DE | FR
Jeux olympiques

Marco Odermatt a résisté à la pression. Champion!

Très attendu, le Nidwaldien a remporté la médaille d'or du géant olympique malgré une grosse frayeur dans la première manche. Murisier et Meillard sont sortis.
13.02.2022, 04:1813.02.2022, 10:57
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Marco Odermatt est allé chercher le titre olympique en géant. Il rejoint Roger Staub, Heini Hemmi, Max Julen, Carlo Janka dans le club des Suisses en or dans la discipline.

Quelle force de caractère chez Marco Odermatt! Alors qu'il avait connu l'élimination en Super-G, le leader du général de la Coupe du monde se savait très attendu dimanche. Un peu comme à Adelboden en début d'année. En tête après la première manche, le patron du ski masculin (vainqueur de quatre des cinq géants cette saison) a dû puiser dans ses ressources physiques et mentales pour aller chercher cette fantastique médaille d'or à 24 ans.

Parce que Zan Kranjec a réalisé un deuxième parcours incroyable: huitième au terme du tracé initial, le Slovène a sorti une manche de feu. Mais «Odi» a su utiliser à bon escient ses 78 centièmes d'avance pour en conserver 19 à l'arrivée.

«Je ne voulais pas finir quatrième»

«C'est incroyable. C'était très dur avec la neige et la visibilité. La longue pause entre les deux manches n'a pas aidé. Ce n'était pas évidemment mentalement. C'est un rêve... C'était très difficile. J'ai attaqué en deuxième manche car je ne voulais finir à la quatrième place. J'ai pu parler à Carlo Janka après la course. C'est hyper cool de lui succéder en géant.»
Marco Odermatt au micro de la RTS

La dernière place sur le podium est allée au champion du monde français Mathieu Faivre. Dixième après la première manche, Gino Caviezel a terminé au septième rang.

Grosse frayeur

La première manche avait posé le cadre d'une lutte somptueuses entre cinq hommes. Sous la neige et dans des conditions de visibilité exécrables, Marco Odermatt avait devancé Stefan Brennsteiner de 0''04, Mathieu Faivre de 0''08, Henrik Kristoffersen de 0''12 et Thibaut Favrot de 0''19. Odermatt aurait pu s'offrir une marge plus confortable sans une grosse faute sur le haut du parcours.

«C'était un combat brutal, de la première à la dernière porte. C'était très difficile à skier avec cette neige fraîche»
Marco Odermatt sur la RTS

Murisier s'est trompé

Justin Murisier et Loïc Meillard ont connu l'élimination dès la première manche. Justin Murisier a confié s'être trompé dans ses réglages. «J'ai remarqué dès la deuxième porte que je n'avais pas de grip. Je n'ai pas trouvé la solution», a expliqué le Bagnard, 4e du combiné à Pékin.

«Quand tu viens aux JO, c'est pour y faire une médaille. Je n'en ai pas»
Justin Murisier

Loïc Meillard, qui aura encore le slalom pour se refaire, a davantage souffert du manque de visibilité. «Il faut attaquer, mais c'est dur de savoir ce qui se passe sous ses pieds dans ces conditions», a souligné le skieur d'Hérémence, qui est parti à la faute après avoir touché la neige avec une chaussure.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le vélodrome de Granges est taillé pour les records de l'heure
La Néerlandaise Ellen van Dijk vient de battre le record du monde sur la piste de Granges. Si elle a choisi le vélodrome suisse, c'est parce que tout est réuni pour performer. Décryptage avec Daniel Gisiger, ancien entraîneur des pistards helvétiques.

Après le nouveau record du monde de l'heure (49,254 km) établi par Ellen van Dijk lundi, deux questions se posent: qui pourra la battre? Et pourquoi la piste du vélodrome de Granges est-elle rapide, au point que plusieurs coureurs cyclistes l'ont déjà choisie par le passé, et continuent de s'y rendre pour des tentatives de record?

L’article