DE | FR
PSG's Kylian Mbappe, left, and PSG's Idrissa Gueye, right, check on Manchester City's Ilkay Gundogan during the Champions League semifinal first leg soccer match between Paris Saint Germain and Manchester City at the Parc des Princes stadium, in Paris, France , Wednesday, April 28, 2021. (AP Photo/Thibault Camus)

Image: AP

4 façons d'arrêter Manchester City

Dans quelques heures, les Citizens reçoivent Paris en demi-finale de la Ligue des champions. Pablo Iglesias, grand admirateur de l'entraîneur Pep Guardiola et proche de son frère, pointe les (rares) failles du système.



Pablo Iglesias a passé sa licence d'entraîneur avec Mauricio Pochettino, aujourd'hui à la tête du PSG. Mais c'est de Pep Guardiola dont il se réclame, de sa philosophie et de sa culture. Pour avoir étudié les moindres subtilités de son système, l'ex-directeur sportif du LS (notamment) explique comment Paris peut en exploiter les failles, jusqu'à marquer les deux buts dont il a impérativement besoin pour se qualifier (match aller: 1-2).

«Priver City de ballon... autant que possible»

«Pep Guardiola n'est pas le père fondateur de la possession, mais pas loin. Pour l'empêcher de pratiquer son style, il n'y a pas d'autre solution que de le priver de ballon. Le plus souvent possible... Bien entendu, ça paraît difficile mais, au match aller, Paris l'a très bien réussi pendant 45 minutes. Je l'ai trouvé particulièrement bon dans cet exercice, et je sais pour l'avoir côtoyé aux cours d'entraîneur que Pochettino aime beaucoup la possession, lui aussi.»

epa09135936 Dortmund coach Edin Terzic (L) talks to Manchester City manager Pep Guardiola after the UEFA Champions League quarter final, second leg soccer match between Borussia Dortmund and Manchester City in Dortmund, Germany, 14 April 2021. EPA/FRIEDEMANN VOGEL / POOL

Mauricio Pochettino et Pep Guardiola. Salut, faux-frère.

«Si Manchester City a la balle, il impose son jeu, sa cadence, ses très longues séquences où il cherche alternativement la longueur et la largueur. Parfois, d'ailleurs, ce ne sont que de fausses manoeuvres d'approche, dans le seul but d'étirer l'équipe adverse.»

«A partir du moment où il a la possession, City installe son jeu de position (attention à ne pas confondre les deux). C'est-à-dire que ses joueurs permutent dans tous les sens et occupent différentes zones du terrain. Le rôle de numéro 9, par exemple, peut être assumé successivement par De Bruyne, Sterling, Mahrez ou Bernardo Silva. L'adversaire en perd tous ses repères, notamment au marquage. Il ne sait plus où défendre, sur qui, ni comment. City accentue son emprise sur un match dont, peu à peu, il contrôle tout à la fois les mouvements et les rythmes. A partir de là, ça commence à tourbillonner.»

«Faire des différences individuelles»

«Manchester City dégage une autorité collective impressionnante mais il ne possède aucune individualité du niveau de Neymar ou Mbappé. Certains diront que je mésestime totalement Kevin De Bruyne mais, au risque de choquer, je rappelle que les 21 matches manqués par ce joueur ont coïncidé avec la longue invincibilité de City...»

Bayern's Eric Maxim Choupo-Moting, left, Bayern's Benjamin Pavard, right, and PSG's Neymar challenge for the ball during the Champions League, second leg, quarterfinal soccer match between Paris Saint Germain and Bayern Munich at the Parc des Princes stadium, in Paris, France, Tuesday, April 13, 2021. (AP Photo/Francois Mori)

Neymar reste l'un des meilleurs joueurs du monde dans les espaces réduits. Image: AP

«Neymar et Mbappé peuvent créer des déséquilibres et faire des différences, le premier en état servi dans les pieds, le second dans la profondeur. Il est clair que si Mbappé devait rester dans les tribunes, l'impact psychologique serait terrible pour le PSG. C'en serait presque fini de ses espoirs. Quant à Neymar, je le préfère nettement à Verratti dans la position de relayeur axial. On sait qu'avec lui, à chaque fois, il va se passer quelque chose. On lui donne une mandarine et il rend un lingot d'or. Tandis que Verratti est plus gratteur, moins capable de différences individuelles.»

«Profiter des brèches sur les côtés»

«Les deux latéraux de Manchester offrent passablement d'espaces dans leur dos: Cancelo quand il porte vers l'intérieur, Walker quand il prend le couloir (Walker qui, de surcroît, n'est pas le plus doué techniquement, reconnaissons-le). Les soucis de City arrivent souvent par les côtés.»

«Provoquer un fait de jeu»

«Si Paris obtient un pénalty après cinq minutes, ou une expulsion, le match échappera à toute analyse rationnelle. Or City n'aime pas ça. Il veut avoir la maîtrise des rythmes, le contrôle des opérations. N'oublions pas encore que depuis quelques semaines, ses dominations sont relativement stériles. Il faut compter grosso modo une vingtaine d'occasions pour deux buts. Quand City est bousculé dans ses habitudes, d'une façon ou d'une autre, il n'est plus la même équipe. La question est: Paris peut-il le bousculer?»

Conclusion

«Si Paris ne parvient pas à conserver le ballon, au moins de temps en temps, il sera éliminé. Je ne le vois pas gagner sur deux contre-attaques éclairs. Pas contre City. En revanche, si le PSG mène au score, tout deviendra possible. Il faut bien admettre que City ne possède pas une force de caractère exceptionnelle. Je sais aussi par le frère de Guardiola que la Ligue des champions y est devenue une réelle obsession. La tactique ne sera pas tout: il faudra encore gérer des émotions.»

Les équipes probables

Bild

Source: L'Equipe

Plus d'articles sur le sport

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Les fans de Gottéron et du LHC ont peur: «Tout sauf Genève champion!»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Et pendant ce temps-là, 3000 jeunes font la fête à Liverpool

1 / 7
3000 jeunes font la fête à Liverpool
source: ap pa / richard mccarthy
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Le jeu League Of Legends bientôt adapté en série sur Netflix

British corner

Le geste fort de Zaha, les déboires de Brighton et un Old Firm brûlant

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League, décrypte l'actualité du football anglais. Présentation de la journée 29 et quelques tuyaux pour vous.

La scène s'est jouée samedi passée à Selhurst Park, dans l'antre de Crystal Palace, qui accueillait West Bromwich. Sur le coup des 15h, tous les joueurs posent un genou à terre en signe de soutien à la lutte contre le racisme. Tous... sauf Wilfried Zaha. L'attaquant vedette de Palace reste debout, les mains croisées derrière son dos, les yeux rivés devant lui.

Zaha aurait-il brusquement décidé de se désengager de la lutte contre le racisme? Ou s'agit-il d'un simple oubli ? Ses prises de parole …

Lire l’article
Link zum Artikel