DE | FR
Bild

Uli Forte est arrivé en patron à Yverdon-Sport: il a entraîné de grands clubs suisses par le passé et a même fait acte de candidature pour remplacer Vladimir Petkovic. Image: Keystone/Shutterstock

Un entraîneur peut-il être trop qualifié pour un poste?

Le double engagement d'Uli Forte à la tête d'un néo-promu en 2e division du foot suisse (Yverdon-Sport), et d'un technicien de haut vol aux commandes de notre sélection nationale de basket, séduit autant qu'il interroge.

Julien Caloz
Julien Caloz



C'est un mariage inespéré, né d'une rencontre comme il en arrive peu dans une vie; une opportunité rare qu'Yverdon et la sélection nationale de basket ont su concrétiser en séduisant deux experts du tableau blanc:

Il y a un décalage, parfaitement lisible, entre le degré d'expertises de ces deux entraîneurs et l'environnement dans lequel ils évoluent désormais. Sont-ils pour autant «surqualifiés pour le poste», comme on dit en ressources humaines?

Bild

Uli Forte (à g.) et Ilias Papatheodorou. Image: Keystone

Le nouveau guide d'Yverdon-Sport ne le croit pas. «On ne peut jamais être trop qualifié en sport. Parce qu'être entraîneur, c'est difficile et intéressant partout, peu importe la division. Même si tu entraînes Grandson, il y a des problèmes à résoudre, des choses à construire, une équipe à former.»

La pression de la compétition, le fait de se remettre en jeu chaque week-end, cet éternel recommencement éviterait-il aux techniciens de se laisser glisser dans cette «zone de confort» tant redoutée par les recruteurs? Ce n'est pas aussi simple. Si Ilias Papatheodorou reconnaît vouloir «toujours gagner», il admet ne pas ressentir de stress particulier à l'idée de diriger l'équipe de Suisse.

«Je ne ressens pas de pression. Je suis très expérimenté. J’ai déjà joué des finales et des grands matches»

Le nouveau sélectionneur dans La Liberté

En résumé: il en a vu d'autres. «Mais cela ne signifie pas qu'il en fera moins que par le passé, intervient Bernard Houche, directeur général de «OK Job», un bureau de placement et de conseil en personnel. Car à ce niveau, chaque individu est sa propre entreprise.»

Garder la même exigence dans une plus petite division, avec forcément moins de visibilité et moins d'enjeu, nécessite un double travail, collectif et individuel.

Le projet au coeur

Pour être totalement impliqué, un coach surqualifié doit être inscrit au coeur d'un projet de grande envergure. Il doit être engagé comme entraîneur, mais perçu comme la cheville ouvrière d'une croissance à tous les niveaux du club. C'est ce que les dirigeants nord-vaudois ont essayé de faire comprendre à Uli Forte, par la parole mais aussi par le geste, en lui proposant 2 ans de contrat. «Pour un entraîneur, c'est du long terme», sourit le manager général Marco Degennaro, qui a longtemps oeuvré au FC Sion, et qui espère désormais que son club puisse suivre Uli Forte. «On espère grandir avec lui, pour ne pas qu'il se demande ce qu'il est venu faire ici.»

Bild

Le président Mario Di Pietrantonio, Uli Forte et Marco Degennaro. Image: Yverdon-Sport

Swiss Basket a aussi choisi M. Papatheodorou pour ses qualités de formateur, le technicien ayant dirigé les Grecs champions d’Europe M18 et M20. La Fédération espère que ses jeunes talents auront le temps de progresser sous ses ordres.

Mais pour que la magie opère entre les deux parties, les dirigeants du foot et du basket devront toutefois veiller à ce que «le terme de l'objectif ne soit pas trop éloigné de son point de départ, prévient Bernard Houche. Si la direction ne met pas les forces financières ou humaines pour atteindre son objectif à court ou moyen terme, l'employé risque de s'ennuyer».

Faire le deuil du passé

Mais le raisonnement est aussi individuel. Le projet peut être grandiose et stimulant, un entraîneur habitué aux stades pleins, aux salles de presse surchauffées et aux enjeux du très haut niveau, doit faire le deuil de son ancien environnement. Uli Forte l'a fait sans peine. Il s'en explique.

«L'an prochain, ça fera 20 ans que je suis entraîneur et pour moi, le nombre de spectateurs dans le stade, le fait que je sois dans les journaux ou que je donne beaucoup d'interviews, tout ça ne compte plus. La seule chose qui m'importe, c'est de pouvoir travailler dans le foot professionnel. C'est toujours un privilège.»

Bild

Uli Forte lors de son arrivée à GC en mai 2019. On a recensé 15 micros (dont 2 de watson ;-) Image: Keystone

Le coach yverdonnois sait aussi qu'un beau parcours en Challenge League peut le ramener sous la lumière des grands stades. «Si je bosse bien ici, tout sera possible ensuite. Le foot est ainsi fait. C'est du court terme permanent. Prenez Maurizio Jacobacci: il s'est retrouvé avec les M21 de Sion en 2017. Il a bien travaillé et il a eu sa chance en équipe première, qu'il a sauvée. Il a fait ensuite du super travail à Lugano, et le voici à Grenoble!»

Yverdon-Sport sait très bien qu'il ne pourra pas retenir son technicien si un club plus prestigieux le réclame. «Nous en avons déjà parlé. Nous trouverons une solution le cas échéant, assure Marco Degennaro. On préférera toujours le laisser partir plutôt que de le garder malheureux avec nous.»

Ce retour au sommet, Swiss Basketball l'a aussi anticipé pour son coach. La Fédération encourage même Ilias Papatheodorou à trouver un club, sachant que son mandat de sélectionneur est compatible avec la gestion d'une équipe au quotidien.

PAOK's Coach Ilias Papatheodorou, speaks during the Basketball Champions League, BCL, basketball match between Switzerland's Fribourg Olympic and Greece's PAOK B.C., in Fribourg, Switzerland, Wednesday, January 30, 2019. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Pour autant qu'il ne perde pas trop d'énergie ailleurs, comme ici sur le banc du PAOK en 2019. Image: KEYSTONE

Le Grec peut ainsi envisager son expérience en Suisse comme un gain de visibilité. «Je sais que le niveau n’est pas aussi élevé que ce que j’ai connu jusqu’ici, mais peu importe. Quand tu aimes ton sport et ton métier, chaque opportunité est intéressante.»

Vraiment? On devine quand même un risque, pour un entraîneur réputé, de se confronter au niveau inférieur: celui de l'échec cuisant. La tâche sur le smoking, la rature sur le CV. Mais Bernard Houche, notre interlocuteur spécialisé en ressources humaines, ne voit pas les choses ainsi.

«Il ne s'agira pas d'un échec de l'entraîneur, souligne-t-il. La combinaison entre ses objectifs et ses capacités n'aura pas fonctionné, voilà tout. Et de toute manière, il nous arrive à tous, un jour ou l'autre, de ne pas réussir. Celui qui ne s'est jamais planté, c'est un menteur!»

Plus d'articles sur le sport

Une fighteuse trans met une rouste à sa rivale et crée la polémique

Link zum Artikel

Les tests Covid payants vont impacter les clubs et leurs fans

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Le FC Lucerne a créé la surprise en enrôlant l'ex-vedette du Bayern Munich Holger Badstuber. Un gros coup sportif et marketing, avec beaucoup d'avantages.

Elles sont très rares, alors forcément, quand elles débarquent, elles font sensation. Le championnat suisse n'est pas le plus convoité par les stars mondiales du ballon rond. Pourtant, certaines d'entre elles, au crépuscule de leur carrière, ont porté le maillot d'un club helvétique ces dix dernières années.

Il y a eu les champions du monde italiens Gennaro Gattuso (FC Sion) et Gianluca Zambrotta (FC Chiasso), l'ex-défenseur iconique de l'Inter Milan et du Real Madrid Walter Samuel (FC Bâle) …

Lire l’article
Link zum Artikel