DE | FR
Les Anglais Jadon Sancho (à gauche) et Marcus Rashford sont entrés à la 120<sup>e</sup> minute de jeu face à l'Italie, uniquement en vue de prendre part à la séance de tirs au but.
Les Anglais Jadon Sancho (à gauche) et Marcus Rashford sont entrés à la 120e minute de jeu face à l'Italie, uniquement en vue de prendre part à la séance de tirs au but. image: keystone
Euro 2021

Les plans foireux de Southgate pour les tirs au but

Dimanche en finale contre l'Italie, le sélectionneur anglais a fait entrer Jadon Sancho et Marcus Rashford uniquement pour la séance fatidique. Une mauvaise idée, comme celle de faire tirer en dernier un jeune de 19 ans.
12.07.2021, 18:5613.07.2021, 15:11
Suivez-moi

Gareth Southgate a tenté un coup de poker dimanche soir. Mais il a perdu. Le sélectionneur anglais a fait rentrer Jadon Sancho et Marcus Rashford à la dernière minute des prolongations, uniquement pour qu'ils prennent part à la séance de tirs au but. Et tous les deux ont raté leur essai, tout comme le malheureux Bukayo Saka. L'Italie en a profité pour remporter l'Euro 2020.

Même s'il les a assumés dans la presse après la défaite de son équipe, les choix de Southgate ont de quoi étonner. Pour plusieurs raisons.

Gareth Southgate a mené les siens en finale de l'Euro.
Gareth Southgate a mené les siens en finale de l'Euro.Image: sda

Pas en bonnes conditions

La première est évidente: même s'ils se sont échauffés sur la touche, Sancho et Rashford n'ont pas eu le temps de rentrer dans la partie physiquement ni mentalement. Ni même de prendre confiance avec le ballon, puisqu'ils ne l'ont quasiment pas touché.

«Les joueurs sont déjà assez sous pression, mais si vous faites tirer deux joueurs qui n'ont pas encore beaucoup touché le ballon, alors vous leur en demandez beaucoup trop»
Alan Shearer, ancien international anglais, à la BBC à propos de Rashford et Sancho

Risqué donc de leur faire exécuter un geste technique délicat, qui le devient d'autant plus sous pression. «Je n'ai pas compris ces changements si tardifs», avoue Christophe Moulin. L'ex-entraîneur du FC Sion avait lui aussi effectué un remplacement dans les dernières secondes des prolongations lors de la finale victorieuse de Coupe de Suisse des Valaisans contre Young Boys en 2006, aux tirs au but.

En finale de Coupe de Suisse 2006, Christophe Moulin (en rouge) a été plus heureux que Gareth Southgate dimanche à Wembley.
En finale de Coupe de Suisse 2006, Christophe Moulin (en rouge) a été plus heureux que Gareth Southgate dimanche à Wembley.Image: KEYSTONE

Il avait lancé Didier Crettenand – tireur heureux – à la place de Léonard Thurre, «mais pas pour tirer un pénalty, c'était un remplacement par obligation», précise le technicien. Qui a senti, derrière sa TV, que la décision du sélectionneur des Three Lions n'était pas bonne:

«Quand j'ai vu rentrer Rashford, je me suis dit: "S'il tire, il rate!" Il n'avait pas l'air concerné, mais plutôt déçu de ne pas être entré plus tôt. Sa mentalité n'était pas la bonne pour exécuter un tir au but»
Christophe Moulin, ancien entraîneur du FC Sion

Un statut à assumer

Faire rentrer des joueurs uniquement pour tirer un pénalty, c'est aussi les étiqueter experts en la matière. Et potentiellement leur rajouter une couche de pression liée à la peur d'un échec, que leur interdit leur statut. Geir Jordet, un psychologue norvégien du sport spécialiste du football, a montré dans une étude que les footballeurs élevés au rang de stars sont plus propices à échouer lors de tirs au but. «Cela accentue les attentes et la pression. Et, avec plus de pression, ils sont moins performants», analyse le chercheur scandinave.

La déception de Marcus Rashford, après avoir envoyé son tir au but sur le poteau dimanche soir face à l'Italie.
La déception de Marcus Rashford, après avoir envoyé son tir au but sur le poteau dimanche soir face à l'Italie. Image: keystone

La Française Delphine Herblin, elle aussi psychologue experte en football, précise dans L'Equipe qu'«un jeune (joueur), à l'inverse, aura une pression extérieure moins importante.» Voilà qui pourrait presque justifier la résolution du coach britannique d'avoir fait tirer Bukayo Saka (19 ans) en dernier.

Comme Jadon Sancho juste avant lui, Bukayo Saka a vu son tir au but être retenu par le portier transalpin Gianluigi Donnarumma.
Comme Jadon Sancho juste avant lui, Bukayo Saka a vu son tir au but être retenu par le portier transalpin Gianluigi Donnarumma. image: keystone

Expérience requise

Sauf que pour gérer les émotions inhérentes à un tel moment – une finale d'Euro, où le pays hôte doit marquer son tir pour rester en vie – l'expérience est cruciale. Et le milieu d'Arsenal n'en avait tout simplement aucune: avant dimanche soir, il n'avait jamais tiré un pénalty de sa carrière... «C'est incompréhensible d'avoir désigné Saka, s'émeut Christophe Moulin. C'est inhumain de faire tirer ce pénalty à un jeune de 19 ans.»

«C'est terrible pour ce jeune joueur, déplore Pierre-André Schürmann. La suite va être difficile pour lui.» L'ancien entraîneur du Lausanne-Sport, de Neuchâtel Xamax et du FC Sion a vu juste: depuis leurs ratés, Saka, Rashford et Sancho sont les cibles d'insultes racistes sur les réseaux sociaux.

Les erreurs tactiques de Southgate sont d'autant moins pardonnables que le sélectionneur des Three Lions avait, depuis plus de trois ans, mis un point d'honneur à travailler les séances de tirs au but. Un labeur qui avait permis aux joueurs de Sa Majesté de vaincre leur malédiction dans cet exercice – cinq défaites consécutives entre 1996 et 2012 Coupes du monde et d'Europe confondues – lors du Mondial 2018 (victoire en huitièmes de finale contre la Colombie). Avec leur revers dimanche soir face à l'Italie, les Anglais en sont à seulement 22% (2 sur 9) de succès en tournois majeurs après les tirs au but...

Manque de courage

Pour Roy Keane, ancienne star de Manchester United, Gareth Southgate n'est pas le seul responsable de cette désillusion. Le bad boy irlandais a fustigé sur la BBC les joueurs expérimentés des Three Lions, notamment Jack Grealish et Raheem Sterling, qui se sont, selon lui, défilés:

«Ils ne peuvent pas laisser un jeune de 19 ans prendre ses responsabilités. Ils doivent prendre les devants et dire: "Ecoutez, je vais tirer celui-ci!"»
Roy Keane, à propos des joueurs anglais expérimentés Jack Grealish et Raheem Sterling

Gareth Southgate et ses joueurs ont maintenant 18 mois pour travailler leurs tirs au but d'ici la Coupe du monde 2022 au Qatar, où ils feront partie des favoris mais où ils pourraient bien de nouveau avoir à poser le ballon quelques fois sur le point des onze mètres.

Euro 2021: La victoire de l'Italie, en images

1 / 12
Euro 2021: La victoire de l'Italie, en images
source: sda / walter bieri
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La facture des JO 2026 explose (déjà)
Le journal italien Il fatto quotidiano révèle que le coût de l'organisation des Jeux d'hiver de Milan et Cortina dépasse les deux milliards de francs, soit bien plus que prévu initialement.

Les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2026, que le Valais et les Grisons avaient envisagé d'organiser avant d'essuyer le refus du peuple, vont coûter beaucoup plus cher que prévu aux Italiens. Un budget de 1,58 milliard d'euros avait été alloué. C'était visiblement trop peu et ce n'est pas étonnant: une règle implicite dans l’élaboration des dossiers de candidature veut que les villes candidates évitent de présenter des budgets démesurés.

L’article