DE | FR
Le défenseur du FC Lugano a refait le match pour <em>watson</em>.
Le défenseur du FC Lugano a refait le match pour watson. Image: Keystone/Shutterstock
Nati

Le débrief de Reto Ziegler: «La possession de la Suisse ne faisait pas mal»

L'ancien international (35 sélections) estime que la Suisse a eu beaucoup de peine à trouver des décalages pour contourner le bloc bas et compact d'un Pays de Galles pourtant décevant.
12.06.2021, 19:1920.06.2021, 15:52
Suivez-moi

Reto Ziegler, on ne sait pas toujours, quand il y a match nul (1-1) en football, si c'est un point de gagné ou deux de perdus. Mais dans le cas de ce Suisse-Pays de Galles, cela ne fait aucun doute.
C'est vrai que si l'on tient compte de la qualité des Suisses et de leur domination en première période, on a tendance à penser que ce sont deux points de perdus. Le Pays de Galles n'a pas fait vraiment peur, même s'il a bien réagi après l'ouverture du score d'Embolo.

La Suisse a longtemps séché devant le bloc bas et compact de son adversaire.

Un instantané de la première mi-temps: les dix Gallois ferment les espaces dans leur moitié de terrain.
Un instantané de la première mi-temps: les dix Gallois ferment les espaces dans leur moitié de terrain. Image: RTS

Cela vous est-il déjà arrivé, durant votre carrière, d'être confronté à un tel mur?
J'ai vécu les deux situations. Il m'est arrivé de dominer une équipe bien regroupée, mais aussi de jouer en rangs serrés face à une formation plus forte. Quand on est confronté au premier scénario, il faut trouver des ouvertures sur les côtés, solliciter les latéraux. Mbabu a d'ailleurs fait un super match. Il a été l'un des meilleurs Suisses avec Gavranovic. Rodriguez, lui, avait Bale dans son couloir, ce n'était peut-être pas la meilleure configuration pour prendre des risques.

La Suisse pourtant en a pris, et s'est créée de nombreuses occasions.
Tout à fait. Mais elle a manqué de précision dans la dernière passe ou à la finition. Elle n'a pas toujours fait le bon choix, notamment en shootant quand il aurait plutôt fallu décaler un coéquipier.

Fabian Schär a failli marquer d'une subtile talonnade (une «Madjer») de volée!
Ouais, c'était joli! J'ai apprécié le geste

Le défenseur suisse a fait passer son pied droit derrière son talon gauche pour dévier la balle au premier poteau.
Le défenseur suisse a fait passer son pied droit derrière son talon gauche pour dévier la balle au premier poteau. Image: Keystone

C'est rare, une telle tentative pour un défenseur. Vous avez déjà osé?
Oui, avec Dallas, mais pas de volée. Et comme pour Schär, le gardien avait repoussé ma frappe du pied. Tout le monde est capable de faire une «Madjer» mais il faut avoir l'idée, l'instinct de la faire à ce moment-là. C'était le geste juste.

En première période toujours, Embolo a été retenu dans la surface de réparation adverse.

On croyait que l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) avait assagi les défenseurs, qu'elle avait modifié leur comportement. Or le Gallois a pris beaucoup de risques.
Oui. Le défenseur n'a pas été très intelligent sur ce coup, car il sait très bien qu'il se met en danger si la scène est visionnée par la VAR. Mais je comprends aussi le Gallois. Embolo, je l'ai affronté plusieurs fois, c'est un joueur puissant, on a tendance à se frustrer assez vite contre lui, car il est difficile à bouger. On s'agace et on finit par tirer son maillot. Cela dit, Embolo touche aussi le défenseur sur cette action. Ça fait partie du jeu.

C'était étonnant, tout de même, de voir cette équipe du Pays de Galles dessinée pour attaquer (Moore, Bale, James et Ramsey étaient titulaires) mais repliée dans sa moitié de terrain.
Honnêtement, les Gallois m'ont déçu. J'ai eu l'impression, surtout en première mi-temps, que le match nul les satisfaisait. Leur attitude m'a fait penser à celle des Turcs face aux Italiens la veille.

Ziegler, lorsqu'il était encore international avec la Suisse, en 2013 contre la Slovénie.
Ziegler, lorsqu'il était encore international avec la Suisse, en 2013 contre la Slovénie. Image: KEYSTONE

C'est vrai et dans les deux cas, ceux qui ont refusé de jouer ont été punis en concédant l'ouverture du score.
Même en jouant, une fois mené, le Pays de Galles n'a pas proposé grand-chose offensivement. Il n'est pas parvenu à garder le ballon, à jouer entre les lignes. Il n'a pas fait un grand match. Ce point du nul, c'est presque un cadeau de la Nati.

La Suisse sera-t-elle plus à l'aise face à des équipes qui auront plus d'intentions dans le jeu? Ce sera forcément le cas de l'Italie, et sans doute de la Turquie.
Je le pense. Parce que Shaqiri est doué pour trouver des joueurs libres. Quand la Suisse aura plus d'espaces, plus de possibilités de dédoublements avec ses ailiers, tout sera plus simple pour elle. Car elle est forte en contre-pied.

Ça veut dire quoi, «être fort en contre-pied»?
C'est défendre en bloc, et se porter rapidement vers l'avant à la récupération, soit en trouvant des joueurs dans les pieds, soit en privilégiant la profondeur. Mais c'était quasiment impossible à faire contre le Pays de Galles et son bloc bas.

«La Suisse était en surnombre à la sortie du ballon, avec trois défenseurs et un numéro 6 contre un seul attaquant gallois. On avait donc la possession, bien sûr, mais elle ne faisait pas mal»

Sur l'égalisation de Moore, Zakaria était au marquage au départ de l'action. Or les Gallois n'ont pas botté le corner directement, préférant le joueur en deux temps. Zakaria devait-il suivre son adversaire au premier poteau, ou privilégier le marquage en zone?

74<sup>e</sup>: Moore surgit et égalise (1-1).
74e: Moore surgit et égalise (1-1). Image: AP Pool Getty

Sur les corners joués courts, les défenseurs ont tendance à oublier leur adversaire direct, parce qu'ils sont concentrés sur ce qu'il se passe sur le côté. C'est à ce moment-là que les attaquants parviennent à se libérer du marquage et à se montrer dangereux. Les Gallois l'ont très bien fait. C'était travaillé.

La Nati a eu d'autres opportunités en fin de match, dont plusieurs sur balles arrêtées. Mais il n'y avait plus Shaqiri (sorti à la 66e) pour les tirer. Comprenez-vous qu'il ait été remplacé en cours de match?
Je n'ai pas eu l'impression qu'il était heureux de sortir, mais je ne pense pas que sa performance soit en cause. Peut-être que Petkovic voulait le préserver pour le prochain match (ndlr: mercredi contre l'Italie). De toute évidence, Shaqiri est le genre de joueur qui doit rester sur le terrain le plus longtemps possible.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le président du Barça ne vaut pas mieux que les clubs qu'il méprise
Joan Laporta mène un combat acharné contre Manchester City et le PSG en raison de leurs dépenses inconsidérées. Mais le patron du FC Barcelone n'agit pas différemment.

Et ça n'en finit plus... De nouvelles offensives sont envisagées sur le marché des transferts. Au bord de la faillite il y a un an avec une dette de 1,35 milliard d'euros, le FC Barcelone convoite maintenant Bernardo Silva, le milieu de Manchester City, pour environ 55 millions d'euros. Ce nouveau renfort (après Lewandowski, Koundé, Raphinha, Kessié et Christensen) porterait les dépenses de cet été à plus de 200 millions d'euros. Contre des rentrées de 25,5 millions.

L’article