DE | FR
Tokyo 2020

Sa médaille est «une immense surprise», Noè Ponti dormira avec

Le Tessinois a décroché le bronze dans ce qui fut peut-être le 100 m papillon le plus rapide de l'histoire. Il n'en revient pas lui-même.
31.07.2021, 06:4901.08.2021, 09:36
team watson/ats

Si la médaille de bronze conquise par Jérémy Desplanches sur 200 m 4 nages semblait envisageable, celle de Noè Ponti est une immense surprise. Le Tessinois, 20 ans, n'avait pu faire mieux que septième aux Européens de Budapest, fatigué par les trop nombreuses courses qu'il avait disputées.

Le jeune champion a très vite appris sa leçon. Il a pu garder suffisamment d'énergie à Tokyo pour sortir le grand jeu sur sa discipline favorite, le 100 m papillon, décrochant même le quatorzième meilleur chrono de tous les temps.

Une course hyper rapide

Noè Ponti a terminé derrière les intouchables Caeleb Dressel (49''45, record du monde) et Kristof Milak (49''68, record d'Europe).

«C'est incroyable. C'est un rêve et, je l'espère, le début de ma carrière. Je vais m'endormir avec la médaille»
Noè Ponti sur la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF)

Quatrième à mi-parcours, Noè Ponti a comme d'habitude fini très fort pour réussir un chrono de 50''74, soit 0''02 de mieux que son record de Suisse établi la veille en demi-finales.

«C'était probablement la finale olympique du 100 m papillon la plus rapide de tous les temps. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Je suis juste méga satisfait»

La gestion de l'effort a été capitale dans cet exploit. Noè Ponti reconnaît qu'il était fatigué, mais qu'il a su se recentrer et mieux gérer son stock d'énergie qu'aux championnats d'Europe:

«Ce n'était pas facile de gérer mes émotions. Après les demi-finales, j'avais envie de pleurer. Mais je me suis dit que je devais tenir encore un jour»
Noè Ponti à l'arrivée.
Noè Ponti à l'arrivée.Image: EPA
«J'ai tout donné une dernière fois. La médaille décrochée par Jérémy m'a évidemment aidé à y croire»
«C'est mon mental qui m'a permis de faire la différence en finale. J'ai tout donné, sans stress»

Départ pour les Etats-Unis

Ponti se révèle aux yeux du monde entier, quelque deux mois après avoir fêté ses 20 ans et quelques semaines avant de change de vie.

Placé sous la férule du coach Massimo Meloni au sein des structures de Swiss Aquatics depuis maintenant deux ans, le Tessinois va en effet assouvir un autre rêve: il va rejoindre la North Carolina State University, où il pourra concilier au mieux sport et études en économie.

Noè Ponti a la tête bien sur les épaules. Ce nouveau départ n'est pas sans risque pour un homme qui estimait ne plus progresser à 18 ans, mais qui a su, à cette époque déjà, bousculer ses habitudes pour prendre des risques calculés.

«Avec mes parents, on s'est dit que je pourrais rentrer à la maison si je ne suis pas satisfait du niveau d'études ou d'entraînement. Personne ne sait de quoi l'avenir est fait»

Et de dix pour la Suisse

Premier médaillé tessinois aux Jeux d'été depuis la cavalière Heidi Robbiani (argent en 1984), Noè Ponti apporte à la Suisse sa dixième médaille à Tokyo.

C'est la première fois depuis les JO de 1952 à Helsinki (14 médailles) que la Suisse atteint les 10 podiums. Depuis le rendez-vous finlandais, la meilleure performance d'ensemble avait été réalisée en 2000 à Sydney, avec neuf podiums.

L'exploit de Ponti permet aussi à la natation helvétique de tripler son capital de médailles olympiques en moins de 24 heures. Le seul précédent podium suisse dans une course olympique en grand bassin avait été l'œuvre d'Etienne Dagon, en bronze sur 200 m brasse en... 1984.

Etienne Dagon avec sa médaille à Los Angeles.
Etienne Dagon avec sa médaille à Los Angeles.Image: KEYSTONE

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Victoire historique pour la Nati. «Il faut garder cet état d'esprit»
La Suisse a gagné en Espagne pour la première fois de de son histoire (2-1). Ce succès lui assure quasiment son maintien dans l'élite de la Ligue des Nations. Il lui donne surtout beaucoup d'indications et de confiance en vue du Qatar.

À moins deux mois de la Coupe du Monde, la Suisse a resserré les rangs et élevé son niveau d'un bon cran pour s'imposer 2-1 en Espagne. Ce n'est pas seulement une victoire de prestige: il y a beaucoup d'enseignements à tirer d'un match que la Nati a géré avec beaucoup de maîtrise, dans un 4-2-3-1 équilibré et rigoureux. Elle n'avait battu l'Espagne qu'une seule fois dans toute son histoire, en 24 rencontres (Mondial 2010). Et jamais sur sol ibérique.

L’article