DE | FR
Uli Forte est arrivé en patron à Yverdon-Sport: il a entraîné de grands clubs suisses par le passé et a même fait acte de candidature pour remplacer Vladimir Petkovic.
Uli Forte est arrivé en patron à Yverdon-Sport: il a entraîné de grands clubs suisses par le passé et a même fait acte de candidature pour remplacer Vladimir Petkovic. Image: Keystone/Shutterstock

Un entraîneur peut-il être trop qualifié pour un poste?

Le double engagement d'Uli Forte à la tête d'un néo-promu en 2e division du foot suisse (Yverdon-Sport), et d'un technicien de haut vol aux commandes de notre sélection nationale de basket, séduit autant qu'il interroge.
19.08.2021, 06:3819.08.2021, 17:32
Suivez-moi

C'est un mariage inespéré, né d'une rencontre comme il en arrive peu dans une vie; une opportunité rare qu'Yverdon et la sélection nationale de basket ont su concrétiser en séduisant deux experts du tableau blanc:

  • Uli Forte, 47 ans dont bientôt 20 de coaching sur des bancs d'ébène à Saint-Gall, Grasshopper, Young Boys ou Zurich. Des soirées européennes dans des stades surchauffés, une épopée victorieuse en Coupe de Suisse et une solide réputation dans le milieu, qui lui a permis de candidater pour remplacer Petkovic en équipe de Suisse. Et maintenant Yverdon-Sport, néo-promu en Challenge League, dernier du classement avec zéro point en trois matches.
  • Ilias Papatheodorou, 46 ans et des références à faire pâlir un responsable SEO. Il vient d'emmener une équipe (AEK Athènes) en finale de la Ligue des champions et a manqué de peu la qualif aux JO avec la Grèce. Le voici avec la Suisse, où il part de très loin, plus exactement du tournoi de pré-qualifications au Mondial, où sa sélection a défié la Slovaquie et la Macédoine du Nord.

Il y a un décalage, parfaitement lisible, entre le degré d'expertises de ces deux entraîneurs et l'environnement dans lequel ils évoluent désormais. Sont-ils pour autant «surqualifiés pour le poste», comme on dit en ressources humaines?

Uli Forte (à g.) et Ilias Papatheodorou.
Uli Forte (à g.) et Ilias Papatheodorou.Image: Keystone

Le nouveau guide d'Yverdon-Sport ne le croit pas. «On ne peut jamais être trop qualifié en sport. Parce qu'être entraîneur, c'est difficile et intéressant partout, peu importe la division. Même si tu entraînes Grandson, il y a des problèmes à résoudre, des choses à construire, une équipe à former.»

La pression de la compétition, le fait de se remettre en jeu chaque week-end, cet éternel recommencement éviterait-il aux techniciens de se laisser glisser dans cette «zone de confort» tant redoutée par les recruteurs? Ce n'est pas aussi simple. Si Ilias Papatheodorou reconnaît vouloir «toujours gagner», il admet ne pas ressentir de stress particulier à l'idée de diriger l'équipe de Suisse.

«Je ne ressens pas de pression. Je suis très expérimenté. J’ai déjà joué des finales et des grands matches»
Le nouveau sélectionneur dans La Liberté

En résumé: il en a vu d'autres. «Mais cela ne signifie pas qu'il en fera moins que par le passé, intervient Bernard Houche, directeur général de «OK Job», un bureau de placement et de conseil en personnel. Car à ce niveau, chaque individu est sa propre entreprise.»

Garder la même exigence dans une plus petite division, avec forcément moins de visibilité et moins d'enjeu, nécessite un double travail, collectif et individuel.

Le projet au coeur

Pour être totalement impliqué, un coach surqualifié doit être inscrit au coeur d'un projet de grande envergure. Il doit être engagé comme entraîneur, mais perçu comme la cheville ouvrière d'une croissance à tous les niveaux du club. C'est ce que les dirigeants nord-vaudois ont essayé de faire comprendre à Uli Forte, par la parole mais aussi par le geste, en lui proposant 2 ans de contrat. «Pour un entraîneur, c'est du long terme», sourit le manager général Marco Degennaro, qui a longtemps oeuvré au FC Sion, et qui espère désormais que son club puisse suivre Uli Forte. «On espère grandir avec lui, pour ne pas qu'il se demande ce qu'il est venu faire ici.»

Le président Mario Di Pietrantonio, Uli Forte et Marco Degennaro.
Le président Mario Di Pietrantonio, Uli Forte et Marco Degennaro. Image: Yverdon-Sport

Swiss Basket a aussi choisi M. Papatheodorou pour ses qualités de formateur, le technicien ayant dirigé les Grecs champions d’Europe M18 et M20. La Fédération espère que ses jeunes talents auront le temps de progresser sous ses ordres.

Mais pour que la magie opère entre les deux parties, les dirigeants du foot et du basket devront toutefois veiller à ce que «le terme de l'objectif ne soit pas trop éloigné de son point de départ, prévient Bernard Houche. Si la direction ne met pas les forces financières ou humaines pour atteindre son objectif à court ou moyen terme, l'employé risque de s'ennuyer».

Faire le deuil du passé

Mais le raisonnement est aussi individuel. Le projet peut être grandiose et stimulant, un entraîneur habitué aux stades pleins, aux salles de presse surchauffées et aux enjeux du très haut niveau, doit faire le deuil de son ancien environnement. Uli Forte l'a fait sans peine. Il s'en explique.

«L'an prochain, ça fera 20 ans que je suis entraîneur et pour moi, le nombre de spectateurs dans le stade, le fait que je sois dans les journaux ou que je donne beaucoup d'interviews, tout ça ne compte plus. La seule chose qui m'importe, c'est de pouvoir travailler dans le foot professionnel. C'est toujours un privilège.»
Uli Forte lors de son arrivée à GC en mai 2019. On a recensé 15 micros (dont 2 de <em>watson</em> ;-)
Uli Forte lors de son arrivée à GC en mai 2019. On a recensé 15 micros (dont 2 de watson ;-) Image: Keystone

Le coach yverdonnois sait aussi qu'un beau parcours en Challenge League peut le ramener sous la lumière des grands stades. «Si je bosse bien ici, tout sera possible ensuite. Le foot est ainsi fait. C'est du court terme permanent. Prenez Maurizio Jacobacci: il s'est retrouvé avec les M21 de Sion en 2017. Il a bien travaillé et il a eu sa chance en équipe première, qu'il a sauvée. Il a fait ensuite du super travail à Lugano, et le voici à Grenoble!»

Yverdon-Sport sait très bien qu'il ne pourra pas retenir son technicien si un club plus prestigieux le réclame. «Nous en avons déjà parlé. Nous trouverons une solution le cas échéant, assure Marco Degennaro. On préférera toujours le laisser partir plutôt que de le garder malheureux avec nous.»

Ce retour au sommet, Swiss Basketball l'a aussi anticipé pour son coach. La Fédération encourage même Ilias Papatheodorou à trouver un club, sachant que son mandat de sélectionneur est compatible avec la gestion d'une équipe au quotidien.

Pour autant qu'il ne perde pas trop d'énergie ailleurs, comme ici sur le banc du PAOK en 2019.
Pour autant qu'il ne perde pas trop d'énergie ailleurs, comme ici sur le banc du PAOK en 2019.Image: KEYSTONE

Le Grec peut ainsi envisager son expérience en Suisse comme un gain de visibilité. «Je sais que le niveau n’est pas aussi élevé que ce que j’ai connu jusqu’ici, mais peu importe. Quand tu aimes ton sport et ton métier, chaque opportunité est intéressante.»

Vraiment? On devine quand même un risque, pour un entraîneur réputé, de se confronter au niveau inférieur: celui de l'échec cuisant. La tâche sur le smoking, la rature sur le CV. Mais Bernard Houche, notre interlocuteur spécialisé en ressources humaines, ne voit pas les choses ainsi.

«Il ne s'agira pas d'un échec de l'entraîneur, souligne-t-il. La combinaison entre ses objectifs et ses capacités n'aura pas fonctionné, voilà tout. Et de toute manière, il nous arrive à tous, un jour ou l'autre, de ne pas réussir. Celui qui ne s'est jamais planté, c'est un menteur!»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un plug anal pour tricher aux échecs? La Fédération ouvre une enquête
Le débat agite le monde des échecs depuis des semaines: un jeune Hans Niemann a-t-il triché pour gagner contre le champion du monde Magnus Carlsen? Maintenant les hautes instances de la discipline enquêtent.

La Fédération internationale des échecs (Fide) a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les accusations de tricherie lancées par le quintuple champion du monde norvégien Magnus Carlsen contre le jeune prodige américain Hans Niemann. Plusieurs experts estimaient que ce dernier aurait utilisé un sex-toy anal pour tricher.

L’article