DE | FR
Bild

Image: Keystone/shutterstock

Abandons de Van der Poel et de Federer: deux poids, deux mesures

Quand le tennisman quitte Roland-Garros pour préparer Wimbledon, le public crie au scandale. Mais quand le cycliste arrête le Tour de France pour planifier les JO, il trouve ça normal. Pourquoi cette différence d'attitude?

Julien Caloz
Julien Caloz



Teint frais et mollets affûtés, Mathieu van der Poel est venu en personne annoncer son retrait du Tour de France, dimanche matin, alors qu'il restait encore deux semaines de course. Le champion belge, véritable star du peloton, a justifié sa décision par le fait qu'il souhaitait se préparer pour l'épreuve olympique de VTT, son grand objectif de la saison. Autrement dit: il avait mieux à faire que de se farcir des cols pendant 15 jours.

Tout le monde a trouvé ça normal, «merci l'artiste et à l'année prochaine», et c'est sans doute le genre de réaction qu'aurait souhaité Roger Federer cette saison quand il a annoncé son départ de Roland-Garros pour se concentrer sur Wimbledon. Le Bâlois a lui aussi quitté une grande compétition alors qu'il n'était pas blessé, mais son abandon a suscité des remarques acerbes, une partie du public lui reprochant un manque de respect envers les fans et l'organisation.

Un ex-tennisman n'a pas oublié ⬇️

Comment expliquer une telle différence de regard et de ressenti? Nous avons interrogé plusieurs organisateurs de courses cyclistes et de tournois de tennis. Tous défendent l'idée qu'un athlète a le droit de se retirer d'une épreuve s'il en émet le souhait, mais pas n'importe comment: il doit réussir sa sortie.

Federer l'aurait d'ailleurs manquée pour deux raisons. La première lui appartient, la seconde lui échappe.

1️⃣ La communication

«Roger a laissé entendre que Roland-Garros n'était pas assez important pour lui et qu'il préférait aller chez les Anglais, résume Benjamin Dracos, directeur du Elle Spirit Open de Montreux. Le public aurait préféré entendre de sa part qu'il était proche du point de rupture et ne pouvait pas poursuivre la compétition, au risque de se blesser.» Au lieu de quoi le Bâlois a posément expliqué qu'il ne souhaitait pas «aller trop vite dans le retour à la compétition». Une honnêteté presque contre-productive. «Certains se trouvent des problèmes à l'épaule ou dans la tête. Roger aurait pu se cacher derrière de fausses excuses mais il ne l'a pas fait», souligne René Stammbach, patron des Swiss Indoors de Bâle.

2️⃣ L'histoire de son sport

Il n'est pas rare que des cyclistes qui n'ont aucune chance de remporter le général démissionnent d'un Grand Tour entre deux étapes. «Cela arrive d'ailleurs souvent sur la Vuelta, que certains quittent pour aller préparer les Mondiaux», fait remarquer Richard Chassot, directeur du Tour de Romandie. En tennis en revanche, renoncer à une deuxième semaine de Majeur pour anticiper un tournoi futur est inconcevable. «Ça n'était encore jamais arrivé. C'est peut-être la nouveauté qui a choqué. Le public n'est pas habitué à ce type de comportement», songe René Stammbach.

La frontière est mince dans l'interprétation, car bon nombre de tennismen zappent chaque année des tournois pour en préparer d'autres. «Lendl avait aussi renoncé à Roland pour gagner Wimbledon, rembobine Dracos. Et quand Djokovic préfère une exhibition à Majorque plutôt qu'une semaine à Halle ou au Queen's, c'est aussi une forme de sélection. Un choix de riche dont seuls les grands champions bénéficient.»

Un manque de respect?

Certains observateurs interprètent les choses différemment. Ils estiment que renoncer en pleine épreuve est un manque de respect envers l'histoire de la compétition. Olivier Senn (le boss du Tour de Suisse) n'est pas d'accord et explique pourquoi.

«Il serait égoïste de prétendre qu'un tournoi, ou une course, est plus importante qu'une autre. Car au final, chaque compétition se nourrit de ses «cousines». Le tennis dans son ensemble a tout à gagner si Federer est en forme, et c'est pareil en vélo: si van der Poel est champion olympique à Tokyo, il y aura peut-être un regain d'intérêt pour le cyclisme et le Tour de France en bénéficiera indirectement.»

Le cyclisme a compris et intégré cette distribution des efforts. Les organisateurs sont très souples avec les stars du peloton. «Parfois, on sait même en avance qu'un coureur ne viendra que pour quelques étapes, avoue Senn. C'est arrivé sur le Tour de Suisse cette année. Alaphilippe nous a averti deux ou trois jours avant de quitter la course qu'il n'irait pas au bout, et ça n'a jamais été un problème pour nous. Il a donné son 100%, il a été très actif. C'est tout ce qui compte.»

Bild

Senn (à droite) avec Küng sur le TdS 2018. Image: Keystone

Un point de règlement précise que si un coureur se retire d'une épreuve pour participer à une autre, il doit avoir l'autorisation des organisateurs qu'il vient de quitter. «En général, cela ne pose pas le moindre problème», assure Senn.

Une diplomatie inimaginable en tennis, un sport qui ne distingue pas les profils en cours d'épreuve (contrairement au vélo où des étapes sont faites pour les sprinteurs, les rouleurs ou les grimpeurs) et dans lequel il n'y a dès lors aucune raison objective de renoncer à ses chances entre deux jours de compétition. Surtout quand on est Rodgeur et qu'on est attendu depuis 18 mois.

«Il y a toujours une part d'émotionnel avec Federer. Les gens se sont dits: ''Ça fait un bail qu'on t'attend, tu gagnes et tu pars pour Wim'? Merde!'' Au final, c'est parce qu'ils l'aiment»

Benjamin Dracos, directeur du Elle Spirit Open de Montreux

Il y a beaucoup d'amour, mais un peu de défiance aussi. Le départ de «RF» a été interprété par certains comme du snobisme, dans un pays (la France) qui n'a pas toujours de représentants masculins en deuxième semaine. Or «si vous demandez à n'importe quel joueur du top 100 d'abandonner aux portes de la 2e semaine, il refuserait. Il irait même sur une jambe s'il le fallait, car c'est tellement d'efforts consentis pour en arriver là. Federer est une exception», glisse Julien Finckbeiner, organisateur du tournoi de Gstaad et du Ladies Open de Lausanne.

Le Bâlois est devenu une exception grâce à des efforts fournis durant plus de 20 ans. Il serait injuste de lui reprocher son statut maintenant qu'il en bénéficie. «De toute façon, ceux qui le critiquent sont ceux qui ne comprennent pas comment on se prépare pour une épreuve, et à quel point il est difficile de planifier une saison», tranche Olivier Senn. «Surtout cette saison», intervient Benjamin Dracos. «Roland ayant été déplacé, la transition entre la terre et l'herbe a été réduite.»

epa09320800 Roger Federer of Switzerland slips during the 3rd round match against Cameron Norrie of Britain at the Wimbledon Championships, in Wimbledon, Britain, 03 July 2021. EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA EDITORIAL USE ONLY

Le Rhénan a trébuché au 3e tour de Wimbledon avant de se relever et de triompher. Image: EPA

Le public observe ces changements de loin. Il attend des athlètes qu'ils aillent au bout d'eux-mêmes, s'affranchissent de leurs limites et fassent don de leurs corps à la science. Renoncer, c'est perdre, et il déteste la défaite de ceux qu'il aime. Mais peut-il pour autant en vouloir à ses champions?

Après tout, «chaque athlète a le droit d'abandonner pour une raison qu'il estime juste», insiste Julien Finckbeiner, avant de faire taire tous les détracteurs du Maître par cette vérité qui vaut pour toutes les disciplines: «Le compétiteur est seul face à son destin. Il sera jugé sur l'ensemble de sa carrière, et elle est courte.»

Plus d'articles sur le sport

Mais que va faire Vladimir Petkovic aux Girondins de Bordeaux?

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Il a transformé Golubic en championne et raconte

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

Alvaro Morata, le besogneux incompris

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

La France va latter la Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Roland-Garros

Le tennis éblouissant de Roger Federer triomphe au bout de la nuit

Plein de peps et d'audace, le Bâlois a battu Dominik Koepfer 7-6 (5) 6-7 (3) 7-6 (4) 7-5 après 3h35 de jeu.

Il était 00h45 du matin lorsque Roger Federer a regagné le vestiaire, un peu fatigué quand même, mais heureux, «très heureux». Car avant de savoir s'il paiera ses efforts, lundi, face au colosse italien Matteo Berrettini, il faut savourer l'instant. Savourer la magie d'une folle nuit à Paris où, à l'heure du couvre-feu, tout est devenu permis, où un vieux farceur de bientôt 40 ans a retrouvé une seconde jeunesse, les sens éveillés, les enfants couchés.

Avec un tennis plein de vigueur et …

Lire l’article
Link zum Artikel