Sport
Football

Portugal-France: les Bleus éliminent Ronaldo aux tirs au but

epa11461070 Players of France line up during the penalty shootout of the UEFA EURO 2024 quarter-finals soccer match between France and Portugal, in Hamburg, Germany, 05 July 2024. EPA/FILIP SINGER
L'équipe de France a battu le Portugal aux tirs au but (5-3), vendredi à Hambourg.image: Keystone

La France a enfin appris de sa défaite contre la Nati

Après un 0-0, l'équipe de France a battu le Portugal 5-3 aux tirs au but et jouera donc l'Espagne en demi-finale de l'Euro. Les Bleus ont pris leur revanche par rapport à cette finale perdue en 2016, chez eux, face à ces mêmes Lusitaniens. Huit ans qu'ils attendaient cela. Ils gagnent aussi aux tirs au but, enfin, après avoir perdu contre l'Italie (2006), la Suisse (2021) et l'Argentine (2022). Ce succès dans cet exercice n'a rien de surprenant.
05.07.2024, 23:4306.07.2024, 00:55
Plus de «Sport»

Portugal-France est devenu un classique du football européen, mais les confrontations ont souvent tourné à l'avantage des Bleus. Au coup d'envoi du deuxième quart de finale de l'Euro ce vendredi, le bilan était en effet de 19 victoires tricolores pour six succès portugais et trois matchs nuls.

Les comptes ont longtemps été douloureux pour les Lusitaniens, notamment en grands tournois, car les Bleus les ont éliminés en 1984, 2000 et 2006, toujours en demi-finale. Sauf qu'en 2016, le Portugal est venu prendre sa revanche, en battant 1-0 la France, chez elle, en finale de l'Euro. Le buteur? Un certain Eder qui, d'une frappe furtive, rappelant celle du redoutable Nuno Gomes, marquait à la 109e minute.

C'est dans ce contexte que s'affrontaient vendredi à Hambourg ces deux équipes décevantes depuis le début de l'Euro. Et le match a tourné à l'avantage des Français qui, huit ans après avoir pleuré, ont pris la revanche qu'ils attendaient tant.

Ce sont pourtant les Lusitaniens qui ont réalisé la meilleure entame de match, en se projetant principalement sur le côté gauche, celui de Rafael Leão, particulièrement en jambes. Mais une frappe tendue de Théo Hernandez, boxée par Diogo Costa, a redonné confiance aux Bleus dans cette partie (20e). Les Portugais ont repris le contrôle du ballon et ont fait courir les Tricolores, n'hésitant pas à renverser le jeu. Ils n'ont toutefois pas véritablement inquiété les Bleus. 0-0 à la pause.

La deuxième période a débuté sur un une-deux français à l'initiative de Kylian Mbappé, conclu par une frappe à l'entrée de la surface de réparation. Diogo Costa n'était pas inquiété. Peu avant l'heure de jeu, Leão, encore, s'extirpait côté gauche et affolait la défense française, uniquement repris par Camavinga. Le Portugal a alors insisté, enchaînant deux occasions en 20 secondes. Maignan a repoussé une frappe de Bruno Fernandes et celle de Cancelo s'est envolée (61e). Le portier français sauvait une nouvelle fois les siens dans la foulée, quand Vitinha venait reprendre un centre de Leão.

Mais les Français se sont rebiffés. Ils n'étaient pas loin d'ouvrir le score contre le cours du jeu, lorsque Kolo Muani s'est présenté seul face à Diogo Costa (63e). C'était ensuite à Camavinga de frapper au but. Sa frappe frôlait le montant (70e). Dembélé a apporté de la vitesse au jeu des Bleus et se procurait une occasion trois minutes plus tard. Là encore, ce n'était pas cadré. La France venait à son tour d'avoir son temps fort.

Le match aurait alors pu tourner de n'importe quel côté, les Portugais poussant alors que les Français agissaient en contre. Prolongations.

Ronaldo, relativement transparent depuis le début du match, aurait pu marquer le 1-0 suite à un débordement de Francisco Conceição, mais sa frappe s'est dérobée (93e). La Seleção a tenu le ballon, donnant parfois des frayeurs à la France, notamment sur le côté droit, celui de Conceição. Le danger côté Bleus ne venait que des percussions et des dribbles de Dembélé et Barcola. Le match s'est emballé dans les dernières secondes, mais le score est resté nul et vierge. 0-0, et donc une séance de tirs au but, que les coéquipiers de Ronaldo pouvaient aborder avec confiance après les exploits de Diogo Costa en huitième de finale contre la Slovénie. Dans cet exercice, la victoire est finalement revenue à la France (5-3), sans que Kylian Mbappé ne tire, car sorti du terrain à la mi-temps des prolongations.

Les Bleus restaient sur trois défaites aux tirs au but. La première en 2006, en finale du Mondial contre l'Italie. La deuxième en 2021, c'était bien sûr contre la Nati en huitième de finale de l'Euro. La troisième en 2022, là encore en finale de Coupe du monde, face à l'Argentine. Ce n'est pas si étonnant de revoir l'équipe de France gagner dans cet exercice. Mike Maignan est un spécialiste comparé à Hugo Lloris. La France a également travaillé les tirs aux but, alors qu'elle ne le faisait pas auparavant, en tout cas sous Didier Deschamps. Le sélectionneur tricolore estimait qu'il s'agissait d'une loterie et qu'on ne pouvait pas reproduire la tension du match à l'entraînement. Mais dès la préparation du huitième de finale contre la Belgique, Deschamps a demandé à ses hommes de frapper des pénaltys. «Il y a toujours le facteur chance. Les conditions d’entraînement ne seront jamais les conditions de match, mais on les travaille quand même», précisait Ibrahima Konaté en conférence de presse. Le travail semble avoir payé.

(roc)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
L'autoroute A13 après les intempéries
1 / 7
L'autoroute A13 après les intempéries
L'autoroute A13 endommagée après les intempéries
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
Nouveau record pour la Wonder Woman du plongeon
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pour aller aux JO de Paris, ce Romand a «complètement changé»
Leader du canoë slalom masculin en Suisse, Martin Dougoud (33 ans) a décroché son billet pour les Jeux 2024 après avoir suivi plusieurs séances d'hypnose qui l'ont transformé.

Entre les Jeux de Tokyo en 2021 et ceux de Paris en 2024, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts de Seine et sous le kayak de Martin Dougoud. La carrière du Romand, né d'une mère française et d'un père suisse, a même pris une trajectoire complètement différente ces trois dernières années.

L’article