Sport
Football

Football: les fans britanniques sont les rois de la moquerie

Singing the song "five german bombers" drunken british supporters provoke german soccer supporters during some minor clashes in Fankfurt on the Main, Germany, Friday 09 June 2006. They are f ...
Les fans britanniques sont les maîtres de la chanson paillarde et du chambrage en football. Image: keystone

Les fans british adorent chambrer en chantant, ils ont ça dans le sang

Le FC Zurich l'a appris à ses dépens: les supporters britanniques sont les rois de la moquerie. Leurs chants sont une tradition séculaire et peuvent donner lieu à des chefs-d'œuvre. Morceaux choisis.
24.08.2022, 06:4324.08.2022, 11:20
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Le FC Zurich a été contraint à l'exil la semaine dernière en Europa League. La raison? Un concert prévu dans son stade du Letzigrund. Du coup, c'est au Kybunpark de Saint-Gall que les champions de Suisse ont battu Heart of Midlothian (2-1) en match aller du barrage qualificatif.

Dans l'enceinte saint-galloise aussi, il y a eu de la musique. Celle, notamment, des supporters écossais. En plus des traditionnels chants d'encouragement, les visiteurs ont adressé un message aux Zurichois. Simple et explicite:

«What a shitee home support!»

En français, ça donne quelque chose du genre: «Quel soutien de merde pour l'équipe locale!» Les Britanniques faisaient évidemment référence aux tribunes dégarnies du Kybunpark, où seulement 5000 spectateurs avaient pris place.

Si la vulgarité du chant et sa cible ont pu surprendre les locaux, elles n'ont absolument pas étonné les connaisseurs du football british. Parce qu'au Royaume-Uni, se moquer des adversaires – voire de sa propre équipe – en chanson est un véritable sport.

Voldemort, un chat et du rock

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les fans ont le sens de l'observation. Pour eux, toutes les raisons sont bonnes de s'égosiller et de railler: les performances sur le terrain, mais aussi l'apparence physique, la provenance géographique ou encore les exploits hors du terrain.

Le joueur de Newcastle Jonjo Shelvey a par exemple entendu les fans de West Ham chanter en chœur «Harry Potter, he is coming for you» («Harry Potter, il vient pour toi») pour moquer sa prétendue ressemblance avec Voldemort, le grand méchant personnage qui veut tuer le gentil sorcier.

Depuis quelques mois, c'est le défenseur de West Ham Kurt Zouma qui est la cible de chants – et autres miaulements – sarcastiques. Le Français est devenu un paria après la fuite, sur les réseaux sociaux, d'une vidéo le montrant en train de frapper son chat. Une aubaine pour les supporters adverses, qui ne manquent pas de rappeler cet épisode. «That's how your cat feels» («C'est ce que ton chat ressent») entonnent-ils plein d'enthousiasme à chaque fois que Zouma se roule de douleur sur la pelouse.

Outre-Manche, les chansons narquoises appartiennent à une tradition plus ancestrale: dans les stades, mais aussi sur les chemins qui y mènent, ou encore dans les pubs, les supporters adorent chanter. Plus que partout ailleurs. Et ce n'est pas un hasard: les Anglais ont écrit les premiers refrains à la gloire (ou pas) des footballeurs dès la fin du XIXe siècle.

C'est aussi au Royaume-Uni que la musique pop-rock, qui sert souvent de mélodie aux chants du kop, a électrisé les foules en premier. Les chants sont apparus en masse dans les années 1960, lorsque les sonos ont remplacé les fanfares. Les dédicaces spéciales aux joueurs se sont développées un peu plus tard, dans les seventies.

Un papy, de la bière et une clavicule cassée

Contrairement à d'autres pays, le Royaume-Uni ne connaît pas, ou très peu, la culture ultra. Les fumigènes, banderoles et autres chorégraphies sont quasiment inexistants. De quoi laisser davantage de place aux chants, qui restent le moyen le plus simple d'exprimer et de revendiquer une appartenance. «C'est l'exemple d'une communauté qui raconte sa propre histoire sans avoir à passer par des journalistes ou des auteurs ou la télévision ou quoi que ce soit d'autre. C'est une occasion de s'exprimer en direct», analyse Nick Miller dans un article de The Athletic.

Dans les travées, les chansons sont souvent entonnées de manière spontanée, en suivant le scénario du match ou ce qui se passe autour. «J'ai déjà vu un papy de 70 ans lancer un chant, repris ensuite par tout le stade», se souvient Raphaël Crettol, expert du foot britannique.

«Il existe un répertoire énorme de chants, mais au final, assez peu d'entre eux sont entonnés dans les stades. On les entend beaucoup plus en dehors»
Raphaël Crettol, expert du foot britannique

Si cette tradition perdure, c'est qu'elle est forcément appréciée. C'est aussi valable pour le chambrage. «Parfois, les fans applaudissent leurs rivaux quand ceux-ci entonnent un chant original, même si ce chant se moque de leur équipe», observe Raphaël Crettol. «A la fin du match, ils en discutent et en rigolent tous ensemble autour d'une bière.»

Pete Boyle, célèbre fan compositeur de Manchester United, dans ses œuvres

Certains trouvent aussi du plaisir à constater que leur chanson – qu'ils ont parfois composée eux-mêmes dans les bars ou sur les réseaux sociaux – est reprise par des milliers de spectateurs. «Une fois, j'ai lancé un chant au City Ground», explique Sam, fan de Nottingham Forest. «J'étais fou de joie. Mes amis m'ont donné des signes d'encouragement pendant le chant, et des félicitations après.» Cette montée d'adrénaline, Chris, autre fervent suiveur de la Premier League, l'a connue aussi :

«J'étais à un match Reading – West Ham il y a quelques années et Lee Bowyer s'est cassé la clavicule. Il a passé devant nous avec son bras en écharpe. J'ai bondi et j'ai commencé à chanter Bowyer, fais-nous signe! Bowyer, Bowyer, fais-nous signe! Les gens ont suivi, avec un bon vieux rire et quelques bonnes tapes dans le dos. Je ne sais pas ce qui m'a pris, mais la réaction a provoqué un état d'allégresse que je ressens toujours.»
Chris, un fan de Premier League, dans The Athletic

Un humour particulier (british?), mais un humour quand même. Un trait singulier des chansons de fans anglais, écossais ou irlandais. Dans le reste du monde, les fous du ballon rond font également vibrer leurs cordes vocales, y compris pour houspiller l'adversaire. Mais leurs chansons à boire ne sont pas souvent du même tonneau.

A l'image du public, les footballeurs britanniques ont parfaitement intégré le principe. C'est le cas d'Emil Heskey, ancien attaquant de Liverpool, Aston Villa ou encore de l'équipe d'Angleterre. Il était moqué pour son manque de réalisme devant le but. En 2001, quand les Three Lions ont humilié l'Allemagne à Munich 5-1, leurs supporters en ont remis une couche en scandant «5-1! Even Heskey scored!» («5-1, même Heskey a marqué!»). Et qu'a fait le footballeur? Il a intitulé sa biographie, sortie en 2019, Even Heskey scored.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Amber Heard a vendu son étrange maison dans le désert
1 / 16
Amber Heard a vendu son étrange maison dans le désert
Amber Heard ne peut plus trouver refuge dans son «manoir de type western» à Yucca Valley en Californie.
source: dirt via mls / instagram
partager sur Facebookpartager sur X
Les bouffistas: La Quéquetterie à Lausanne
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet homme a un rôle très particulier dans le staff de l'Angleterre à l'Euro
Les Three Lions, qui affrontent la Serbie dimanche à 21h00 pour leur entrée en lice, bénéficieront d'un soutien insolite pendant le tournoi.

Gourous, coiffeurs ou même anciens arbitres: les équipes de foot n'ont jamais manqué d'imagination pour intégrer dans leur staff des personnages particuliers, histoire de mettre leurs joueurs dans les meilleures dispositions possibles.

L’article