DE | FR
Genève-Servette a battu Lausanne 3-2 après les tirs au but samedi soir aux Vernets, et peut encore espérer se qualifier directement pour les play-offs.
Genève-Servette a battu Lausanne 3-2 après les tirs au but samedi soir aux Vernets, et peut encore espérer se qualifier directement pour les play-offs. Image: keystone

Genève bat Lausanne et peut rêver de play-offs

Les Aigles l'ont emporté 3-2 après les tirs au but au terme d'un derby de grosse intensité et plaisant à suivre. Pour se qualifier directement pour les séries finales, ils devront faire 3 points à Langnau lundi et espérer des faux pas de deux de leurs trois adversaires directs.
13.03.2022, 01:3513.03.2022, 09:17
Suivez-moi

Ambiance des grands soirs ce samedi aux Vernets, à guichets fermés. Il faut dire que ce derby entre Genève et Lausanne revêtait un très gros enjeu, avec la lutte pour la qualification directe en play-offs.

Tanner Richard a inscrit un superbe but d'un tir du poignet, à la 36e minute.
Tanner Richard a inscrit un superbe but d'un tir du poignet, à la 36e minute. Image: KEYSTONE

Ce sont les Genevois, dominateurs et plus tranchants, qui ont logiquement gagné ce duel. Mais ils nourriront quelques regrets de ne récolter que deux points, tant ils auraient pu faire la différence avant les tirs au but.

Dans un match qui sentait les play-offs, avec une grosse intensité des deux côtés, les Aigles ont mené deux fois. C'est d'abord Noah Rod qui s'est montré opportuniste, juste devant la cage de l'excellent Tobias Stephan, pour ouvrir le score en power-play (19e).

La déception des Lausannois, qui ont fait une mauvaise opération dans la lutte pour la qualification directe pour les play-offs.
La déception des Lausannois, qui ont fait une mauvaise opération dans la lutte pour la qualification directe pour les play-offs. Image: KEYSTONE

Les Vaudois sont parvenus à égaliser contre le cours du jeu, par Christoph Bertschy (28e). Le jeu de puissance des hommes de Jan Cadieux s'est révélé très efficace, puisqu'ils plantaient un deuxième pion à 5 contre 4, avec un maître tir de Tanner Richard (36e) dans la lucarne. Parfois trop laxistes défensivement, les pensionnaires des Vernets n'ont pas été assez agressifs sur le défenseur lausannois Ken Jäger (53e), qui allumait la lampe rouge d'un beau tir lointain.

Après une prolongation dominée par Lausanne, qui s'est créé quelques grosses opportunités en power-play, ce sont finalement les Genevois qui se sont montrés les plus habiles lors des tirs au but. Le top scorer Henrik Tömmernes et l'attaquant Tyler Moy sont les seuls qui ont trouvé le chemin des filets.

Le classement de National League, au soir du samedi 12 mars

source: rts

Grâce à ce succès et les deux points engrangés, Genève-Servette conserve un espoir de se qualifier directement pour les play-offs. Pour y arriver, il devra gagner dans le temps réglementaire lundi à Langnau, tout en espérant des faux pas de deux de ses trois concurrents directs, à savoir Lausanne (qui se rendra à Berne), Bienne et Davos. De leur côté, les Lions ont réalisé une mauvaise opération, en repassant sous la barre (7e).

On parie que vous pouvez sentir ces photos

1 / 19
On parie que vous pouvez sentir ces photos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ce garçon fait le buzz en dansant comme Spider-Man

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga
«Le grand Jo» a disputé son dernier match de tennis, mardi, après vingt années à envoyer des pains dans tous les coins et à en recevoir en retour. Il restera une sorte d’exception française, capable (coupable?) d’une ambition démesurée.

Quand Jo-Wilfried Tsonga a tiré sa dernière cartouche, une balle flottante dans le carré de service, la foule, nous semble-t-il, n'a pas versé tant de larmes. Mais il y a eu quelques gouttes de champagne. «A la santé de Jo qui nous a «quand même» donné de bons kiffs», a tonitrué Jean-Julien, invité VRP d’une banque parisienne. Tout est dans le «quand même».

L’article