Sport
Interview

Manchester City-Real Madrid: Benzema et son incroyable panenka

L'attaquant du Real Madrid Karim Benzema a transformé son pénalty contre Manchester City en réussissant une superbe panenka.
L'attaquant du Real Madrid Karim Benzema a transformé son pénalty contre Manchester City en réussissant une superbe panenka. image: keystone/blue sports
Interview

«C'était le moment idéal pour Benzema de faire cette panenka»

L'attaquant du Real Madrid a marqué les esprits mercredi soir à Manchester City en transformant son penalty d'une panenka. Un geste fou dans le contexte du match. «Pas du tout», explique l'ex-pro Carlos Varela.
27.04.2022, 12:5727.04.2022, 17:21
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Manchester, mercredi soir. 82e minute du match aller de la demi-finale de Ligue des Champions entre City et le Real Madrid. Karim Benzema a l'occasion de ramener les Espagnols à 3-4 sur penalty. Il y parvient d'un geste fou: une panenka. Pour tenter pareille feinte – une petite caresse sur le ballon, lequel s'en va mourir dans les filets au milieu de la cage –, à ce moment précis, il faut un sacré courage et une belle dose de confiance!

Pour Carlos Varela, qui tirait les penalties à Neuchâtel Xamax, Benzema avait une très bonne raison de le faire, malgré l'enjeu. L'ancien milieu, grand fan du Real Madrid et désormais consultant pour Blue Sports, a apprécié.

Vous l'auriez tentée à ce moment-là, cette panenka?
Carlos Varela:
C'est difficile de se mettre à la place de Benzema, mais personnellement je ne l'aurais pas fait, parce que j'avais tellement peur comme joueur de décevoir les fans. Mais j'avais senti que Benzema tenterait quelque chose de spécial sur son penalty.

La panenka parfaitement réalisée par Benzema.
La panenka parfaitement réalisée par Benzema. image: keystone

Vous aviez imaginé la panenka?
Pas précisément une panenka, mais j'ai essayé de me mettre dans sa peau avant le tir, et je me suis dit qu'à sa place, je tirerais au milieu. Malgré l'enjeu, c'était le bon match pour tenter un geste pareil. Parce que Benzema avait raté deux penalties la semaine passée en championnat en les tirant fort à ras de terre.

«Du coup, je pense que Benzema s'est dit qu'Ederson, le portier de City, allait anticiper un tir assuré, standard, sur le côté, en imaginant que le tireur n'était pas en confiance. Et l'idée du Français a marché»

Il faut quand même une sacrée confiance pour faire ce geste.
Oui, et il faut du courage! Mais cette saison, tout réussit à Benzema: il est excellent sur le terrain, est capitaine, a une attitude irréprochable, y compris en conférence de presse où il défend toujours ses coéquipiers. Alors je pense que cette année, il peut se permettre un tel geste, il a l'esprit léger. Personne dans le club ou parmi les fans ne lui aurait reproché d'avoir raté cette panenka, tellement il est aimé. Un joueur qui doute ne l'aurait pas tentée, ou alors il a une sacrée paire de corones (rires).

Carlos Varela avait été désigné tireur de penalties lors de son passage à Neuchâtel Xamax (saison 2009-2010).
Carlos Varela avait été désigné tireur de penalties lors de son passage à Neuchâtel Xamax (saison 2009-2010). image: keystone

Et que dire de l'exécution technique, parfaite!
Oui! La balle monte assez haut, et comme une bonne panenka, elle retombe derrière la ligne et pas avant. C'est très important, parce que si le ballon rebondit devant la ligne, le gardien a encore le temps d'intervenir. Pareil si le ballon n'est pas assez haut: le portier, même s'il plonge, peut quand même arrêter le tir en tendant la jambe. Quand Benzema entame sa course d'élan, il sait déjà ce qu'il va faire. On connaît sa technique, c'est un attaquant qui travaille en finesse, ce n'est pas un bourrin comme un Lukaku, par exemple. Il a un beau touché, qu'il avait notamment démontré en délivrant beaucoup de passes décisives à Cristiano Ronaldo à l'époque.

Quel sentiment peut-on avoir quand on transforme un penalty de cette manière?
On voit le sourire de Benzema tout de suite après avoir marqué. Il représente bien la saison que l'attaquant français est en train de réaliser. On sent qu'il est heureux d'être sur le terrain. Il n'a pas du tout eu une attitude revancharde comme certains l'ont eue après avoir réussi un geste pareil, en réponse à des critiques, par exemple.

«Et avec un tel but, Benzema marque aussi le coup pour l'obtention du Ballon d'Or. D'une certaine façon, il a réussi le test ultime avec une panenka à ce moment-là»

Il fait aussi passer un message à Manchester City pour le match retour: «On est serein, on n'a pas peur, on sera là dans une semaine!»

Stéphane Chapuisat applaudit aussi la panenka de Benzema

«C'est un geste très dangereux, parce que si vous le faites et que le gardien reste sur place et capte le ballon facilement, tous les entraîneurs du monde veulent vous égorger (rires). Et le joueur qui rate un tel geste peut vite passer pour quelqu'un d'arrogant. Mais le penalty de Benzema est magnifique, d'autant plus quand il y a un tel enjeu.»

«En voyant la course d'élan de Benzema, je n'avais jamais imaginé qu'il tenterait une panenka. Il l'a bien cachée avec un visage très concentré, et d'habitude, c'est un tireur qui privilégie les gestes sobres.»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
25 panneaux de toilettes qui sont drôles (ou sexistes)
1 / 27
25 panneaux de toilettes qui sont drôles (ou sexistes)
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur X
Une personne doublement amputée rampe sur la plus haute montagne de Grande-Bretagne
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La «diarrhée du coureur» fait des ravages
C'est une sensation familière pour de nombreux coureurs: l'envie irrépressible, brutale et difficilement contenable de déféquer au beau milieu d'une course. Explications d'un phénomène aussi mortifiant que tabou, et quelques conseils pour éviter... le pire.

6h30. Le réveil sonne. Un dernier bâillement, un café, un petit pipi et c'est parti. Toujours le même rituel. Enfiler son short, ses AirPods, ses baskets, nouer ses lacets. S'élancer. Avenue de Beaulieu, Pont Chauderon, Avenue Marc Dufour. Le jour se lève, les mètres s'enchaînent, les muscles se réveillent, le souffle est régulier. La fatigue cède au confort de l'habitude. Tout va bien. Encore un ou deux kilomètres avant que l'extase ne soit totale, avec un lever de soleil sur les Alpes et un shot d'endorphine. Et voilà que, juste au moment d'atteindre les rives du Léman... La voilà. Cette sensation familière, venue du fin fond des viscères. Impossible à contenir.

L’article