DE | FR
Jeux olympiques

Pourquoi tant d'athlètes tombent en dépression après les JO

Qu'ils aient gagné ou tout raté, de nombreux athlètes luttent pour leur santé mentale après les Jeux olympiques, parfois pendant des années et pour des raisons très différentes.
23.02.2022, 11:4023.02.2022, 18:48
Lisa O'halloran / the conversation
Un article de The Conversation
The Conversation

Après l'excitation de la compétition durant les Jeux olympiques et paralympiques, on s'attendrait à ce qu'un athlète se sente, enfin, au sommet du monde en rentrant chez lui. Mais pour certains, la période qui suit les JO peut, à l'inverse, être particulièrement difficile.

Beaucoup connaissent en effet des problèmes de santé mentale après avoir participé aux Jeux, et doivent traverser une sorte de «période sombre» post-olympique.

De nombreux athlètes se sont ouverts par le passé sur les problèmes qu'ils ont rencontrés pour se réadapter à la vie après les Jeux. Par exemple, le skieur olympique Nick Goepper a déclaré se sentir extrêmement déprimé et a même envisagé de se suicider après être rentré chez lui; il avait pourtant remporté une médaille de bronze aux Jeux d'hiver de 2014.

L'athlète olympique le plus décoré de tous les temps, le nageur américain Michael Phelps, a lui aussi parlé d'une grave dépression post-olympique.

Indestructible en compétition, Michael Phelps a eu des pensées suicidaires après.
Indestructible en compétition, Michael Phelps a eu des pensées suicidaires après.

Selon une étude réalisée en 2021, environ 24 % des sportifs ayant participé aux JO ont déclaré ressentir une détresse psychologique élevée ou très élevée après l'événement. Les raisons pour lesquelles un athlète peut connaître une telle période sombre post-olympique sont nombreuses, et les facteurs en cause sont tout aussi divers.

La seule chance de leur vie

Le fait que les Jeux ne se tiennent qu'une fois tous les quatre ans démultiplie les tensions. Déjà, certains athlètes n'auront qu'une seule chance dans leur vie de se qualifier.

Ensuite, les contre-performances peuvent être particulièrement difficiles à gérer. Le fait de ne pas se sentir à la hauteur des attentes, d'être «passé à côté» – de ne pas atteindre une finale ou de ne pas réaliser un record personnel – sont autant de facteurs qui peuvent affecter le bien-être d'un athlète après les Jeux.

Mais, paradoxalement, «avoir été à la hauteur» ne protège pas de ces risques de dépression post-olympiques: l'euphorie de la victoire qui s'estompe, la perte du statut de célébrité, la difficulté à se réadapter à la vie «normale» à la maison, moins de soutien social de la part des coéquipiers, les blessures et le manque de routine après la compétition sont tout autant à considérer.

Michelle Gisin très entourée à son retour de Pékin. Après quelques jours, un vide s'installe.
Michelle Gisin très entourée à son retour de Pékin. Après quelques jours, un vide s'installe.Image: KEYSTONE

Ainsi, même les athlètes qui gagnent une médaille ou obtiennent des résultats meilleurs que prévu peuvent connaître une certaine détresse post-olympique – et qui peut se produire jusqu'à plusieurs semaines après les Jeux.

Pour les médaillés, la période qui suit les Jeux est remplie d'engagements et d'apparitions dans les médias, de sollicitations qui font que la tension accumulée avant l'événement ne retombe pas tout de suite. Mais à mesure que l'intérêt pour eux diminue, ils peuvent commencer à ressentir une baisse de moral, un isolement et d'autres symptômes de dépression.

Rien avant ni après

L'identité, la personnalité peut également jouer un rôle clé. De nombreux athlètes doivent, pour réussir, se consacrer intensément à leur sport; une implication énorme qui commence souvent à un jeune âge. Et le fait que leur vie tourne, parfois presque uniquement, autour de leur sport peut entraîner des difficultés lorsqu'ils sont confrontés à des échecs ou des aléas. Des contre-performances, des blessures ou la retraite peuvent, toutes, menacer leur identité même.

Lorsque le fait d'être un athlète est le seul centre d'intérêt d'une personne, cela signifie souvent qu'elle ne s'est pas investie dans d'autres domaines. Voire n'a pas envisagé la possibilité d'une autre carrière.

Les athlètes qui ont eu l'impression de se perdre eux-mêmes après les Jeux ont déclaré avoir souffert notamment de détresse et de dépression. Même les athlètes qui ont obtenu de bons résultats pendant les Jeux peuvent éprouver ce sentiment de dissolution de ce qui constitue le ciment de leur identité.

La durée de ces séquences de vulnérabilité est variable. Toutefois, ceux qui ont du mal à dépasser une mauvaise performance peuvent connaître une détresse psychologique plus longue. Par exemple, une étude a montré comment un athlète est resté marqué par sa contre-performance aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 jusqu'à sa participation aux Jeux du Commonwealth de 2018.

Prendre sa retraite après les Jeux peut également entraîner des problèmes de santé mentale sur le long terme. Une étude a ainsi montré que 40% des anciens athlètes avaient du mal à accepter leur retraite et que d'autres s'accrochaient au passé - parfois pendant des années.

Comment éviter le choc

De nombreux athlètes souhaitent désormais davantage de soutien après la compétition, pour les aider à faire face à cette période difficile. Une façon de le faire est de les encourager à élargir leur centre d'intérêt. Bien que cela puisse sembler contre-productif au niveau sportif, les encourager à être plus qu'un athlète peut contribuer à améliorer leur santé mentale tout au long de leur carrière, jusqu'au moment de la retraite.

Pour préserver son équilibre, Marco Odermatt se coupe du sport de compétition pendant l'été.
Pour préserver son équilibre, Marco Odermatt se coupe du sport de compétition pendant l'été.

Envisager une seconde carrière, passer plus de temps avec sa famille et ses amis ou poursuivre des études est loin d'être anecdotique. Des recherches ont montré concrètement que le fait d'avoir tout simplement quelque chose à faire – comme partir en vacances ou retourner à l'école – contribuait à un meilleur bien-être des athlètes après la compétition.

Le développement d'un «Soi» enrichi de nouvelles facettes hors du sport peut également contribuer à réduire le sentiment de perte d'identité lorsque le sport devient moins omniprésent. Les athlètes qui en sont capables ressentent de fait moins de stress et de pression lors de ces séquences potentiellement compliquées.

Moins de 10% des athlètes remportent des médailles lors des épreuves olympiques. Après tant d'années d'entraînement et de préparation, il est compréhensible que certains puissent se sentir déprimés ou déçus après une compétition. Les aider à voir au-delà de leur performance ou de leur seule identité d'athlète peut les aider à mieux faire face à la fin des Jeux olympiques et paralympiques. La problématique de la santé mentale chez les athlètes est désormais prise en compte par le CIO.

Cet article a été publié initialement sur The Conversation. watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Dans l'actu: des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot
Barbecues, apéros ou rendez-vous amoureux: avec le début de l'été et la fin d'une saison éprouvante, les footeux de talus deviennent moins assidus. Ils désertent les terrains en s'inventant des excuses bidons ou pour faire des activités cocasses.

Pas envie d'aller à un entraînement ou à un match? Rien de plus facile, en mobilisant les grands classiques: un examen à réviser pour le lendemain, l'anniversaire de la grand-mère de la copine, une réunion de travail qui est venue se greffer au dernier moment ou encore la petite tension au niveau du mollet.

L’article