DE | FR
Olivier Senn est le directeur du TdS depuis 2015.
Olivier Senn est le directeur du TdS depuis 2015.
interview watson

Le patron du Tour de Suisse: «La Romandie ne veut pas de nous»

La boucle nationale (jusqu'au 21 juin) fait étape au Tessin et au Liechtenstein cette année, mais pas en Suisse romande, où elle n'est pas la bienvenue. Son directeur est amer. Interview.
14.06.2022, 14:55
Suivez-moi

Olivier Senn, pourquoi ne venez-vous pas dans la partie francophone du pays?
Parce que personne ne nous veut.

Sérieusement?
Oui. Toutes les communes romandes que nous contactons, sauf 2 ou 3 exceptions, ne veulent pas, ou ne peuvent pas, accueillir la course. On n'y arrive pas.

Le tracé 2022

Normalement, ce sont les communes qui contactent l'organisateur pour être ville-étape d'une grande course, pas l'inverse.
C'est bien simple: je ne me souviens que d'une ou deux candidatures romandes pour le Tour de Suisse.

Et vous êtes directeur du TdS depuis quelle année?
2015 (il marque une pause et ajoute). On est en ce moment même en discussion avec deux villes romandes pour le futur, mais on ne sait pas si cela se concrétisera, ni quand.

Qu'est-ce que les communes que vous contactez vous disent pour justifier leur désintérêt? Que c'est trop cher? Que le TdS n'est pas assez populaire ici? Qu'ils préfèrent garder leur argent pour le Tour de Romandie?
Ils disent un peu tout ça. C'est clair qu'on est plus cher que le Tour de Romandie, beaucoup de communes ont une histoire avec cette course et veulent poursuivre leur collaboration. Et il y a d'autres explications encore, mais je ne les connais pas. Je ne suis pas sûr que les raisons que l'on nous donne sont les vraies. C'est dur, hein. Vraiment dur.

«Un Tour de Suisse, ça devrait être un Tour de toute la Suisse. Ce n'est pas le cas, et c'est dommage»
Olivier Senn encourage Stefan Kueng avant une étape en 2018.
Olivier Senn encourage Stefan Kueng avant une étape en 2018.Image: Keystone

Le fait de ne pas pouvoir venir chez nous vous fait-il perdre de l'argent? On imagine que vous toucheriez davantage de la part de vos partenaires avec une couverture nationale.
Je n'ai pas vu d'impact direct en ce sens. «La Vaudoise», par exemple, est avec nous pour marquer sa présence sur le marché alémanique.

Vous disiez tout à l'heure que vous étiez plus cher que le Tour de Romandie. De combien?
Je ne connais pas les chiffres du TdR, mais ce qu'on entend, c'est qu'on est plus cher, et je le crois volontiers.

«Le Tour de Romandie est soutenu plutôt par les cantons, qui apportent peut-être une aide plus conséquente qu'au Tour de Suisse, mais je ne suis pas en mesure de l'affirmer»

Paradoxalement, il semble plus facile pour vous d'aller à l'étranger (Vaduz est une ville-étape cette année) qu'en Romandie.
Absolument! Je pourrais aller en Allemagne, en Autriche ou au Liechtenstein demain. Ce n'est pas ce qu'on veut, mais bon...

Pensez-vous que les Romands sous-estiment, délaissent le Tour de Suisse, parce qu'ils sont trop attirés et séduits par le Tour de France et de Romandie?
Oui, je le pense. Et c'est dommage.

«Je suis à moitié Romand (ndlr: sa mère est fribourgeoise), ça me fait mal au coeur. J'investis beaucoup pour susciter de l'intérêt en Romandie»
Olivier Senn

Au-delà du manque d'intérêt des communes, ressentez-vous une forme d'indifférence des francophones dans les audiences sur la RTS ou le nombre de clics sur votre site?
Oui. On constate aussi ce désintérêt au bord de la route, quand on passe en Romandie. Il y a nettement moins de monde. Je ne connais pas les chiffres de la RTS pour le Tour de Romandie, mais pour nous, ils sont vraiment bas.

Les Tessinois sont-ils plus réceptifs que nous?
Beaucoup, beaucoup plus. L'intérêt chez eux est grand, aussi parce que le Giro exerce moins de fascination sur les Tessinois que le Tour de France sur les Romands. D'ailleurs on va souvent au Tessin, et on y sera encore cette année.

Olivier Senn (en rouge) avant une étape entre Quinto et Olivone en 2015.
Olivier Senn (en rouge) avant une étape entre Quinto et Olivone en 2015.

Viendrez-vous quand même chez nous l'an prochain? Peut-on l'espérer?
Il y a de bonnes chances. Mais j'ai déjà dit ça par le passé et ça ne s'est pas concrétisé. On a déjà eu des accords oraux et finalement, ça ne s'est pas fait... Mais c'est aussi arrivé avec certaines villes alémaniques.

La crise du Covid rend-elle encore plus difficile l'investissement des communes romandes pour être ville-étapes?
Non, je ne le crois pas.

Quelle est la solution pour l'avenir, alors? Qu'est-ce qui vous permettrait de gagner en popularité chez les francophones?
Il faut qu'on y passe. Si on a deux, trois étapes romandes dans les années à venir, je crois vraiment qu'on pourra montrer ce qu'est le Tour de Suisse aux gens, et qu'ils le verront peut-être un peu différemment. ​

Adaptation d'un texte paru le 1er avril 2022 sur watson.

Les événements Red Bull

1 / 8
Les événements Red Bull
source: ap red bull stratos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Une Pussy Riot en Suisse: «Nous savons que nous sommes sous surveillance»
Olga Borisova a dû quitter la Russie parce qu'elle protestait contre la guerre en Ukraine. Elle est membre des Pussy Riot et se produit avec un collectif punk, à Bâle, le jour de la grève des femmes suisse.

Quiconque s'oppose à la guerre en Ukraine doit s'attendre à des sanctions sévères en Russie. De nombreux Russes critiques ont donc quitté leur pays. C'est notamment le cas des membres du collectif de performance punk Pussy Riot. Trois d'entre elles sont en tournée en Europe avec un programme anti-guerre. Ce mardi, elles joueront à Bâle. Nous nous sommes entretenus avec Olga Borisova sur les droits des femmes, sa fuite en Géorgie et la Russie qu'elle observe de près, même à l'étranger.

L’article