DE | FR
En Super League, Filip Ugrinic et le FC Lucerne (à gauche) sont mieux placés que Trae Coyle et le Lausanne-Sport dans la lutte contre la relégation.
En Super League, Filip Ugrinic et le FC Lucerne (à gauche) sont mieux placés que Trae Coyle et le Lausanne-Sport dans la lutte contre la relégation.Image: KEYSTONE

Lucerne a de meilleures chances que le LS de rester en Super League

Résultats actuels, ambiance dans le club, ferveur des supporters: tout parle en faveur du FC Lucerne dans son duel contre la relégation face au Lausanne-Sport. Mais tout pourrait basculer dès dimanche, lors du match entre les deux cancres.
21.02.2022, 06:5421.02.2022, 07:58
Jonathan amorim

Après vingt-deux journées, Lausanne pointe au dernier rang du classement avec douze petits points, dont zéro depuis la reprise fin janvier. Les Vaudois sont à trois unités du FC Lucerne, actuellement barragiste, qui a, lui, récolté quatre points depuis le retour de la Super League.

Les deux clubs vont vraisemblablement se tirer la bourre jusqu'à la fin de saison pour éviter la culbute directe en Challenge League. Le FC Sion et le FC Saint-Gall semblent déjà difficilement rejoignables, avec onze points d'avance sur le duo du fond de classement.

Le classement actuel de Super League

source: rts .

Alors, la grande question est simple (et redoutée par les fans du LS): le FC Lucerne est-il meilleur que le club de la Tuilière?

Des dynamiques différentes

Le Lausanne-Sport traverse actuellement une période plus que compliquée, avec six défaites d'affilée en championnat. Il a d'ailleurs changé de coach juste après la reprise, suite à la claque 1-5 à la maison contre Saint-Gall. Exit Ilija Borenovic, bonjour Alain Casanova. Un timing discutable, qui n'apporte pour l'instant pas le déclic attendu.

Du côté de Lucerne, on a décidé de changer d'entraîneur bien avant, à la fin du premier tour. Les dirigeants lucernois se sont attachés les services d'un homme qui connaît les missions de sauvetage, à savoir l'ancien coach du FC Vaduz, Mario Frick. Le Liechtensteinois avait, la saison passée, presque réussi l'exploit de sauver son ancienne équipe de la relégation après une remarquable remontada.

L'arrivée de Frick à Lucerne nous avait d'ailleurs bien faire rire chez watson👇

Son intronisation en décembre lui donne un avantage sur le Français Casanova, néophyte dans le foot suisse, puisqu'il a pu travailler sereinement pendant la trêve et apprendre à connaître son groupe, pour mettre en place son projet.

Mario Frick a débarqué à Lucerne avec l'avantage de pouvoir gérer son groupe pendant la longue préparation hivernale.
Mario Frick a débarqué à Lucerne avec l'avantage de pouvoir gérer son groupe pendant la longue préparation hivernale.Image: KEYSTONE

Et depuis l'arrivée de Frick, Lucerne marque des points. Contrairement à ce qu'il se passe à Lausanne. Malgré deux défaites d'entrée, les footballeurs de Suisse centrale se sont ensuite imposés largement 5-0 à Bienne en Coupe (Lausanne a, lui, été battu à Yverdon) avant de dominer Sion (1-0), puis de récolter dimanche un précieux point sur la pelouse de Servette (1-1).

Le FC Lucerne semble donc avoir réussi à briser la spirale négative dans laquelle il s'était embarqué au premier tour, pour se mettre en mode «sauvetage». A l'image du Vaduz de Frick au printemps 2021.

Un état d'esprit confirmé par le Valaisan Daniel Follonier, ancien joueur du club, toujours en contact avec certains éléments du groupe lucernois:

«J'écris encore de temps en temps à certains joueurs. Je ressens bien sûr un certain doute dans leurs messages, c'est normal au vu de la situation. Mais ils sont très sereins et concentrés. Je pense qu'ils vont s'en sortir»
Daniel Follonier, ancien joueur du FC Lucerne

Au niveau des dynamiques, avantage Lucerne donc. Mais la tendance pourrait s'inverser rapidement puisque, le week-end prochain, les deux équipes s'affronteront à la Tuilière.

Deux salles, deux ambiances

«Cissé, casse-toi!». La phrase qui résume, malheureusement, la situation du LS ces dernières semaines. Trois mots souvent tapés sur les réseaux sociaux et peints sur une banderole par les fans lausannois, qui témoignent de la cassure entre ceux-ci et les dirigeants. Et elle ne pourra être réparée que grâce à une série de résultats positifs. Et rapidement.

En Suisse centrale, l'ambiance est bien différente, comme nous l'ont confirmé des supporters du club. A Lucerne, les supporters sont derrière leurs dirigeants, ces derniers étant incarnés par le nouveau président du club, Stefan Wolf, intronisé en février de l'année dernière. L'ancien défenseur du FC Sion et de Servette est également une légende du club lucernois, où il a joué de 1990 à 1997, remportant le titre de champion suisse en 1992.

Le nouveau président du FC Lucerne, Stefan Wolf, est un ancien joueur respecté du club.
Le nouveau président du FC Lucerne, Stefan Wolf, est un ancien joueur respecté du club.Image: KEYSTONE

Stefan Wolf est Lucernois, son cœur est bleu et blanc, alors les supporters peuvent s'identifier à leur président. Il profite de son statut pour mener à bien son projet, de manière sereine. Une sérénité qui tranche avec l'atmosphère électrique de Lausanne. Ce calme se lit également dans les discours de Mario Frick, comme avant la rencontre contre Servette:

«Il n'y a pas de meilleur sentiment que celui qui suit une victoire. Toutefois, rien n'a changé dans notre équipe la semaine après le match contre Sion: nous gardons les pieds sur terre. Notre confiance en nous s'est, elle, renforcée»
Mario Frick, dans la Luzerner Zeitung

A Lucerne, le calme règne, et la confiance est de mise. Une confiance gagnée en partie grâce au charisme et au statut de Stefan Wolf, mais aussi à une gestion transparente. Des dialogues avec les supporters sont régulièrement organisés. D'autres initiatives, comme l'engagement du Lucernois Stefan Marini comme nouveau responsable du département technique et développement du club pousse les supporters à soutenir leurs dirigeants, malgré les mauvais résultats.

Côté ambiance dans les coulisses, nouvel avantage Lucerne.

Un soutien populaire

Presque 9'000 spectateurs contre Sion, 11'000 contre Bâle. La «swissporarena» ne connaît pas la crise. Emmené par son kop, le public lucernois semble être resté derrière son équipe, malgré un premier tour compliqué. A titre de comparaison, ils étaient moins de 4'000 à Lausanne pour la réception de Saint-Gall.

Daniel Follonier, qui a porté la tunique lucernoise lors de la saison 2017-2018, se souvient de ce public:

«A Lucerne, il y a cette mentalité allemande, avec une grosse fidélité qui va au-delà des résultats. Le public répond toujours présent, à la maison et à l'extérieur, et franchement, quand tu es joueur, ça t'apporte une force supplémentaire»
Daniel Follonier, ancien joueur du FC Lucerne

Ce soutien populaire avait notamment été souligné dans la Luzerner Zeitung par le coach Mario Frick, après la victoire à Bienne en Coupe: «Au FC Lucerne, nous avons la chance d'avoir un formidable public derrière nous. C'est un élément énorme, surtout quand je vois la communion d'après-match avec nos 500 fans.» Dans l'enchaînement, et dans l'optique du match contre Sion, il avait également affirmé vouloir battre les Valaisans pour «remercier les nombreux supporters et leur fidélité».

Ce soutien, allié à la confiance qui règne entre supporters et dirigeants, donne un nouvel avantage aux Lucernois. Mais là encore, les choses pourraient changer après le match de la peur dimanche à la Tuilière.

Des emplettes bienvenues

Pour terminer cette analyse des forces, un élément pourrait apporter un dernier avantage à l'un ou l'autre des clubs en question: le mercato hivernal, avec les dernières arrivées.

Le FC Lucerne s'est passablement renforcé cet hiver en rapatriant notamment Asumah Abubakar de Lugano. L'attaquant ghanéen avait brillé du côté de Kriens avant de signer au Tessin.

Buteur contre Sion, Asumah Abubakar (à gauche) a déjà été décisif avec le FC Lucerne depuis son arrivée cet hiver.
Buteur contre Sion, Asumah Abubakar (à gauche) a déjà été décisif avec le FC Lucerne depuis son arrivée cet hiver. image: keystone

Mario Frick a également amené dans ses valises l'un de ses soldats, le défenseur Denis Simani, de Vaduz. Enfin, le latéral Mohamed Dräger a débarqué en prêt de Nottingham Forest. Formé à Freiburg, l'Allemand s'est déjà distingué avec deux buts, un en championnat à Lugano et un en Coupe à Bienne. Marko Kvasina est, quant à lui, arrivé de Belgique, et il a lui aussi déjà marqué, égalisant contre Servette dimanche et offrant un point à son nouveau club.

Marko Kvasina, décisif lors de son premier match, contre Servette.
Marko Kvasina, décisif lors de son premier match, contre Servette. image: keystone

Par contre, les Lucernois se sont séparés d'Holger Badstuber. L'ancien international allemand était le symbole du premier tour raté du FC Lucerne. Un mercato plutôt réussi, donc, qui a déjà apporté quatre points et une qualif' en Coupe au club.

Lausanne s'est aussi vigoureusement agité pour tenter de se sauver. Les Vaudois ont recruté un joueur confirmé de Super League, Marvin Spielmann (Young Boys), et un jeune talent de Promotion League, Nassim Zoukit (Etoile Carouge).

Les dirigeants du LS ont activé également leur réseau en France voisine pour faire venir des éléments expérimentés comme Maxime Poundjé (29 ans) et Lamine Koné (32). Des joueurs toutefois en manque de forme, comme le Belge Adrien Trebel, arrivé d'Anderlecht.

Adrien Trebel (à droite), nouvelle recrue du Lausanne-Sport.
Adrien Trebel (à droite), nouvelle recrue du Lausanne-Sport. image: keystone

La venue de l'Uruguayen Rodrigo Pollero est également un pari intéressant du LS. Si les supporters ne semblent pas convaincus par ces arrivées, notamment celles des joueurs en méforme, ces nouvelles recrues auront assurément à cœur de leur donner tort.

Pourtant, ces transferts semblent prometteurs. Comme ceux du FC Lucerne. A ce niveau, c'est match nul. Mais la théorie est une chose, la réalité du terrain une autre. Et c'est bien sur le pré vert que toutes ces nouvelles têtes tenteront de faire pencher la balance en faveur de leur employeur. Comme souvent en Super League, la lutte contre la relégation s'annonce passionnante.

Ces personnes amputées ont le sens de l'humour

1 / 13
Ces personnes amputées ont le sens de l'humour
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: la fin des restrictions Covid

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse a été énorme face au Canada
En battant les joueurs à la feuille d'érable (6-3), samedi lors du Championnat du monde, l'équipe de Suisse de hockey a remporté sa 5e victoire en 5 matchs.

Ce succès ne résonne certainement pas aussi fort que celui de 2006 aux JO de Turin, ni que celui obtenu en demi-finale du Mondial 2018 à Copenhague. Mais battre le Canada dans une vraie compétition demeure toujours un petit événement.

L’article