DE | FR
Jeux olympiques

A mi-JO, la délégation suisse est dans les temps du record

Huit médailles sont déjà en poche. A l'entame de la deuxième semaine, c'est le moment de distribuer les premières gommettes et recenser les derniers espoirs.
13.02.2022, 16:5913.02.2022, 20:11
Team watson
Team watson
Suivez-moi

«Nous sommes sur la bonne voie»: le chef de mission de Swiss Olympic, Ralph Stöckli, avait le sourire dimanche à l'heure de tirer le bilan intermédiaire des Jeux. Avec huit médailles, dont trois d'or, après dix jours de compétition, l’objectif minimal(iste) devrait être atteint, grâce surtout aux spécialistes de ski alpin.

Bilan à mi-parcours🇨🇭

  • 🥇Médailles d'or: Marco Odermatt (géant), Lara-Gut Behrami (Super-G), Beat Feuz (descente)
  • 🥈Médailles d'argent: aucune
  • 🥉Médailles de bronze: Michelle Gisin (Super-G), Jan Scherrer (half-pipe), Wendy Holdener (slalom), Mathilde Gremaud (Big Air), Lara Gut-Behrami (géant)

Chances de médailles 🇨🇭

L'objectif officiel de Swiss Olympic, comme toujours, consiste à faire aussi bien que lors des derniers JO. Mais le record hivernal de 15 podiums, établi en 1988 à Calgary et égalé à PyeongChang 2018, pourrait être battu.

«Nous avons le potentiel pour obtenir 15 médailles, dans les jambes comme dans les têtes. Nous avons encore de nombreuses chances.»
Ralph Stöckli

La prédiction du spécialiste d'analyse de données Gracenote, qui a pronostiqué 21 médailles helvétiques avant le début de ces joutes, ne se réalisera peut-être pas. Mais d'autres bonnes surprises ne sont pas à exclure dans l'euphorie de l'avènement de Marco Odermatt. Une nouvelle vague positive pourrait encore porter cette délégation.

  • ⭐⭐⭐ Curling (F), slopestyle (F), skicross (F + H), descente (F)
  • ⭐⭐ Curling (H), slopestyle (H), slalom (H), team event
  • ⭐ Aerials (H), hockey (F), combiné (F)

Ils ont déçu

Force est de constater néanmoins que la prudence tout helvétique affichée par Swiss Olympic avant les JO était légitime. Toutes les stars de cette délégation n’ont pas su répondre présent le jour J.

Le flop de watson

Trois défaites en trois matches pour l'équipe suisse masculine de hockey, qui affichait des ambitions très élevées et a priori légitimes, sans s'en montrer à la hauteur.
Trois défaites en trois matches pour l'équipe suisse masculine de hockey, qui affichait des ambitions très élevées et a priori légitimes, sans s'en montrer à la hauteur.Image: EPA KEYSTONE
«Ma principale déception vient des snowboarders alpins. L'équipe masculine de ski freestyle a aussi déçu jusqu'ici.»
Ralph Stöckli

Ils ne déçoivent jamais

Ralph Stöckli a surtout de nombreuses raisons de se réjouir, en particulier du ski alpin, principal pourvoyeur de médailles depuis un siècle. «Pour Beat Feuz, il s'agissait vraiment d'un couronnement en descente. Lara Gut-Behrami a également dû attendre si longtemps avant de devenir enfin championne olympique. Et Jan Scherrer a su réaliser sa figure inédite en finale du half-pipe.»

«Et que dire de Marco Odermatt? Il a su gérer une pression tellement importante pour répondre présent le jour J, dans des conditions météorologiques difficiles»

Le top de watson

Lara Gut-Behrami a mis la dernière main à un palmarès exceptionnel, en surmontant de nombreuses contrariétés.
Lara Gut-Behrami a mis la dernière main à un palmarès exceptionnel, en surmontant de nombreuses contrariétés.Image: sda

Ralph Stöckli ne craint-il pas une trop grande dépendance au ski alpin, qui a rapporté six médailles sur huit? «Bien sûr que cette dépendance est grande. Mais il n'y a rien de nouveau. En 1988 à Calgary, les skieurs et skieuses alpins avaient glané 11 des 15 médailles suisses. Il s'agit surtout d'être encore plus performants dans les autres sports. Et il y a d'ailleurs encore beaucoup de possibilités pour équilibrer le bilan.»

Direction le Canada:

1 / 11
Grève au Canada des camionneurs
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot
Barbecues, apéros ou rendez-vous amoureux: avec le début de l'été et la fin d'une saison éprouvante, les footeux de talus deviennent moins assidus. Ils désertent les terrains en s'inventant des excuses bidons ou pour faire des activités cocasses.

Pas envie d'aller à un entraînement ou à un match? Rien de plus facile, en mobilisant les grands classiques: un examen à réviser pour le lendemain, l'anniversaire de la grand-mère de la copine, une réunion de travail qui est venue se greffer au dernier moment ou encore la petite tension au niveau du mollet.

L’article