DE | FR
Le plus jeune footballeur célèbre infecté par le Covid: le défenseur allemand Niklas Süle, qui a dû quitter le camp de l'équipe nationale après avoir été testé positif.
Le plus jeune footballeur célèbre infecté par le Covid: le défenseur allemand Niklas Süle, qui a dû quitter le camp de l'équipe nationale après avoir été testé positif.Image: keystone

Les footballeurs infectés deviennent-ils mauvais? Ce que dit une étude

Les joueurs de football professionnels peuvent attraper le Covid-19 comme n'importe quelle autre personne. Mais quelles sont les conséquences sur le plan physique? Une infection rend-elle les footballeurs moins performants? Des chercheurs allemands se sont penchés sur la question.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
13.11.2021, 15:4715.11.2021, 12:08
Nikolai Stübner / watson.de

Niklas Süle était censé stabiliser la défense allemande avec Antonio Rüdiger lors des derniers matches de qualification pour la Coupe du monde contre le Liechtenstein (11.11) et l'Arménie (14.11). Mais rien de tout ça ne pourra se passer: le défenseur du Bayern Munich, 26 ans, a été testé positif au Covid et se trouve maintenant – tout comme quatre de ses coéquipiers – en quarantaine.

L'infection de Süle soulève les questions suivantes: quelles sont les conséquences d'une infection pour les footballeurs professionnels? Bien sûr, il y a des répercussions à court terme liées à la quarantaine, mais y a-t-il aussi des conséquences à long terme?

257 joueurs infectés

Une équipe de l'Université de Düsseldorf a trouvé une réponse. Dans l'étude The Long Shadow of an Infection: Covid-19 and Performance at Work, trois scientifiques ont étudié l'effet d'une infection par le Covid sur les footballeurs professionnels.

Du début de la pandémie jusqu'en juillet 2021, les chercheurs ont recueilli des données de la Bundesliga et de la Serie A italienne. Au cours de cette période, il y a eu un total de 257 joueurs infectés par le Covid dans les deux ligues. Parmi ceux-ci, 233 professionnels ont pu être identifiés grâce à des articles de journaux, des communications de clubs, de joueurs ou d'associations.

Ensuite, les données des 1406 joueurs des deux ligues ont été obtenues auprès du fournisseur de données «Opta Sports» pendant les 15 mois de la pandémie. Cela signifie que les joueurs qui n'avaient pas été infectés pendant toute cette période ont également été contrôlés et ont servi de groupe de contrôle pour exclure la possibilité que certains changements dans les performances soient dûs à autre chose qu'à l'infection.

Comme les données datent de juillet 2021, les scientifiques supposent qu'aucun joueur vacciné ne figurait parmi ceux qui étaient infectés. Bien que les campagnes de vaccination avaient déjà commencé, l'étude laisse ce point de côté: en effet, on ne peut pas supposer que beaucoup de gens aient déjà été entièrement vaccinés à ce moment-là.

Différence radicale

Les scientifiques ont principalement étudié deux choses: d'une part, ils ont voulu déterminer si un joueur est susceptible de rejouer après sa guérison et s'il obtient également le même temps de jeu qu'auparavant. D’autre part, ils ont analysé sa performance au sein d'un match. Le joueur rétabli est-il à nouveau capable de réaliser les mêmes performances qu'avant son infection?

En ce qui concerne le nombre de fois qu'un joueur entre sur le terrain, l'étude apporte des résultats clairs: il y a 5,7% de chances en moins que le joueur joue aussi souvent qu'avant son infection. Si l'on regarde le temps de jeu absolu en minutes, la différence devient encore plus radicale. Au cours des 150 premiers jours, les professionnels infectés manquent près de dix pour cent des minutes de jeu possibles. Ce n'est qu'ensuite qu'ils reviennent à un niveau similaire à celui d'avant l'infection, bien qu'ils ne l'atteignent pas tout à fait, et ce même après 225 jours.

L'étude montre également si les joueurs sont remplacés plus tôt ou plus tard. En particulier, les remplacements effectués plus tôt suggèrent que la performance dans le match lui-même pourrait être encore pire en raison de l'épuisement. Pour mesurer exactement cette performance au cours d'un match, l'équipe scientifique se réfère au nombre de passes.

Selon l'étude, le nombre de passes est un outil qui a fait ses preuves pour évaluer les performances des joueurs. D'autant plus qu'il est lié à des valeurs telles que l'accélération, la condition physique et l'endurance. On constate également des détériorations drastiques des joueurs dans ces autres indicateurs.

Le nombre de passes diminue de 5,1%. Qui plus est, cette baisse n'est pas temporaire, mais reste présente pendant plus de six mois. Les scientifiques eux-mêmes écrivent dans l'étude:

«Nous considérons cela comme la preuve que les infections entraînent une dégradation durable des performances chez les personnes infectées»
Etude The Long Shadow of an Infection: Covid-19 and Performance at Work

Lien avec l'âge du joueur

La tranche d'âge des footballeurs professionnels est très petite par rapport à la population générale. La plupart des joueurs ont entre 18 et 35 ans, peut-être 40 ans. Pourtant, il existe de nettes différences dans les baisses de performance des joueurs guéris.

Les professionnels âgés de plus de 30 ans ont parfois vu leurs performances chuter de plus de dix pour cent. Les moins de 25 ans, en revanche, n'étaient que légèrement affectés par cette baisse de performance après une infection. En outre, les scientifiques constatent que le temps de régénération nécessaire est plus long chez les joueurs guéris. Les professionnels ont donc besoin de plus de temps pour récupérer après un match.

Une autre question importante se pose: comment les conséquences d’une infection par le Covid diffèrent-elles des blessures à court ou à long terme et aussi des autres maladies respiratoires? La réponse: énormément. Alors que pour toutes les autres absences, les joueurs retrouvent leur niveau initial quasiment dès leur retour sur le terrain, avec le Covid les performances restent en baisse pendant une longue période.

L'étude tient également compte du fait que le football est considéré comme un sport d'endurance et examine comment la baisse de performance d'un joueur guéri progresse sur 90 minutes. Il convient de noter que les joueurs guéris qui ont été remplacés sont également inclus dans ces statistiques. Ce qui est frappant dans tous ces cas: au cours des 30 premières minutes, les performances diminuent de 3%, puis de 6%. La performance reste ensuite à ce niveau jusqu'à la 90e minute.

Au final, les scientifiques de l'Université Heinrich Heine de Düsseldorf ont fourni des données complètes suggérant que les footballeurs professionnels devraient éviter d’être infectés par le Covid. Ils affirment même que chez les athlètes non professionnels «normaux», la baisse des performances pourrait probablement être encore plus sévère, raison pour laquelle ils arrivent à la conclusion suivante: «En fin de compte, nos résultats pourraient servir d'argument supplémentaire pour la vaccination des jeunes et des sportifs.»

Est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Plus d'articles sur le sport

Robert Lewandowski et le syndrome du plombier polonais

Link zum Artikel

Incompétence, pingrerie, désordre: quel avenir pour le foot romand?

Link zum Artikel

Chez les virtuoses du tennis, l'antivibrateur passe à la poubelle

Link zum Artikel

Dans le pays d'Idrissa Gueye, l'homosexualité mène en prison

Link zum Artikel

Avec Sandro Aeschlimann, la Suisse tient son prochain Martin Gerber

Link zum Artikel

Ils se croient super forts et se retrouvent piégés sur les via ferrata

Link zum Artikel

Les ex-cracks de Super League cirent le banc à l'étranger

Link zum Artikel

Le cas Idrissa Gueye éclaire toute l’hypocrisie du football

Link zum Artikel

Le football suisse entame une semaine décisive pour son avenir

Link zum Artikel

Des femmes témoignent: «Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

«On bidouillait»: Il a vécu toutes les Patrouilles des glaciers, il raconte

Link zum Artikel

Les défenseurs collés aux poteaux sur corner? Complètement has been

Link zum Artikel

Le FC Winterthour et sa culture punk, ovni du foot moderne

Link zum Artikel

Evenepoel met tout le monde d'accord: la Belgique tient un phénomène

Link zum Artikel

Le Bâlois Alex Wilson, suspendu pour dopage, victime d'un complot?

Link zum Artikel

Un horrible tacle a brisé la carrière de cette Neuchâteloise

Link zum Artikel

De mythe à «club de village», Kloten sera modeste en National League

Link zum Artikel

Isaiah Thomas, une ode à la résilience version US

Link zum Artikel

Zeki Amdouni, la pépite qui peut encore sauver le Lausanne-Sport

Link zum Artikel

Bencic: «Quand je pense à la guerre, je relativise l'importance du tennis»

Link zum Artikel

Les cyclistes pros sont devenus des toxicomanes accros aux pilules

Link zum Artikel

Comment Luka Modric a fait de son extérieur du pied une arme fatale

Link zum Artikel

Cette Romande a passé 40 jours seule en montagne et est revenue transformée

Link zum Artikel

Une langue de footballeur a encore fourché: top 20 des phrases cultes

Link zum Artikel

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Gegenpressing contre jeu de position: l'heure du grand duel

Link zum Artikel

Thibaut Monnet: «J'ai laissé quelques bouts de dents sur la glace»

Link zum Artikel

La drôle d'histoire des animaux qui peuplent le hockey suisse

Link zum Artikel

Cette Valaisanne increvable a réalisé le doublé Lauberhorn-Kitzbühel

Link zum Artikel

Simon Ammann: «Arrêter ou continuer, je n'arrive pas à me décider»

Link zum Artikel

Osaka, Rapinoe, Williams: la «culture de la victimisation» made in USA

Link zum Artikel

Iga Swiatek, nouvelle reine du tennis, a construit sa légende à Montreux

Link zum Artikel

Le patron du Tour de Suisse: «La Romandie ne veut pas de nous»

Link zum Artikel

Les lasers verts qui ont ciblé Salah sont les plus dangereux

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé
Un professeur d'Oxford a créé une formule mathématique, à base de statistiques, pour établir le classement des plus grands footballeurs de l'histoire. Après un an, son mode de calcul fait référence.

Il fallait bien une université de prestige pour «régler» la question du plus grand footballeur de tous les temps. A l'aide d'algorithmes et de pondérations subtiles, Tom Crawford, professeur à Oxford, apporte la preuve scientifique d'une hiérarchie intemporelle irréfutable. Et le vainqueur est... (vous le saurez en lisant cet article jusqu'au bout).

L’article