DE | FR
Le coureur transalpin n'est pas très aimé du public, ni de la plupart des coureurs.
Le coureur transalpin n'est pas très aimé du public, ni de la plupart des coureurs.
Image: EPA

Gianni Moscon, celui que personne ne voulait voir gagner

L'Italien a semé un vent de panique parmi les amoureux du vélo en filant vers la victoire, dimanche sur Paris-Roubaix. Une crevaison puis une chute ont finalement contrarié ce coureur à la réputation sulfureuse, contesté par une large partie de l'opinion et du peloton.
04.10.2021, 16:5905.10.2021, 18:07

«Que l'on aime ou pas Moscon, c'est le vainqueur moral de ce Paris-Roubaix.»

D'une phrase, prononcée au terme d'une épreuve disputée dans des conditions apocalyptiques dimanche, l'ancien coureur Jacky Durand a témoigné du léger malaise entourant la performance de Gianni Moscon (4e). «Cela n’aurait pas été décrit comme une belle histoire», avoue un journaliste d'Eurosport en songeant à ce qu'il aurait dû raconter si Moscon avait été au bout de son échappée solitaire, c'est-à-dire si une crevaison puis une chute ne l'avaient pas freiné.

«Il y a de quoi s’attacher au coureur Gianni Moscon. Mais l’individu est beaucoup plus critiquable», explique notre confrère dans son article, sans toutefois revenir sur les raisons du désamour tenace entre le soldat d'Ineos Grenadiers et le public, ainsi qu'une bonne partie du peloton. Ces raisons (il y en a au moins 5) les voici.

Exclu du Tour 2018

«GM» n'a cessé de faire parler de lui ces dernières années, et pas toujours pour de bonnes raisons. Il avait ainsi été viré du Tour de France il y a trois ans après avoir mis une mandale à un adversaire en pleine course.

L'incident avait été qualifié d'«agression particulièrement grave» par le jury des commissaires qui avait renvoyé le coéquipier de Chris Froome le soir-même.

Accusé de racisme

Un an plus tôt, c'est sur le Tour de Romandie que l'Italien avait choqué. Le Valaisan Sébastien Reichenbach l'avait accusé d'insultes racistes proférées à l'encontre de Kevin Reza. Ce dernier était alors le coéquipier de Reichenbach à la FDJ.

Sans reconnaître ouvertement les faits, l'équipe Sky avait suspendu son coureur pour six semaines.

Impliqué dans une chute?

Gianni Moscon avait été blanchi pour cette affaire, dont voici le récit: quelques mois après le Tour de Romandie et le message publié par Sébastien Reichenbach, les deux coureurs se sont retrouvés dans le même peloton à l'occasion des Trois Vallées Varésines. Or ça s'était très mal passé pour Reichenbach, victime d'une lourde chute (fracture du coude et du bassin).

Le Valaisan en était certain à l'époque (et c'est sans doute toujours le cas): Moscon l'avait fait chuter volontairement.

«Je porterai plainte parce qu’il s’est délibérément jeté contre moi. Il s’agit d’un règlement de compte après l’affaire du tweet durant le Tour de Romandie»
Sébastien Reichenbach au Nouvelliste

Mais aucune preuve n'est venu étayer cette accusation, si bien que le coureur du Trentin avait été innocenté par l'UCI.

Banni des Mondiaux

Il arrive parfois que les coureurs se positionnent derrière les voitures des équipes afin de profiter de l'aspiration pour revenir dans la course. Sauf que les abris prolongés sont interdits, et que les fautifs peuvent être durement sanctionnés. C'est ce qui était arrivé à Gianni Moscon aux Mondiaux de Bergen en 2017. Il avait été déclassé après la course, qu'il avait pourtant terminé à une honorable 27e place.

Disqualifié pour jet de vélo

Gianni Moscon avait été disqualifié de Kuurne-Bruxelles-Kuurne pour avoir lancé son vélo sur Jens Debusschere! «Un coup de sang qui en a entraîné un autre: A l'annonce de sa disqualification, le coureur italien a déchiré ses dossards», a rapporté la télévision belge RTBF.

Interrogé par le site spécialisé Cyclingnews, Jens Debusschere avait dit tout le mal qu'il pensait de son adversaire.

«Ce n'est pas juste cet incident, il y en a beaucoup plus. Si vous demandez autour de vous, dans le peloton, comment est la relation avec Moscon, 90% des coureurs réagiront négativement. Evidemment, il y a plus de respect dans le peloton pour les coureurs des grandes équipes (ndlr: dont fait partie Moscon). Vous leur donnez naturellement de l'espace. Mais cela ne signifie pas que l'on doit commencer à pousser! Il y a une grande différence quand on compare Moscon à un coureur comme Luke Rowe, qui se montre toujours très courtois. Ce n'est pas le genre Moscon, et je pense malheureusement que cela ne changera pas…»

Aucun exploit, même une victoire sur Paris-Roubaix, ne serait assez grand désormais pour réhabiliter le coureur dans le coeur du public, ni dans celui de la plupart de ses adversaires d'ailleurs. (jcz)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

«On est l'équipe la plus nulle de l'Euro, c'est la honte»

La Suisse affronte ce soir (18h) une équipe qui a fait pire qu'elle (c'est possible) depuis le début du tournoi: la Turquie, deux matches et zéro point. C'est à la fois une chance et une responsabilité pour la Nati.

Gökan Savci aime deux équipes en Turquie: Galatasaray et la sélection nationale. La première a perdu le titre de champion cette saison à la dernière journée et pour un seul but d'écart face au Besiktas; la seconde s'est inclinée lors de ses deux premiers matches à l'Euro avec une passivité déconcertante.

Les Turcs sont presque éliminés, mais ils feraient mieux de ne pas rentrer au pays sans le moindre point. «Sinon, je ne voudrais pas être à leur place», prévient Gökan. Le problème, …

Lire l’article
Link zum Artikel