DE | FR
Isaac Mpofu a franchi la ligne en vainqueur avant d'être déclassé.
Isaac Mpofu a franchi la ligne en vainqueur avant d'être déclassé. Image: Twitter

Un marathonien perd tout pour une broutille et crie à l'injustice

Isaac Mpofu a perdu sa victoire à Durban, son record personnel, son billet pour les Mondiaux et son prize money de 4000 dollars pour avoir franchi la ligne avec un seul dossard...au lieu de deux.
10.05.2022, 11:5110.05.2022, 12:15
Suivez-moi

Il y a plein de règles, dans la vie, que nous sommes obligés de suivre alors qu'elles sont totalement inutiles; ce n'était peut-être pas la peine d'en rajouter une. La voici pourtant: pour être déclaré vainqueur d'un marathon, il ne suffit pas de franchir la ligne en premier avec un dossard bien visible. Il faut en posséder deux, un derrière et un devant, au risque d'être purement et simplement disqualifié.

C'est la mésaventure qui est arrivée au brave Isaac Mpofu, dimanche dans les rues de Durban (pour que vous situiez, c'est la ville sud-africaine dans laquelle les Suisses ont battu les futurs champions du monde espagnols au Mondial de foot 2010). Le Zimbabwéen a été disqualifié malgré une brillante performance, la meilleure de sa carrière puisque sa victoire s'est doublée d'un record personnel sur la distance (2h10''04).

Las, ni sa victoire, ni son chrono ne seront homologués. Les organisateurs sud-africains ne badinent pas avec le règlement:

«Tous les coureurs doivent avoir deux dossards, un à l'avant et un autre à l'arrière»

Comble de malheur pour l'athlète, il a aussi perdu son prize money (4000 dollars quand même) et, pire encore, sa qualification pour les Championnats du monde en juillet prochain aux Etats-Unis. Son temps lui permettait en effet d'obtenir les minima pour s'aligner sur le parcours des Mondiaux.

Mpofu (33 ans) a de quoi être dégoûté. Surtout qu'il estime avoir fait les choses correctement. Il s'est défendu dans la presse de son pays, avec le soutien de sa fédération (celle-ci a fait recours).

«Le matin de la course, nous avons découvert qu'il n'y avait qu'un seul dossard. Nous en avons informé les officiels, et ils ont transmis au juge de la course, qui a dit que nous pouvions concourir comme ça. Nous avons été surpris d'être privés du titre, parce que nous avions confirmé avant la course et ce n'était pas notre faute»
Isaac Mpofu au site Zimsportlive.

Une telle mésaventure peut-elle arriver en Suisse?

Organisatrice du marathon de Lausanne, Josette Bruchez se dit «un peu étonnée par le règlement restrictif de Durban». Elle rappelle que depuis plusieurs années, Lausanne, comme de nombreuses autres épreuves (dont Genève) du calendrier mondial, ne délivre plus qu'un seul dossard aux athlètes, à placer sur la face avant de leur maillot. «Les organisateurs privilégient cette solution car avoir un dossard dans le dos est gênant quand on court.»

Surtout, ce n'est pas franchement utile. Car si l'athlète porte un dossard, c'est parce qu'il contient la puce permettant de connaître son chrono et de vérifier qu'il a bien effectué la totalité des 42,195 km du tracé. Or, Isaac Mpofu a bel et bien franchi la ligne avec ce dossard, le seul qui compte, puisque son temps a été calculé. Un temps qui ne lui appartient plus.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Djokovic: «Mon fils m'inspire quand il joue au tennis»
Après son sacre à Rome dimanche, le Serbe a avoué que voir son fils Stefan (7 ans) taper dans la balle lui permet de garder le plaisir de jouer, souvent absent dans les carrières pros.

En battant en finale Stefanos Tsitsipas à Rome dimanche (6-0 7-6), Novak Djokovic s'est adjugé son 87e titre sur le circuit ATP. Au même moment, son fils Stefan, 7 ans, décrochait son premier trophée dans un tournoi junior en Serbie.

L’article