DE | FR
Image: KEYSTONE

C'est quoi cette agitation autour de Lausanne - Servette?

Train spécial, tribune pleine, frénésie sur les réseaux sociaux: les supporters genevois préparent le derby de dimanche dans une effervescence rare. Alors que l'enjeu est somme toute banal...
26.11.2021, 10:0726.11.2021, 12:08

Il paraît qu'à Genève, on ne parle que de «ça». «Quand on ne râle pas contre le brouillard», admet une grande figure locale (étymologiquement, une grande gueule). Ça? Le match qui, dimanche à 16 h 30, oppose Lausanne, neuvième du classement, à Servette, sixième (😲). Le tout sous une vilaine bise et une sacrée cramine, dans les bien-nommées Plaines-du-Loup lausannoises, avec une pelouse en plastoc. Et on voudrait nous faire croire que «ça» sera le Brésil (🤪)?

Fondateur du site servettiens.ch, Sacha Roulin confirme: «Oui je sens une très grande agitation. Pourquoi? Je ne le sais pas. Mais dimanche, il y aura du spécial».

«Une cohorte genevoise va déferler sur Lausanne. Je n'exagère pas: ce sera assez monstrueux»

Les deux clubs confirment: il n'y a plus une place à vendre dans la tribune réservée aux Genevois, «dont beaucoup achètent maintenant des billets dans les secteurs proches», susurre Sacha Roulin. Le train spécial qui, au gré des trous perdus, acheminera la «cohorte genevoise» dans la cambrousse vaudoise, est bondé lui aussi. Les réseaux sociaux font le reste.

Hilare mais un rien contrit, Sacha Roulin promet un répertoire de «chants peu sympathiques»:

«Il y aura du ''paysans, paysans'', forcément. C'est la rengaine habituelle. Elle n'est pas une dédicace spéciale aux Vaudois mais plutôt la représentation du monde qu'ont les Genevois quand ils sortent de leur ville»
«Il y aura aussi du ''lac de Genève''. J'espère que nous n'aurons bientôt plus besoin de rappeler cette terminologie exacte aux peuples reculés»

Toute cette poésie contemporaine ne nous dit toujours pas pourquoi le choc au sommet des alpettes entre LS et Servette, pourquoi ce match-là en particulier, suscite une sorte d'hystérie au bout du lac, entre les volutes de brouillard et de cigares.

Pour faire la lumière, nous avons cru trouver un esprit éclairé en la personne de Laurent Ducret, journaliste spécialisé de football depuis plus de trente ans et biberonné aux comptines servettiennes depuis soixante. Pas de chance:

«Je ne comprends pas moi-même pourquoi ce match suscite autant d'intérêt. Lausanne n'est pas bien, Servette est moins mal: super dimanche en perspective... A mon avis, cette agitation provient surtout des réseaux sociaux: certains community managers sont très forts pour faire monter la sauce. Mais moi, j'aime le football. J'irai voir St-Etienne - PSG».

Sacha Roulin pense que cette liesse est due aux CFF: il est bien le premier à vanter les avantages de la ligne Lausanne-Genève (et vice-versa, si tout va bien): «Les supporters genevois retrouvent leurs trains spéciaux. Cette pratique est très courante en Suisse alémanique, où elle contribue à des déplacements massifs de supporters».

Un train spécial en image

Image: KEYSTONE

Vaud semble plus paisible. On envisage plus ou moins sagement que les grands museaux genevois pourraient prendre les poteaux de corner pour cure-dents, et que leurs gueules de bois, lundi matin, pourraient intéresser un sculpteur. Mais dans ses brumes sans pareil, le LS semble plutôt se préparer à un nouvel après-midi de fricasse, parcouru de frissons d'hiver, trois gelés et trois fondus, à trembler pour une passe qui n'arrive pas et tressaillir pour un rhume qui ne passe pas, à siffler des joueurs et des godets plus ou moins tiédasses, jusqu’à prendre l’arbitre en grippe (encore ce froid) et s'accrocher à cette sixième place, nom de bleu (la couleur de la peur et du LS).

Sion ou Lausanne, qui est le pire?

Servette lui promet On avait cru comprendre pourtant que Lausanne n'était plus le méchant, que c'était Sion et sa société féodale d'horticulteurs lubriques (pour résumer les paroles). Laurent Ducret le croyait aussi: «Depuis une vingtaine d'années, l'autre grand club de Suisse romande, c'est Sion. Donc Sion est le vrai rival de Servette (🤔)».

Le sens de l'accueil

Image: KEYSTONE

Il est toujours aussi difficile d'obtenir une explication rationnelle à ces querelles du dimanche: «On sent bien que les Valaisans ''nous'' haïssent, surtout depuis que nous achetons des chalets à Verbier», s'essaie Laurent Ducret. Est-ce une raison de les traiter de paysans et de consanguins? Chacun est libre de juger. Dans le même registre, les Genevois ne pardonnent rien à la diaspora valaisanne du Servette FC. Je me souviens d'un joueur dont la voiture était aux couleurs du club et qui, à un feu rouge, quelques jours après un match raté, a entendu des passants lui lancer: «Si tu continues de jouer comme ça, retourne dans ton Valais.» C'est tout de même assez bizarre, cette animosité... (🤗)»

Le répertoire de chansons à la gloire du FC Sion n'est pas des moins sympathiques, lui aussi. Court extrait pour les plus de 18 ans:

«En Valais, si tu es encore vierge à 20 ans, c'est que tu cours plus vite que ton frère»

Mais Laurent Ducret et Sacha Roulin sont d'accord sur un point: une rivalité sportive se mesure à l'accumulation de contentieux. Seule la façon de compter diffère. Ici, un vieux coup de coude de Widmar dans la figure de Barea (un mauvais point pour le FC Sion); là, un drapeau planté à la Praille par le gardien du LS, 1-1 et de quoi y passer le réveillon.

A l'heure du décompte final, comme on dit dans le jargon, Sacha Roulin ne doute absolument pas que le match de dimanche soit un événement,

«C'est Lausanne. On n'a rien contre lui, mais il y a une histoire, une proximité, le lac de Genève et une rivalité sportive ancestrale. On l'avait peut-être un peu oublié, ne me demandez pas pourquoi, mais cette semaine, à Genève, tout le monde ne parle que de ça, LE match à ne pas rater (😵‍💫)».

«Les Genevois, il faut qu’ils arrêtent de fumer»

Ce qu'en pense Vincent Steinmann, vice-président du Lausanne-Sport
Etes-vous surpris par la mobilisation de Servette? Les Genevois, il faut qu’ils arrêtent de fumer. A chaque fois qu’ils viennent à Lausanne, ils nous expliquent qu’ils sont 2000.
Dimanche, le parcage visiteur sera tout de même plein et des Servettiens ont déjà pris des places ailleurs dans le stade. 600 mecs seront dans le kop et 400 seront ailleurs. Ils seront 1000. C’est très bien, mais on sera bien loin des 2000 ou 2500 que les fans genevois laissent entendre sur les réseaux sociaux. On a l’impression que la moitié du canton va se déplacer, mais c’est faux.
Combien étaient-ils lors du dernier match à La Pontaise? Même pas 1500. Je crois qu’ils étaient 1380, quelque chose comme ça. Il faut qu’ils se calment. Cela dit, il y a une bonne excitation autour du derby de dimanche et c’est génial. (jcz)

C'est aussi dans l'actu (et c'est marrant) 👇

Pierre Ménès à nouveau accusé d'agressions sexuelles
Le journaliste sportif, souvent critiqué pour son comportement envers les femmes, est à nouveau accusé d'agressions sexuelles. Les faits se seraient produits le 20 novembre dernier au Parc des Princes dans le contexte du match PSG-Nantes. Il conteste les faits.

Pierre Ménès est à nouveau dans la tourmente. Depuis le 20 novembre, l'ancien journaliste de Canal+, est visé par une enquête pour «agression sexuelle», a appris l’Agence France-presse (AFP) lundi auprès du Parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

L’article