes de Kevin Fiala et Roman Josi. Le capitaine s'est chargé de doubler la mise à la 18e en enrhumant la défense danoise pour marquer tranquillement dans la cage vide. Puis Kevin Fiala y est allé d'un doublé pour faire passer le score à 4-0 et renforcer l'idée que les stars suisses de NHL ont clairement un coup d'avance sur les autres.

Leader du classement des compteurs de ce Mondial, Roman Josi en est à 10 points (3 buts) en 5 matches. Nico Hischier n'est pas loin avec 9 points dont 5 goals. Quant à Kevin Fiala, arrivé pour le 3e match contre les Tchèques, il compte 6 points (3 buts) en 3 parties.

Et maintenant le Canada

Dans des conditions plutôt favorables, Patrick Fischer a logiquement diminué le temps de jeu de ses joueurs d'impact. Sven Senteler a pu mettre le 5-0 à la 34e. Et dans le troisième tiers, c'est la quatrième ligne qui s'est chargée des buts. Calvin Thürkauf en infériorité pour le 6-0, puis Christoph Bertschy pour le 7-0 à la 46e et enfin Tristan Scherwey à la 55e. La Suisse va tout de même devoir se méfier de l'excès de confiance après ce large succès.

La Suisse attend maintenant la rencontre de prestige face au Canada de Connor Bedard dimanche soir (20h20). De manière assez surprenante, la Suisse couche sur quatre succès en phase de poules au Mondial face à la nation à la feuille d'érable (2017, 2018, 2022 et 2023). Elle avait cependant perdu (3-2 ap) en quarts de finale en 2019 à Kosice après avoir subi l'égalisation à moins d'une seconde de la sirène.

Panthers-Rangers en finale à l'Est

La joie des Panthers, qui joueront la finale de la Conférence Est
La joie des Panthers, qui joueront la finale de la Conférence EstImage: KEYSTONE/AP/Michael Dwyer

Les Panthers défieront les New York Rangers en finale de la Conférence Est de NHL. Florida est allé s'imposer 2-1 vendredi à Boston pour sortir les Bruins en six matches.

Finalistes malheureux de la Coupe Stanley l'an dernier, les Panthers ont forcé la décision à 1'33'' de la fin du temps réglementaire vendredi soir. Le défenseur suédois Gustav Forsling a alors signé son deuxième but dans ces play-off en reprenant un rebond accordé par Jeremy Swayman sur un tir d'Anton Lundell.

Les Bruins, qui auront ainsi perdu leurs trois matches livrés à domicile dans cette série, avaient ouvert la marque grâce à Pavel Zacha à 53'' de la première sirène. Lundell a inscrit le 1-1 à la 33e pour les Panthers, qui ont pu compter sur un excellent Sergei Bobrovsky (22 arrêts) devant leur filet.

Jarry rejoint Zverev en finale

Jarry jouera dimanche sa premi
Jarry jouera dimanche sa premiImage: KEYSTONE/AP/Andrew Medichini

Nicolas Jarry affrontera Alexander Zverev dimanche en finale du Masters 1000 de Rome. Le Chilien s'est imposé 6-3 6-7 (3/7) 6-3 face à l'Américain Tommy Paul en demi-finale tard vendredi soir.

Jarry, 24e au classement ATP, disputera sa première finale dans un Masters 1000, la catégorie de tournois la plus importante après ceux du Grand Chelem. Il s'agira de sa quatrième finale sur le circuit: il a remporté les trois précédentes, toutes sur terre battue, à Bastad en 2019, à Santiago et Genève en 2023.

Jarry, petit-fils de la légende chilienne Jaime Fillol, présent en tribunes depuis le début de la semaine, est le premier Chilien à se hisser en finale d'un Masters 1000 depuis Fernando Gonzalez, déjà à Rome, en 2007. Il avait renoncé à venir défendre son titre à Genève en raison de son beau parcours romain.

Indiana égalise à 3-3 face aux Knicks

Myles Turner et les Pacers ont forcé un match 7 face aux Knicks
Myles Turner et les Pacers ont forcé un match 7 face aux KnicksImage: KEYSTONE/AP/Frank Franklin II

Un septième match est nécessaire pour désigner l'adversaire de Boston en finale de la Conférence Est de NBA.

Les Indiana Pacers ont en effet remporté une nouvelle victoire (116-103) sur leur terrain vendredi face à New York, forçant un match 7 décisif au Madison Square Garden dans leur série face aux Knicks.

Dans leur salle garnie par près de 18'000 supporters vêtus de t-shirts jaunes, les Pacers ont su se montrer solides vendredi face à des Knicks déterminés à clôturer la série. Au final, un écart conséquent et l'impression qu'une équipe a pris physiquement le dessus sur l'autre.

Quand Jalen Brunson va, tout va pour New York. L'inverse est aussi valable, quand le meneur passe à côté de sa première période dans de telles proportions (0 sur 11 au tir). Brunson s'en est mieux tiré en deuxième mi-temps, rentrant enfin ses shoots pour terminer avec 31 points. Mais le mal était fait à la pause (61-51 pour les Pacers).

Indiana a dominé nettement à l'intérieur (47 rebonds à 35), avec Pascal Siakam (25 points, 7 rebonds) et Miles Turner (17 points, 8 rebonds). La réussite au tir s'en est bien portée, et a grimpé jusqu'à 56% dans les deux premiers quarts-temps. Au final, dans la raquette, les Pacers ont inscrit 62 points, contre 38 pour New York.

Schauffele toujours en tête, Woods ne passe pas le cut

Xander Schauffele est toujours en tête du PGA Championship après 2 tours
Xander Schauffele est toujours en tête du PGA Championship après 2 toursImage: KEYSTONE/AP/Matt York

L'avance est mince, mais elle existe toujours pour Xander Schauffele, en tête du PGA Championship après les deux premiers tours.

Tiger Woods n'a quant à lui pas passé le cut vendredi dans la grisaille humide du Kentucky.

Auteur d'une carte de 68, à 3 coups sous le par, Schauffele est parvenu à résister, avec difficulté, au retour de ses poursuivants. Le Californien originaire d'Alsace affiche un bilan de -12, son dauphin Colin Morikawa (-11) devance lui Sahith Theegala (-10).

Il apparaissait satisfait auprès du média américain ESPN: "Je sais que j'ai bien joué aujourd'hui malgré la terre qui était très présente sur ma balle. J'aurais pu être plus agressif peut-être, mais j'ai l'impression d'avoir su saisir ce que le parcours m'a donné."

En tête à la moitié de la compétition, Schauffele doit désormais gérer mentalement cet avantage. "Etre en tête après deux tours dans un tournoi majeur va peut-être me faire bouillir la tête, et c'est normal. Mais il faut essayer de maîtriser ces émotions, se focaliser sur le présent", a-t-il ajouté devant le club house du parcours Valhalla de Louisville.

Scheffler menotté

Le no 1 mondial Scottie Scheffler a lui été arrêté et menotté vendredi aux aurores pour avoir tenté de forcer un barrage de police. Selon le rapport de police que s'est procuré la chaîne ESPN, Scheffler aurait refusé de s'arrêter à la demande d'un policier qui régulait la circulation aux abords du parcours, où un accident mortel survenu avant son arrivée avait créé un énorme embouteillage.

Il serait monté sur le trottoir pour doubler les voitures arrêtées devant lui. Il aurait alors accéléré et fait tomber un agent au sol, qui a été hospitalisé pour des hématomes à un poignet et un genou. Finalement libéré et après quelques minutes de practice, il a entamé sous la pluie son deuxième tour. Il a semblé serein et concentré, rendant une carte de 66.

Woods éliminé

Mal à l'aise depuis le début de la semaine sur ce parcours, Tiger Woods n'est pas parvenu à obtenir le score suffisant pour poursuivre la compétition ce week-end. Le cut étant fixé à -1, l'Américain échoue à +7. Il n'avait jamais fait un triple bogey en 1441 trous joués au PGA Championship. Ce vendredi, la légende en a commis deux, très loin de son standing, et quitte le Kentucky la tête basse.

Fury vs Usyk: le combat du siècle pour un champion incontesté

Le monde de la boxe attend avec impatience le combat du siècle chez les poids lourds. Samedi soir à Ryad, Tyson Fury et Oleksandr Usyk tenteront de devenir le champion incontesté.

L'enjeu de l'affrontement est très important puisque les deux stars de la boxe sont toujours invaincues chez les professionnels. Le vainqueur de ce combat du siècle deviendra le premier champion incontesté chez les lourds depuis Lennox Lewis il y a 25 ans. Il s'assurerait en effet les quatre titres de champion du monde des principales fédérations de boxe anglaise: IBF, WBO, WBA et WBC.

Héros national contre roi des Gitans

"C'est formidable, c'est bon pour moi, mais aussi très important pour mon pays", a déclaré Usyk, un héros national qui veut dédier sa victoire aux soldats ukrainiens combattant la Russie. L'agile Ukrainien devrait être capable de poser des problèmes à Fury, qui mesure 15 centimètres de plus que lui, grâce à sa vitesse.

Oleksandr Usyk détient les titres IBF, WBO et WBA, arrachés en 2021 à Anthony Joshua et défendus avec succès contre ce même Joshua un an plus tard. Des ceintures que Fury avait auparavant décrochées en 2015 en battant Vladimir Klitschko à la surprise générale avant de renoncer à ses titres, luttant contre la dépression et la consommation de drogue.

De retour sur le ring, il s'était emparé du titre WBC en 2020 en dominant l'Américain Deontay Wilder après une première tentative soldée par un match nul. En 2021, un troisième duel avait vu le "Gypsy King" envoyer Wilder au tapis.

Une organisation ardue

Comme il se doit pour un combat d'une telle envergure, l'organisation de l'événement a été une lutte acharnée. Des conflits entourant la répartition des gains ont presque conduit à la rupture des négociations. Selon plusieurs médias, Fury encaisserait plus de 100 millions de dollars pour le combat, Usyk devrait recevoir moins.

Mais ce n'est pas seulement les questions d'argent qui ont retardé le combat. Les deux hommes devaient initialement s'affronter le 23 décembre, mais Fury, qui semblait alors peu entraîné, a subi une coupure lors d'un combat d'exhibition contre l'ancien combattant de MMA Francis Ngannou.

Peu de temps après, le Britannique a été victime d'une blessure similaire alors qu'il se préparait pour l'affrontement décalé en février, ajournant une fois de plus le spectacle saoudien. Mais désormais, plus rien ne devrait faire obstacle au combat du siècle.

Roman Josi: "Les attentes sont élevées pour tout le monde"

Capitaine de l'équipe de Suisse au Mondial à Prague, Roman Josi est devenu une icône du hockey depuis son dernier passage sous les drapeaux en 2019. Mais le Bernois de 33 ans n'a pas changé.

Dès que Roman Josi a posé un patin sur la glace de la capitale tchèque, les projecteurs se sont tournés vers lui. Ce pouvoir d'attraction, le défenseur des Nashville Predators ne le cultive même pas. C'est juste son aura sur la glace qui parle pour lui.

A la manière d'un Roger Federer ou d'un Marco Odermatt, Roman Josi dégage une humilité naturelle et une simplicité qui tend presque à désarçonner. Quand les neuf millions de dollars qu'il reçoit par saison pourraient faire tourner la tête de bien des gens, lui n'en fait pas grand cas.

Prendre du plaisir

Forte de sept joueurs de NHL, la Suisse présente à Prague est certainement la plus forte de l'histoire sur le papier. Et cela génère forcément des attentes élevées, qui plus est après quatre succès en autant de rencontres. "On sait que les attentes sont élevées en Suisse, mais nous avons les mêmes au sein de la sélection, explique le Bernois. Je crois que l'objectif principal au sein de l'équipe, c'est de prendre du plaisir pour parvenir à notre but commun."

Médaillé d'argent avec la Suisse en 2013 et en 2018, Roman Josi veut logiquement aller chercher l'or. Et pour cela, il n'existe pas de formule magique. En tous les cas, le numéro 90 de la sélection n'a rien changé à son jeu. "Il faut se concentrer sur son jeu et jouer le mieux possible, explique-t-il avant de parler du hockey comme le "sport d'équipe par excellence". J'essaie de jouer mon jeu et d'aider l'équipe."

Des louanges pour Glauser

Bon camarade, l'ancien défenseur du CP Berne ne boude pas son plaisir au moment de retrouver ce vestiaire de l'équipe de Suisse et bon nombre de têtes bien connues: "C'est vraiment super de se retrouver avec cette équipe et notamment avec plusieurs joueurs que je n'ai pas revus depuis un moment. J'apprécie ce côté où tu n'as finalement que deux semaines et demie pour grandir et construire le bon état d'esprit."

Durant ces cinq années d'absence, Roman Josi n'a pas pu suivre l'évolution de certains joueurs. Y en a-t-il qu'il a vu progresser? "Je trouve que Tristan Scherwey est vraiment au top avec cette énergie qu'il met tout le temps. Et puis il y a Glauser avec qui je joue cette année pour la première fois. J'avais bien sûr entendu parler de lui et je savais qu'il était très bon. C'est un défenseur très sûr défensivement. C'est un plaisir d'évoluer avec lui et il m'impressionne."

Entre 2019 et 2024, Roman Josi a encore franchi des paliers. Désigné meilleur défenseur de NHL en 2020, il a encore été nommé deux fois au trophée Norris récompensant le meilleur arrière, dont cette saison qu'il a terminée avec 85 points en 82 matches. Et sur le plan personnel, le Bernois s'est marié et est désormais père de deux enfants.

Changé par la paternité

"C'est clair que j'ai grandi en tant qu'hockeyeur et en tant que personne, estime-t-il. Bien entendu que de devenir père a été un grand changement et une chose incroyable à vivre. Les enfants deviennent logiquement ta priorité. Le hockey demeure extrêmement important, mais tu vois les choses différemment. Tu dois jouer avec eux et ça te permet de sortir de ce stress lié au hockey. Mes enfants ne s'inquiètent pas du hockey et c'est clair que dès que je franchis le palier pour rentrer à la maison, je peux me distraire."

En le voyant à Prague, on se dit que Roman Josi ne connaît pas de coup de mou, même si sa performance face à la Grande-Bretagne ne restera pas dans les annales. "C'est évident qu'il y a des jours où tu te sens mieux que d'autres, surtout avec une saison de NHL aussi longue (82 matches de saison, plus éventuellement les play-off). En Amérique du Nord, quand tu joues des fois le samedi, le dimanche et le mardi, tu dois trouver un moyen d'être constant pour pouvoir produire chaque soir."

Lausanne peut assurer son maintien

Le Relegation Group de la Super League a livré un premier verdict avec la chute de Stade Lausanne-Ouchy, qui retrouvera la Challenge League. Le nom du barragiste pourrait être connu samedi.

Avant-dernier du classement après 36 rondes, Grasshopper accuse en effet quatre longueurs de retard sur Lausanne-Sport - et six sur Yverdon - à deux journées de la fin. Les Sauterelles accueillent samedi à 18h Bâle, alors que le LS affrontera le SLO à la Pontaise dans le même temps.

Lausanne reste sur quatre matches sans victoire (trois défaites, un nul), alors que Grasshopper est invaincu depuis trois rencontres (deux victoires, un nul). La formation vaudoise serait donc bien inspirée de se mettre à l'abri avant la dernière journée, lors de laquelle un certain LS-GC est programmé le 21 mai.

La Suisse doit enchaîner à Prague

Pour son cinquième match du Championnat du monde à Prague, la Suisse affronte le Danemark samedi à 12h20. L'occasion de filer en quarts.

Après deux jours sans match, la Suisse repart au travail. Et l'objectif doit être d'engranger un cinquième succès de rang afin de s'assurer une place dans le top 4. Voire même mieux puisque les Finlandais, qui ont déjà égaré quatre points en quatre matches, doivent jouer contre le Canada samedi à 16h20 et qu'il y aura bien des points perdus quelque part.

Les Danois n'auront en plus pas la chance d'avoir beaucoup de récupération avant de défier la Suisse, puisqu'ils ont joué contre les Britanniques vendredi à 16h20. Et en perdant contre la Norvège, en plus des défaites attendues contre le Canada et la Tchéquie, les hommes de Mikael Chrintz-Gath ne se sont pas facilité l'existence.

Mais attention, car le Danemark compte dans ses rangs plusieurs joueurs évoluant en Suède comme le buteur Patrick Russell ou l'attaquant Mikkel Aagaard. Les défenseurs Phillip Bruggisser et Oliver Joakim Larsen sont aussi capables de mettre à mal le dispositif helvétique.

La Suisse aura ensuite droit à un duel de prestige dimanche soir à 20h20 contre le Canada de Connor Bedard.

Un potentiel Djokovic-Murray en 8e de finale

Novak Djokovic pourrait retrouver Andy Murray pour son premier match à Genève.
Novak Djokovic pourrait retrouver Andy Murray pour son premier match à Genève.Image: KEYSTONE/AP/Alessandra Tarantino

Le tirage au sort du Geneva Open a réservé une jolie surprise à Novak Djokovic, invité de dernière minute au Parc des Eaux-Vives. Dispensé de premier tour, il pourrait affronter Andy Murray en 8es.

L'Ecossais de 37 ans, ancien no 1 mondial et actuel 77e au classement de l'ATP, devra écarter l'Allemand Yannick Hanfmann (ATP 59) lors de son premier match s'il veut fêter ses retrouvailles avec le Serbe. Les deux hommes ne se sont plus affrontés depuis 2017 et une finale à Doha remportée par Djokovic.

Tête de série no 3, l'Américain Taylor Fritz figure dans la même moitié de tableau que les deux vétérans. Le Norvégien Casper Ruud, double vainqueur du tournoi en 2021 et 2022 et tête de série no 2, est quant à lui dans la partie basse avec Ben Shelton (USA/4) et affrontera pour son premier match Rinky Hijikata (AUS) ou un qualifié.

Zverev stoppe la sensation Tabilo et file en finale

Alexander Zverev jouera sa troisième finale sur la terre battue romaine.
Alexander Zverev jouera sa troisième finale sur la terre battue romaine.Image: KEYSTONE/EPA/ETTORE FERRARI

Alexander Zverev a fini par mettre fin au surprenant parcours du Chilien Alejandro Tabilo en demi-finale du Masters 1000 de Rome, vendredi. Il s'est imposé en trois sets 1-6 7-6 (7/4) 6-2.

Tête de série no 3 du tournoi, l'Allemand disputera dimanche sa troisième finale à Rome après 2017 et 2018, contre un autre invité surprise, l'Américain Tommy Paul (ATP 16) ou le Chilien, Nicolas Jarry (ATP 24). Il a d'abord dû laisser passer l'orage face à Tabilo, tombeur du no 1 mondial Novak Djokovic au 3e tour, sans complexes en première manche.

Le Chilien, 32e mondial, a empoché le premier set en 30 minutes avec, dans le dernier jeu, trois amorties gagnantes. Zverev, seul rescapé des huit joueurs du top 10 mondial en lice au Foro Italico, a retrouvé sa première balle de service durant la deuxième manche.

Plombé par deux double-fautes, il a failli concéder le break une troisième fois à 3-3, avant de se sortir d'affaires et de dominer le jeu décisif. Dans la troisième manche, Zverev, vainqueur sur la terre battue romaine en 2017, a pris irrémédiablement l'ascendant sur son adversaire, visiblement épuisé physiquement et moralement, et qui disputait sa première demi-finale dans un Masters 1000.

Arne Slot sera le nouvel entraîneur de Liverpool

Arne Slot remplacera Jürgen Klopp sur le banc de Liverpool.
Arne Slot remplacera Jürgen Klopp sur le banc de Liverpool.Image: KEYSTONE/EPA/Gerrit van Keulen

L'entraîneur de Feyenoord Rotterdam, Arne Slot, a confirmé vendredi lors d'une conférence de presse qu'il sera le nouvel entraîneur de Liverpool la saison prochaine. Il remplacera Jürgen Klopp.

"Il n'y a pas encore d'annonce officielle, mais je peux confirmer que je serai entraîneur là-bas la saison prochaine", a déclaré le technicien néerlandais lors d'une conférence de presse avant le dernier match de championnat contre Excelsior Rotterdam dimanche.

Avec Feyenoord, Slot a remporté le championnat des Pays-Bas en 2023. Cette saison, son équipe est assurée de terminer deuxième derrière le PSV Eindhoven mais a en revanche triomphé en Coupe.

La Juventus Turin licencie son entraîneur Massimiliano Allegri

Massimiliano Allegri s'était emporté lors de la finale de la Coupe d'Italie mercredi.
Massimiliano Allegri s'était emporté lors de la finale de la Coupe d'Italie mercredi.Image: KEYSTONE/AP/Gregorio Borgia

La Juventus Turin a annoncé vendredi avoir limogé son entraîneur Massimiliano Allegri. Ce licenciement intervient deux jours après la victoire en Coupe d'Italie de la Juventus face à l'Atalanta (1-0).

Le contrat d'Allegri, sous pression depuis que son équipe (4e) s'est effondrée en championnat, a été résilié en raison de "comportements (...) non compatibles avec les valeurs de la Juventus", a expliqué le club dans son communiqué. Il avait été exclu de la finale, puis s'en était pris à l'un de ses dirigeants durant les célébrations, avant d'insulter et de menacer de frapper le directeur d'un quotidien sportif.

Une troisième victoire au sprint pour Jonathan Milan

Jonathan Milan va pouvoir ouvrir le champagne une nouvelle fois.
Jonathan Milan va pouvoir ouvrir le champagne une nouvelle fois.Image: KEYSTONE/EPA/LUCA ZENNARO

L'Italien Jonathan Milan a remporté vendredi sa troisième victoire sur le Tour d'Italie. Il s'est imposé au sprint à Cento lors d'une journée paisible pour les favoris avant un week-end décisif.

Lors de cette 13e étape totalement plate, sans incidence pour le classement général, le coureur de l'équipe Lidl-Trek a facilement dominé le reste de la meute pour conforter son maillot cyclamen de meilleur sprinteur.

Le Slovène Tadej Pogacar a conservé le maillot rose de leader, avec une avance confortable de 2'40'' sur le Colombien Daniel Martinez. Les deux étapes du week-end, un contre-la-montre samedi et un parcours montagneux effrayant dimanche, seront potentiellement décisives.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Alisha Lehmann est une super footballeuse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
Ils traversent Tower Bridge à près de 250 km/h
Deux athlètes Red Bull ont réussi une nouvelle performance ébouriffante, en plein centre-ville de Londres.

Ce n'est pas le spot auquel nous aurions pensé. Et pour cause, lorsque la marque Red Bull dévoile des images de vol en wingsuit, il s'agit habituellement de base jump, en pleine nature, par exemple dans les Alpes.

L’article