DE | FR

Djokovic a gagné, il passe entre les gouttes du vaccin

L'Open d'Australie confirme avoir accordé une exemption médicale au n°1 mondial, qui échappe à l'obligation vaccinale et saute dans le dernier charter pour Melbourne.
04.01.2022, 11:4304.01.2022, 18:04

C'est Novak Djokovic qui a annoncé la nouvelle sur son compte Instagram: «Je décolle pour Down Under avec une exemption médicale. Let's go 2022!». Une image le montre à l'aéroport, petit rictus triomphal, prêt à embarquer.

Sans révéler le statut vaccinal de Djokovic, l'Open d'Australie a confirmé la nouvelle que toute la corporation attendait nerveusement depuis des semaines: il a bien accordé une dérogation de dernière minute au n°1 mondial, alors qu'il restait un seul vol charter pour Melbourne.

Dans son communiqué, le tournoi prend des précautions et insiste lourdement «sur un processus rigoureux mené par deux panels d'experts indépendants», histoire d'écarter l'hypothèse (déjà largement répandue sur les réseaux sociaux) d'un traitement de faveur.

La précision est d'autant plus utile que, de sources serbes et australiennes, la première demande de Djokovic avait été rejetée en fin de semaine dernière. «Il reste de nombreux points à éclaircir», avait confirmé Craig Tiley, patron du tournoi, dimanche 2 janvier.

Il est peu probable que les rapports d'experts soient rendus publics et que l'on connaisse un jour les arguments qui ont motivé cette dérogation. Le secret médical est aussi valable pour les sportifs.

Reste à découvrir comment le public australien accueillera cette décision et, plus encore, Novak Djokovic, après deux ans d'une discipline sanitaire extrêmement stricte, parmi les plus radicales au monde.

Sportivement, la situation est nettement plus claire: neuf fois vainqueur à Melbourne, Djokovic y sera le grand favori et tentera de devenir, peu importe que ce soit sous les ovations ou les huées, le joueur le plus titré de l'histoire.

4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Le tennis a chassé les pères fouettards et surveille les bavards
A Roland-Garros, les pères de Coco Gauff et Stefanos Tsitsipas sont soupçonnés de coaching illicite. Encore traumatisé par les drames familiaux de l'époque, le tennis surveille tout geste déplacé.

Quand un parent gesticule, l’arbitre a le devoir d’interpréter à la fois le geste et le message qu’il véhicule. Toute communication qui s'apparente à du coaching est strictement interdite, y compris par le langage des signes.

L’article