DE | FR
Image: sda
British corner

Fantasy peut altérer votre santé mentale mais ça se soigne

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League (FPL) 2020, décrypte chaque semaine l'actualité du football britannique et vous donne ses bons plans FPL. Présentation de la 23e journée.
20.01.2022, 20:2221.01.2022, 06:25

Les 23 points de Bruno Fernandes ont boosté votre humeur cette semaine, car vous l'avez transféré dans votre équipe Fantasy? Ou au contraire, vous avez pesté contre les «chanceux» qui ont acheté le milieu de terrain portugais et vous vous êtes couchés frustrés et ronchons hier soir?

Plusieurs joueurs de Fantasy Premier League se reconnaîtront certainement dans l'un ou l'autre cas. En effet, ce jeu de gestion d'équipe, où les performances réelles des joueurs rapportent des points aux équipes fictives, ressemble souvent à une montagne russe d'émotions.

Une étude menée par l'Université Nottingham Trent et publiée en fin d'année dernière dans le journal Human Behavior and Emerging Technologies a étudié l'impact du jeu Fantasy Premier League sur la santé mentale des joueurs. Les résultats se basent sur l'analyse d'un questionnaire rempli par 1995 joueurs provenant de 96 pays.

Le principal enseignement de l'étude est que les effets négatifs sur le mental tendent à être proportionnels au temps investi. Un quart des personnes interrogées (24.6%) ont indiqué avoir déjà vécu une légère baisse de l'humeur liée au jeu. En considérant seulement les joueurs les plus assidus (plus de 45 minutes par jour dédié au jeu), cette proportion passe à 44%.

Parmi ces joueurs acharnés, 34% ont même ressenti une légère anxiété, tandis que le jeu a déjà causé ce que les auteurs de l'étude appellent des «déficiences fonctionnelles» dans leurs activités quotidiennes chez 37% des joueurs.

«Pour la vaste majorité des joueurs, Fantasy Premier League est un jeu qui ne peut pas se gagner. Il est fort possible que plus une personne s'investit, plus elle sera impactée négativement quand elle "perdra".»
Dr Luke Wilkins, directeur de l'étude et expert en sport et psychologie à l'Université Nottingham Trent.

A titre personnel, je ne peux pas nier que mon humeur est parfois momentanément impactée par les résultats de mon équipe Fantasy, de manière positive ou négative. Mais n'est-ce pas là l'essence-même du jeu? Cette incertitude du dénouement et ces émotions qui font l'intérêt d'une activité ludique?

Mais Fantasy Premier League n'est pas une partie de Monopoly frustrante qu'on peut rapidement oublier après s'être fait plumer à petit feu. Le danger ici provient du fait que le jeu se déroule sur une année entière. Un Manager FPL qui a raté sa journée (Gameweek) risque de traîner sa frustration jusqu'à la journée suivante, soit environ une semaine.

Ensuite, comme l'a souligné le Dr Luke Wilkins, Fantasy Premier League est un jeu impossible à gagner pour une large majorité de joueurs. Dans l'absolu, il n'y a qu'un seul gagnant à FPL: celui qui termine premier au général, devant les plus de 8,9 millions de joueurs.

Il est bien sûr possible de gagner le classement de son pays, ou même de ses mini-ligues. Mais là encore, les perdants seront largement plus nombreux que les gagnants.

Avec l'expérience – j'en suis à ma onzième saison – j'ai mis en place certains mécanismes pour me protéger des effets pervers du jeu et maximiser les aspects positifs. Je vous les présente ici en espérant qu'ils pourront vous être utiles:

Avant la Gameweek

  • Planifier ses «moments FPL»: Il s'agit d'organiser au mieux les moments où on «travaille» sur son équipe Fantasy pour éviter que les réflexions et les recherches d'infos liées au jeu n'empiètent sur sa propre vie privée. A chacun d'organiser au mieux ses moments en fonction de son emploi du temps et ses cercles sociaux. Par exemple, je profite toujours de mes déplacements en train pour planifier mes transferts et ma stratégie.
  • Se laisser des jours OFF: On s'est tous retrouvé à cogiter pour savoir s'il fallait faire un -4 pour transférer tel ou tel joueur. A Fantasy, mieux vaut réfléchir peu mais bien. A trop réfléchir, on risque de ne plus avoir l'esprit clair pour prendre les meilleures décisions. Laissez votre application et vos réflexions de côté certains jours. C'est d'autant plus valable en cette période de pandémie où le report d'un match peut remettre en question toute sa stratégie. Lorsque j'ai un peu moins de temps certaines semaines, je me bloque une heure juste avant la deadline pour faire mes éventuels transferts. La deadline m'oblige ainsi à être efficace dans ma prise de décision.
  • Choisir ses sources: La popularité croissante du jeu a donné lieu à une multiplication des canaux d'informations spécialisés. Twitter, Podcast, YouTube, forums, les contenus FPL sont partout. Pour éviter de perdre trop de temps à écumer des informations souvent doublons, limitez-vous à 3-4 sources fiables qui vous conviennent. Pas besoin d'enchaîner les vidéos YouTube pour être performants. A titre personnel, je me concentre sur les informations factuelles provenant des clubs ou de la ligue (conférences de presse, communiqués, etc.), un site d'information spécialisé et sa section commentaires pour confronter mes idées.

Pendant la Gameweek

  • Lâcher prise sur ce qu'on ne peut pas influencer: Une fois la deadline passée, on ne peut plus influencer le déroulement du jeu. Un penalty raté par son capitaine va forcément provoquer une forte irritation. Mais le fait de savoir qu'on n'y peut absolument rien et que cela ne remet pas en cause ses propres choix peut aider à faire passer la pilule.
  • Désactiver ses notifications: Lors d'un souper, une sortie en montagne ou une soirée, il peut être judicieux de couper les notifications de son appli Forza ou autre pour ne pas être sans arrêt dérangé par les événements survenus durant les matchs au programme. Découvrir les points de son équipe à l'issue des matchs peut aussi être excitant!
  • Vibrer devant les matchs: Pour beaucoup (dont moi-même), c'est le meilleur aspect de FPL. Regarder les matchs en direct seul ou en groupe permet de vivre des émotions décuplées... et de se décharger des émotions négatives immédiatement plutôt que de les ruminer devant son smartphone.

Après la Gameweek:

  • Maximiser les réussites, ignorer les défaites: Si vous avez réalisé une belle Gameweek, savourez-là! Profitez-en pour analyser votre équipe, écumer vos mini-ligues, voire même chambrer vos potes. Si au contraire vous vous êtes plantés, n'ouvrez pas forcément votre app, ignorez les blagues de vos potes et concentrez-vous sur autre chose. Vous irez constater les dégâts à tête reposée plus tard.
  • Se projeter sur la suite: Si vraiment votre débâcle vous hante, évitez de la ruminer et projetez-vous sur la prochaine journée, ciblez vos prochains moves qui vous feront remonter la pente. Attention tout de même: évitez les transferts impulsifs. Même s'ils font du bien sur le moment, ils sont rarement productifs.
  • Garder en tête que la chance finit toujours par tourner: On a souvent l'impression que le sort s'acharne contre soi. Fantasy comporte une large part de réussite qui finit souvent par s'équilibrer sur l'ensemble de la saison. Si elle vous a fui cette Gameweek, le vent tournera sûrement en votre faveur par la suite. C'est statistique!

Il m'arrive évidemment souvent de déroger à ces principes et ceux-ci ne vont pas miraculeusement m'éviter de devenir fou lorsque j'apprendrai que mon différentiel Trossard sera remplaçant samedi. Toutefois, ces pistes m'aident souvent à relativiser les aspects négatifs du jeu.

Car au fond, Fantasy Premier League est bel et bien un jeu passionnant et enthousiasmant avec une dimension sociale très développée. Keep it fun!

Le point sur la situation dans la ligue British Corner

Un joueur que l'on n'attendait pas a bouleversé les classements FPL lors de la dernière journée: Bruno Fernandes. Avec son doublé de buts et d'assists sur ses deux matches, le Portugais a créé de grosses différences entres les équipes.

Le meilleur exemple dans la ligue British Corner by Watson est assurément TrigoAce_Vully (Mikael Trigo). Le Manager FPL a donné le brassard de capitaine à Fernandes pour titiller les 100 points (97 points, dont 46 de capitaine Bruno!). Ce meilleur score de la ligue le propulse directement sur le podium provisoire, à neuf petits points de la tête.

La GW23 en bref

Le capitaine
Dans l'attente de l'annonce d'une éventuelle double journée (notamment d'Aston Villa, contre Burnley ou Leeds), la course au capitaine s'annonce très ouverte. J'ai envie d'analyser l'agacement de Cristiano Ronaldo lors son remplacement hier soir comme un signe positif de son appétit pour le but. Je pense lui donner le brassard de capitaine face à une défense de West Ham toujours très boiteuse en l'absence de Zouma et Ogbonna. J'attendrai toutefois les éventuelles déclarations de Rangnick au sujet de ce petit accrochage. Dans ce même match, la forme étincelante de Jarrod Bowen en fait également un bon candidat pour les plus audacieux. Ailleurs, le choix le plus sûr semble être Kevin de Bruyne. Le Belge retrouve progressivement un très bon niveau et sera le principal atout offensif de City face à Southampton. Si Aston Villa venait à avoir une double journée, le choix d'Ollie Watkins s'impose de lui-même.
Qui sera ton capitaine pour la GW23 ?
Les différentiels
Lucas Digne (5.0): Indésirable à Everton, le latéral français a rapidement trouvé ses marques à Aston Villa. Il a livré une prestation remarquée sur le flanc gauche de la défense de Villains face à Manchester United, notamment sur le plan offensif. Le fait qu'il tire les coups de pied arrêtés lui offre un atout supplémentaire.
Jack Harrison (5.5): Sur la lancée de son premier triplé en Premier League, l'ailier de Leeds a l'occasion d'enchaîner avec la réception de Newcastle. Il représente une alternative intéressante à Raphinha (6.5) pour ceux qui n'auraient pas le budget pour le Brésilien.
Alexis Mac Allister (5.3): L'Argentin de Brighton au nom britannique enchaîne les belles prestations au cœur du jeu. Le numéro 10 des Seagulls compte deux buts et un assist lors des trois dernières rencontres. Il aura une nouvelle occasion de se distinguer face à l'arrière-garde décimée de Leicester.

Vous hésitez encore dans votre choix de capitaine? Vous n'êtes pas encore certain de votre prochain transfert ou de votre stratégie à plus long terme? Posez simplement votre question en utilisant la fonction commentaires ci-dessous.

Cheers mates!

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Wawrinka: «Je sais que je retrouverai mon niveau, j'en suis sûr!»
Passée la déception de son élimination au premier tour de Roland-Garros, Stan Wawrinka évoque ses hésitations, sa nervosité, ses faiblesses du moment. Mais sa certitude absolue de tout surmonter. Interview.

Vous avez disputé un premier set de rêve avant de vous effondrer progressivement. Que s'est-il passé?
STAN WAWRINKA: C'était un bon premier set, c'est sûr, mais lui (réd: Corentin Moutet) n'était pas vraiment dans le coup. Je ne peux pas cacher que cette défaite est dure à accepter. C'est toujours une déception de perdre au premier tour d'un Grand Chelem. Mais c'est la réalité du moment. C'est la réalité du joueur que je suis aujourd'hui. Voilà où j'en suis, tout simplement. Je le savais avant de jouer ce match.

L’article