DE | FR
Nous dimanche. Sans rire.
Nous dimanche. Sans rire.Image: Shutterstock

On a regardé le foot du futur et on a eu envie de pleurer

La FIFA a testé 4 nouvelles règles dans un tournoi réservé aux moins de 19 ans. On a suivi la partie entre AZ Alkmaar-Bruges pour se faire une opinion. Horrible!
19.07.2021, 05:4619.07.2021, 10:11
Jonathan Amorim
Suivez-moi

Deux mi-temps de 30 minutes, touches jouables au pied, changements illimités et expulsion temporaire de 5 minutes en cas de carton jaune: ce «football 2.0» a été testé cette semaine par la Fédération internationale lors d'un tournoi U19 entre Bruges, l'AZ Alkmaar, le PSV Eindhoven et Heerenveen (qui a remplacé Leipzig).

La compétition, baptisée «Future of Football Cup», était organisée par Red Bull et ESPN, deux multinationales qui joueront forcément un rôle dans le football de demain.

Pour se faire une idée de ce à quoi pourrait ressembler un match à l'avenir, on a regardé AZ Alkmaar-Bruges dimanche (et on n'aurait peut-être pas dû).

Les mi-temps de 30 minutes

Le premier choc intervient dès le début du match, en observant le panneau d'affichage à 30:00. Un chronométrage décroissant dont on n'a absolument pas l'habitude dans le football. Au fil du match, le temps s'écoule, à l'envers, et s'arrête, en fonction des arrêts de jeu.

Dans le nouveau football, le chrono démarre à 30:00 et c'est très bizarre
Dans le nouveau football, le chrono démarre à 30:00 et c'est très bizarre youtube.com

Au final, la première mi-temps aura duré 44 minutes (30 minutes de jeu + 14 minutes d'arrêt) contre 47 minutes (30 minutes de jeu + 17 minutes d'arrêt) pour la seconde période. Un temps de jeu finalement similaire à celui qu'on observe dans les grands matches. Résultat final: 6-0 pour Alkmaar.

C'est peut-être la moins pire des idées puisque le rythme du match est moins haché. Cette nouvelle règle pourrait aussi empêcher les fins de rencontres houleuses où l'équipe en tête perd un temps fou pour garder son avantage.

Pour éviter de se mettre à dos les plus puristes, la FIFA pourrait toutefois envisager de garder un chronométrage croissant. Le résultat serait identique, mais la révolution serait moindre.

Il faut rappeler que ces changements, s'ils sont adoptés par la FIFA et son board, s'appliqueront à tous les niveaux du football. Il faudrait donc sensibiliser arbitres et joueurs jusqu'en 5e ligue, ce qui nous parait compliqué.

Touches jouables au pied

Les touches à la main font partie de l'histoire du football. Que ce soit pour ces cacahuètes expédiées dans la surface, pour ces longues hésitations lorsque «personne ne bouge le long de la ligne» ou pour ces incroyables buts inventés par des artistes de la touche.

On touche donc ici à une règlementation profonde. Une phase de jeu travaillée par les footballeurs à l'entrainement. Toutefois, ces touches à la main sont souvent remplacées à l'entrainement par des remises au pied pour mettre du rythme dans les petits matchs. Ce rythme supérieur, on l'a fortement ressenti lors du match Bruges - AZ U19.

Les jeunes joueurs belges et hollandais ont donné l'impression de s'être vite habitués à cette nouvelle norme. La plupart du temps, ils ont joué rapidement en une touche vers l'arrière. Cette nouvelle règle s'accompagne par ailleurs de la possibilité pour le joueur de garder le ballon pour lui-même. Une option également largement utilisée par les Hollandais et les Belges. Cette variante parait limitée à deux touches de balle (une pour pousser le ballon et une pour le lâcher par un centre ou une passe). C'est ce que l'on croyait jusqu'à la fin du match où un joueur de Bruges a effectué trois touches sans se faire réprimander par le corps arbitral.

On joue depuis 48 secondes (vous suivez?!)
On joue depuis 48 secondes (vous suivez?!) youtube.com

De ces touches au pied pourraient découler une nouvelle phase de jeu dangereuse pour les équipes. Une sorte de coup de pied arrêté qui pourrait potentiellement amener des goals, beaucoup de goals.

Mais si ces remises amènent du rythme, on n'est pas convaincu par le concept. Ces nouvelles touches nous donnent vraiment l'impression d'assister à un match d'entrainement, ou pire, à un match de foot-salle. Pour nous, c'est non.

Changements illimités

Difficile honnêtement de juger ce point sur cette partie. Les deux équipes ont en effet effectué un nombre de changements plutôt rationnel pour un match de préparation. Et puis, on est déjà habitué aux brassages lors des matchs amicaux, quand les entraîneurs testent leur effectif.

Cela dit, on accueille cette mesure avec scepticisme. Les points négatifs sont nombreux:

  • Effectuer 10 à 15 changements par match détruirait le rythme de la rencontre.
  • Disparition des expressions telles que «joker de luxe» ou «coaching gagnant» puisque le changement perdra de son importance.
  • Disparition également des changements légendaires, ceux qui bouleversent le cours d'un match, par leur rareté et leur importance. On pense ici notamment aux entrées de Sheringham et Solskjær en 1999 lors de la finale de la Ligue des champions (victoire 2-1 de MU en toute fin de match sur deux buts des remplaçants).
  • Un joueur qui sort pourra-t-il re-rentrer ? Si oui, on risque d'assister à des scènes d'anarchie avec la malice de certains entraineurs (coucou José!).

En allant chercher assez loin, on peut toutefois trouver trois points positifs :

  • La possibilité augmentée de «turnover» et le temps de jeu revu à la hausse de certains joueurs cantonnés au banc.
  • Dans un calendrier annuel fortement rempli, cette règle permettrait aux footballeurs de bénéficier de plus de repos
  • Le quatrième arbitre va enfin servir à quelque chose!
On risque de voir un peu plus souvent le quatrième arbitre à la télévision
On risque de voir un peu plus souvent le quatrième arbitre à la télévisionImage: KEYSTONE

Expulsion temporaire de 5 minutes en cas de jaune

Soyons clairs: c'est l'une des pires idées de l'histoire. Une initiative qui dénature complètement le football.

Lors du match Bruges-AZ, les Belges se sont fait largement dominés en première mi-temps sauf lors des 5 dernières minutes où ils ont évolué à 11 contre 10.

L'AZ à «10 spelers» pendant 5 minutes. Horrible.
L'AZ à «10 spelers» pendant 5 minutes. Horrible. youtube.com

La deuxième mi-temps a été encore pire, Bruges et l'AZ évoluant en supériorité numérique à tour de rôle. C'était n'importe quoi. Qu'on laisse la notion de «power-play» au hockey, par pitié!

On a eu également le droit à des interviews des joueurs suspendus sur la touche en hollandais. Une overdose de contenu médiatique où l'on a distingué les questions et les réponses bateaux. Un concept certainement en phase d'observation par la chaine américaine ESPN (co-organisatrice du tournoi). Ce contenu pourrait même être réservé aux utilisateurs «premium» de la plateforme diffusant le match. Une «américanisation» du football très inquiétante.

ESPN utilise également ce tournoi pour tester des nouvelles formes d'interview comme celui du joueur suspendu 5 minutes, ici à droite.
ESPN utilise également ce tournoi pour tester des nouvelles formes d'interview comme celui du joueur suspendu 5 minutes, ici à droite. youtube.com

Vous avez donc certainement deviné que cette dernière variante ne nous plait pas vraiment non plus. Elle dénature beaucoup trop le football et le déroulé d'un match.

L'introduction d'une suspension temporaire pour anti-jeu pourrait être envisageable et réduire les mauvais gestes. Mais ce n'est pas vraiment le chemin que semblent emprunter les grands dirigeants du football mondial, dont on peut légitimement questionner les intérêts à la vue du spectacle proposé dimanche.

Si vous souhaitez vous aussi vous faire une idée, voici l'intégralité de la partie à laquelle nous avons assisté. Sortez les mouchoirs! 😭

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi les cyclistes suisses sont si forts en contre-la-montre
Avec deux médailles d'or (Bissegger et Reusser) et une d'argent (Küng), les Helvètes ont fait un carton jeudi dans la discipline aux championnats d'Europe de Munich. Ils ont perpétué une longue tradition dans notre pays.

On pourrait presque devenir blasé tellement c'est devenu une habitude de voir des Suisses sur le podium des épreuves de contre-la-montre. Mais le plaisir reste pourtant intact à chaque fois devant ces exploits. Derniers en date, ceux de Stefan Bissegger, Stefan Küng et Marlen Reusser jeudi à Munich.

L’article