DE | FR
Bild

Tokyo 2020

L'être humain le plus rapide n'ira jamais plus vite que votre chat

Il y aura une fin aux records du monde qui tombent à Tokyo: Une étude a déterminé les caractéristiques corporelles qui limitent la vitesse maximale au sprint.

Clarisse portevin / slate



Dimanche 1er août, les athlètes les plus rapides du monde se sont affrontés au 100 mètres. Mais personne n'a réussi à battre le record absolu de 9''58 détenu par le célèbre Usain Bolt. Pour établir ce record, le Jamaïcain avait atteint une vitesse d'environ 43 km/h. Un peu moins que celle d'un chat domestique, indique Wired. Et dans une course contre des guépards et des antilopes, les animaux les plus rapides du monde, un athlète olympique comme Bolt n'aurait aucune chance.

Jamaican Olympic gold medallist Usain Bolt runs to win the

Usain Bolt a une foulée féline mais il ne sera jamais un félin. Image: AP

Alors qu'est-ce qui détermine la vitesse de pointe d'une espèce? Un groupe de scientifiques dirigé par le biomécanicien Michael Günther, de l'Université de Stuttgart, a défini les lois qui régissent les vitesses de course maximales dans le règne animal. Dans une étude publiée dans le Journal of Theoretical Biology, ils présentent un modèle complexe élaboré en fonction de nombreux facteurs, afin de découvrir quels éléments du corps sont les plus importants pour optimiser la vitesse.

«Il s'agit de connaître pourquoi et comment notre évolution modifie le corps. Si on se pose cette question d'un point de vue mécanique, on peut vraiment comprendre comment la forme du corps est influencée par les nécessités de l'évolution»

Michael Günther

Pour savoir quels éléments favorisent ou limitent notre vitesse, les chercheurs ont voulu trouver une explication qui ne ferait appel qu'aux principes de la physique. Ils ont donc construit un modèle composé de plus de quarante paramètres relatifs à la forme du corps, la géométrie de la course, et la balance des forces agissant sur le corps.

Ils concluent que deux éléments principaux limitent la vitesse maximale. D'abord, la résistance dans l'air, c'est-à-dire la force opposée qui agit sur les jambes quand elles essaient de pousser le corps en avant.

Bild

Le chat, plus petit, pousse davantage son corps en avant.

L'autre élément qui entre en jeu, c'est l'inertie, à savoir la résistance d'un objet pour accélérer à partir d'un état de repos. L'inertie, contrairement à la résistance dans l'air, augmente avec la masse. Ainsi, lorsqu'un animal se met à courir, il lui faut du temps pour accélérer sa propre masse. Plus il est grand, plus ce délai est important.

Selon les scientifiques, le poids idéal pour maîtriser ces deux éléments se situe autour de 50 kilos... Soit le poids moyen des guépards et des antilopes.

Bild

Guépard contre antilope, le vrai 100 m le plus rapide de l'histoire.

Michael Günther et ses collègues ont également pu prédire les vitesses maximales théoriques pour différentes formes de corps: Le corps humain moyen arrive en dernière position parmi les animaux sélectionnés, derrière les chats.

Alors même si quelqu'un bat un jour le record d'Usain Bolt, il n'ira sans doute pas beaucoup plus vite. La biomécanique du sprint prouve que le médaillé olympique est tout proche de la limite de ce qui est possible pour le corps humain.

Plus d'articles sur le sport

Une fighteuse trans met une rouste à sa rivale et crée la polémique

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tokyo 2020

Cette nuit, la Suisse a connu quelques désillusions aux JO

Un gadin dans le sable, un judoka en larmes et un record qui rassure à moitié: Ce n'est pas tous les jours fêtes aux JO.

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré devront lutter pour le bronze. La Zurichoise et la Bernoise ont pris une claque (21-12 21-11) en demi-finale face aux Américaines April Ross/Alix Klineman, vice-championnes du monde 2019.

Heidrich et Vergé-Dépré doivent très vite se remobiliser si elles entendent offrir au beachvolley helvétique la deuxième médaille olympique de son histoire, 17 ans après celle de bronze conquise par Patrick Heuscher et Stefan Kobel à Athènes.

Les championnes d'Europe en titre …

Lire l’article
Link zum Artikel