DE | FR
Les Américains ont installé un beach club au milieu du circuit.
Les Américains ont installé un beach club au milieu du circuit.

Le premier GP de l'histoire à Miami s'annonce complètement fou

Deux lignes droites interminables, des tribunes surpeuplées, des yachts posés sur des planches en bois et un «beach club» dans un virage: le GP de Miami ce week-end va être dément.
06.05.2022, 06:2906.05.2022, 06:55

De nombreuses incertitudes planent sur le 5e week-end de la saison en Formule 1: l'écurie Red Bull prendra-t-elle la tête du championnat des constructeurs? Son pilote Max Verstappen rattrapera-t-il Charles Leclerc (Ferrari) au classement des pilotes? Enfin, et surtout, à quoi ressemblera le Grand Prix de Miami, nouvellement inscrit au calendrier?

Le programme du week-end 🍿

Heures suisses
➡️ Vendredi 6 mai:
20h30-21h30: essais libres 1
23h30-00h30: essais libres 2
➡️ Samedi 7 mai:
19h-20h: essais libres 3
22h-23h: qualifications
➡️ Dimanche 8 mai:
21h30: course

Les premiers avis sont partagés. Notre confrère de Tamedia, Luc Domenjoz, décrit un circuit «fabuleux», «le plus glamour du championnat: deux lignes droites interminables pour favoriser les dépassements, 19 virages, dont certains très serrés et d’autres qui se referment autour d’une marina artificielle». De quoi réjouir les pilotes, qui ont apprécié leurs premières «sorties» sur simulateur.

«Le tracé est plutôt génial. Il y a pas mal de portions rapides, il est plutôt exigeant avec des types de virages inhabituels, certains sont très longs. Il y a également de longues lignes droites. On devrait avoir un bon divertissement à l'américaine.»
Pierre Gasly au micro de Motorsport.com
Les pilotes devront effectuer 57 tours de 5,412 km. Ils disposeront de 3 zones de DRS.
Les pilotes devront effectuer 57 tours de 5,412 km. Ils disposeront de 3 zones de DRS.Image: F1

Mais L'Equipe rappelle dans un reportage que «c'est autour de l'asphalte que les choses prêtent à sourire, parfois, et à faire la grimace, souvent». Les promoteurs du Grand Prix, dessiné sur des parkings autour du Hard Rock Stadium, n'ont en effet «pas lésiné sur le rouge à lèvres, le fard à paupières et le mascara». Symbole des fautes de goût, cette marina non reliée à la mer qui amuse pas mal de monde depuis plusieurs jours.

De véritables «yachts » ont été acheminés par camion, puis déposés sur ces planches en bois aux couleurs de la mer.

«La surface peut faire brièvement penser à de l’eau, mais seulement lorsque l’on ferme un oeil ou deux, que l’on fait trois tours sur soi-même, la tête à l’envers», ironise Auto Hebdo.

Non loin de là, au virage 12, on trouve carrément un club de plage avec sable chaud et transat. Un environnement inédit en F1. Les organisateurs, qui avaient initialement songé à organiser la course au centre-ville, n'ont visiblement pas encore accepté leur déménagement à 15 km des côtes.

Cet espace accueille cabanes, bungalows, bars et piscine. Les meilleurs DJ y sont attendus tout le week-end. L'endroit se mérite (3600 euros le billet pour le week-end), mais affiche déjà complet, comme le reste des tribunes. Tous les billets ont été vendus en 40 minutes. Le marché noir bat son plein. Les places s'échangent jusqu'à dix fois leur prix initial. On dirait la finale du championnat de football américain.

«Je pense que ce GP rivalise clairement avec le Super Bowl. Tout le monde demande: «Est-ce que tu vas à la course de Miami?»
Zak Brown, patron de McLaren, à l’agence de presse Reuters

Chacun veut participer à la fête et à cette première qui en appelle d'autres. «La rumeur veut que le GP de Monaco risque de disparaître du calendrier. Son côté glamour serait assuré par Miami», écrit Luc Domenjoz. Miami est prêt à reprendre le flambeau: il a signé un contrat de 10 ans avec «Formula 1», le promoteur du championnat du monde.

De quoi soigner sa réputation. Beaucoup de critiques sont en effet apparues en marge des festivités ces derniers jours, comme le partenariat entre la F1, qui prêche le développement durable, et le sponsor de sa marina artificielle MSC Cruises Yacht Club, un croisiériste actif dans l'un des secteurs les plus polluants au monde.

L'Equipe souligne encore d'autres éléments de crispation, «comme la manière dont le promoteur a géré, façon bulldozer, la préparation du GP par rapport aux riverains».

Les bulldozers ont depuis été remplacés par les monoplaces. Bien plus chics, elles cadraient mieux avec le décor souhaité par les organisateurs. Show must go on.

(jcz)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Thèmes

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Robert Lewandowski et le syndrome du plombier polonais
Il voudrait partir. D'autres l'auraient libéré pour services rendus mais le Bayern a décidé de le retenir contre son gré. Et de toute façon, personne n'est prêt à le payer cher. C'est l'histoire d'un Polonais de service.

64 buts en une année, des records séculaires, des triplés légendaires, dix titres de champion d’Allemagne. Et pourtant, rien. Pas de Ballon d'or. Pas de proposition indécente. Pas de photographes qui en font un modèle (papa modèle d'une petite fille adorable, conducteur modèle d'une «Lambo» décapotable) ou qui le reluquent à la plage. Pas de diners en ville ni de campagne publicitaire: loin de tout, si loin. Presque oublié.

L’article