Sport
Tennis

Geneva Open 2024: Djokovic se sent à l'aise «en pleine nature»

Novak Djokovic, of Serbia, arrives for a training session at the ATP 250 Geneva Open tournament in Geneva, Switzerland, Monday, May 20, 2024. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Novak Djokovic a réussi son entrée mercredi au Geneva Open, où il a battu Yannick Hanfmann en 8e de finale (6-3 6-3). Image: KEYSTONE

Djokovic adore cette particularité de Genève

Le numéro 1 mondial confie être très à l'aise sur le site du Geneva Open, pour une raison singulière.
23.05.2024, 16:34
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Novak Djokovic l'a répété mercredi après sa victoire contre Yannick Hanfmann en 8e de finale: «Genève est le plus beau club de tennis du monde où j'ai joué». Comme il l'a expliqué, ce coup de cœur doit beaucoup à la nature qui entoure les courts, ceux-ci étant situés au beau milieu du Parc des Eaux-Vives.

Le site du Geneva Open.
Le site du Geneva Open. image: instagram

Un lieu qui rappelle les jardins botaniques de Melbourne, proches du site de l'Open d'Australie, où le numéro 1 mondial a une habitude singulière. En janvier, pendant le tournoi, il avait expliqué son lien étroit avec un arbre, qu'il aime enlacer et grâce auquel il s'ancre: «Il y a un arbre en particulier avec lequel j'entretiens une relation privilégiée, pour ainsi dire, depuis quinze ans. J'ai une connexion avec ce vieil ami.»

La pratique est connue sous le nom de sylvothérapie et permet notamment à ses adeptes de méditer en pleine conscience, tout en se relaxant. Certains d'entre eux affirment même puiser l'énergie du végétal.

Un adepte romand détaille la pratique👇

Alors Djokovic, qui dispute pour la première fois le Geneva Open, a-t-il trouvé un «nouvel ami» dans le Parc des Eaux-Vives? «Non, je n'ai pas trouvé un arbre en particulier, mais ils sont tous magnifiques ici», sourit le Serbe. Même s'il n'a pas encore flashé sur un sapin, pin ou séquoia, le tennisman-star a déjà profité du grand espace vert genevois où il a notamment fait son stretching mardi et son échauffement mercredi. Ce second moment l'a d'ailleurs marqué:

«C'est très important pour moi de voir des jeunes autour de moi quand je fais du sport. Aujourd'hui (mercredi), quand j'ai fait mon échauffement dans l'herbe, j'ai vu un groupe de jeunes joueurs de tennis en train de faire de la condition physique avec leur coach. Ils étaient pieds nus dans l'herbe, sans chaussures ni chaussettes. C'est vraiment beau à voir, parce que c'est important de faire cette connexion avec la nature.»
Novak Djokovic

Le recordman de titres en Grand Chelem (24) a, lui, bel et bien dû enfiler ses chaussures pour fouler la terre battue du Geneva Open. Mais la sérénité de la nature bordant le tournoi, aussi majestueuse que rare sur le circuit, a assurément de quoi inspirer Novak Djokovic (et les autres tennismen).

Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Le plus grand sac Hermès au monde
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Les foules de supporters sont essentiellement positives»
Les fans de la Nati se sont massés dans les stades de l'Euro 2024, ont marché en cortège avant les matchs ou se sont regroupés après les victoires dans les villes du pays. Le psychologue social Christian Staerkle plaide pour une conception positive de ces foules. Et voit dans les grands matchs de football des moments collectifs d'exception. Entretien.

On a beaucoup entendu parler de «bonheur collectif», de «joie commune» lors de la victoire de la Suisse face à la France le 28 juin 2021. Une émotion collective, ça existe?
Christian Staerkle:
Oui, ces expressions sont tout à fait pertinentes. Le match en question a donné lieu à un partage d'émotions exceptionnel. Les émotions ressenties sont peut-être d'autant plus importantes que cette victoire était inattendue et hors du commun. Cela n'était pas arrivé depuis 1954 que la Suisse joue en quarts de finale d'une grande compétition. Aussi, il y a une donnée plus générale qui fait que ces émotions collectives sont de l'ordre de l'exception:

L’article