DE | FR
Les 100 supporters admis par mesure de protection Covid-19 observent le match, lors de la rencontre de football de Super League entre le Geneve Servette FC et le BSC Young Boys, ce dimanche 2 mai 2021 au stade de Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le stade de Genève le 2 mai 2021 lors d'un match de Super League entre Servette et Young Boys, sous mesures anti-coronavirus. Image: KEYSTONE

Pourquoi les stades romands ne se remplissent-ils pas?

Malgré une promotion plus forte que d'habitude, Servette et Lausanne peinent à garnir leurs tribunes pour leur match de ce week-end. Mais ce n'est pas une surprise dans ce coin de pays. Explications.



Dimanche sera un grand jour pour le Lausanne-Sport. Le club vaudois va officiellement inaugurer son nouveau stade de la Tuilière, qui plus est lors du derby contre Sion (16h30). Pour un tel événement, on espérerait une enceinte pleine à craquer, malgré les restrictions sanitaires. Or, le LS n'avait vendu mercredi que 7000 billets, à quatre jours du match. Et pourtant, il a mis les moyens, avec des animations avant la partie (concert des DJ's du MAD, entre autres) et une campagne de pub sur les réseaux sociaux.

Servette, lui, se réjouissait mercredi des 5400 tickets qui ont déjà trouvé preneurs pour le match de dimanche contre Saint-Gall (14h15). Pour un stade de 30 000 places et une ville aussi grande que Genève, ça reste très peu. Pourtant, le club genevois a aussi fait des efforts: avec un achat en ligne, le prix pour une place en Tribune Nord est de seulement 10 francs.

C'est une réalité: ces vingt dernières années, tous les clubs romands de Swiss Football League peinent à attirer du public. Les chiffres sont là pour le prouver: en ce début de saison, le premier club romand au classement du nombre de spectateurs est 6e. Il s'agit du LS (5134 spectateurs par match), loin derrière le cinquième Lucerne (9926) et surtout YB et Bâle (plus de 20 000 chacun). Le constat était déjà le même lors de l'exercice 2013/2014, par exemple.

Moyenne de spectateurs cette saison

Bild

source: sWISS FOOTBALL LEAGUE

Plusieurs raisons expliquent ce désintérêt du public pour les stades romands. En voici quatre.

Des résultats qui ne font pas rêver

Depuis plus de vingt ans, les clubs de la partie francophone du pays n'atteignent plus des sommets. Depuis le sacre de Servette en 1999, aucun d'entre eux n'a titillé le titre national. «Ça commence à faire long», soupire Johann Lonfat au bout du fil. L'ancien Grenat était sur le terrain ce jour-là. Il en est persuadé: pour faire (re)venir le monde au stade, il faut des bons résultats. «Ils créent une émulation autour de l'équipe. Les gens en parlent dans les bistrots, beaucoup veulent aller voir au moins une fois cette équipe qui cartonne, et ça accroche!»

Car contrairement à d'autres pays où les fans viennent assister aux prestations de leurs protégés indifféremment selon les performances, le public romand est, lui, seulement événementiel. Pour preuves récentes: les plus de 20 000 spectateurs qui avaient assisté à la montée en Super League de Servette contre Lausanne à la Praille en mai 2019. Ou encore les finales de Coupe de Suisse jouées par Sion, qui font se déplacer des milliers de Valaisans.

Le classement actuel de la Super League, déjà dominé par des clubs alémaniques

Bild

source: rts

Une grosse concurrence

Mais le public est devenu très exigeant. Aujourd'hui, l'offre culturelle et de loisirs est très développée dans notre pays. Surtout dans des grandes villes comme Genève et Lausanne. Sans parler de la possibilité qu'ont désormais les fans de foot de regarder facilement les grands championnats européens chaque week-end sur leur canapé. Les clubs de hockey sur glace, sport extrêmement populaire en Romandie, font aussi de l'ombre à leurs homologues footeux.

Alors pour se faire une place parmi toute cette concurrence, il faut en mettre plein les mirettes au public, en lui offrant un spectacle de très grande qualité. Y compris le confort dans les enceintes et les animations qu'il y a autour. «Aller au stade doit être une expérience, plaide Johann Lonfat, désormais consultant foot pour la chaîne Blue. Il faudrait que les clubs romands s'inspirent de ce qui marche en Suisse, comme à Saint-Gall, par exemple». Car malgré des résultats mitigés pour les Brodeurs, leur public demeure depuis de nombreuses années l'un des plus fidèles et bouillants du pays dans le récent Kybunpark.

Bild

Les joueurs et le staff de Servette (avec Johann Lonfat, cheveux longs blonds et bras levé) célébrant le titre national en 1999 à Lausanne. image: keystone

Une communication à développer

Malgré leurs efforts comme cette semaine sur les réseaux sociaux, notamment, pour attirer la foule au stade, les clubs romands ont tout intérêt à développer davantage leur communication, sur le web et dans l'espace public. Petit frein toutefois: les budgets, beaucoup moins élevés que ceux des grosses écuries européennes.

Mais il y a quand mêmes quelques exemples de réussite en Suisse, comme le rappelle Johann Lonfat:

«La choucroute organisée par le FC Sion fait chaque année un carton. Il y a une grosse promotion autour de l'événement. Au contraire des matchs, où je vois globalement peu de publicité en Suisse romande. Quand je jouais à Sochaux, en France, j'en voyais davantage»

Johann Lonfat, ancien international suisse

Et le résultat se fait sentir: le repas de soutien du club valaisan attire chaque fois plus de 7000 spectateurs, le double des affluences à Tourbillon actuellement.

Bild

Le repas de soutien du FC Sion, ici en 2016, avait attiré 7514 amateurs de choucroute à Martigny. image: keystone

Un manque d'identification

Ce désintérêt du public romand peut aussi s'expliquer par un manque d'identification à ses équipes. En Super League, elles n'ont que très peu de joueurs locaux. «A Sion, j'entends souvent des gens se plaindre qu'il n'y a que des mercenaires, avoue Johann Lonfat. Je pense que ce sentiment est plus fort dans des régions davantage rurales comme le Valais. Mais c'est certainement le cas aussi à Lausanne, où le club est soutenu par des gens du Gros-de-Vaud ou du Nord vaudois, par exemple, et qui souhaitent voir des joueurs de leur coin évoluer avec la première équipe.»

Und jeune fan avec un drapeau valaisan du dernier match de la saison de football de Super League entre le FC Sion et le FC Basel, ce vendredi 21 mai 2021 au stade de Tourbillon a Sion. (KEYSTONE/Alessandro della Valle)

Un jeune fan du FC Sion lors du dernier match de la saison dernière en mai face à Bâle. Image: KEYSTONE

Il y a une dizaine de jours, le premier but en Super League du jeune valaisan Théo Berdayes (19 ans) – né à Saint-Maurice – lors de la victoire de Sion contre Lugano (3-2), qui plus est décisif, a certainement mis du baume au cœur à pas mal de supporters sédunois, présents – ou non – à Tourbillon ce soir-là.

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Ils s'endorment au musée

1 / 8
Ils s'endorment au musée
source: https://stefandraschan.com/ / https://stefandraschan.com/
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Nati

Vous voulez faire tirer les pénaltys à Sommer: n'y pensez même pas!

D'après notre sondage, vous souhaitez que Yann Sommer devienne le tireur de pénaltys attitré de la Nati. Mais un expert prévient: c'est une très mauvaise idée.

La Nati a fait match nul 0-0 mercredi soir en Irlande du Nord dans les qualifs pour le Mondial 2022. Mais le score aurait pu être plus favorable pour la Suisse si Haris Seferovic avait transformé son pénalty à la 33e minute.

Murat Yakin, qui ne semble plus faire confiance à Ricardo Rodriguez pour cet exercice, est embêté: il n'a plus de tireur attitré. Alors on vous a demandé quel joueur vous aimeriez voir s'élancer depuis le point des 11 mètres. Et vous avez voté en majorité pour... le …

Lire l’article
Link zum Artikel