DE | FR
image: keystone/shutterstock
Nati

La presse suisse applaudit la Nati et se projette déjà à Rome

L'équipe de Suisse de football s'est imposée mardi soir en Lituanie 4-0. Du coup, elle s'est offert une vraie finale face à l'Italie le mois prochain à Rome. Les journalistes suisses ont déjà la tête dans la Ville Eternelle.
13.10.2021, 07:1613.10.2021, 18:09
Suivez-moi

«La Suisse prend rendez-vous pour Rome», titre Le Matin. Pour le média en ligne, «ce déplacement victorieux a eu son symbole: Breel Embolo». Et c'est légitime: l'attaquant de Mönchengladbach a été décisif sur le synthétique de Vilnius, où il a inscrit un doublé.

Malgré la victoire aisée, son journaliste Valentin Schnorkh pointe du doigt «un manque d’intensité défensive, peut-être induit par les conditions hivernales de Vilnius (où le thermomètre frôlait le zéro degré).» C'est vrai, la Nati a offert plusieurs grosses occasions à son adversaire, qui aurait même pu ouvrir le score.

Et si les hommes de Murat Yakin ont de quoi se réjouir avec ce match décisif à Rome le 12 novembre, Le Matin souligne un regret qu'ils peuvent avoir après le match de mardi soir:

«si elle avait enfoncé encore plus le clou (Vargas a par exemple touché le poteau), elle aurait pu se rapprocher de l’Italie, au niveau de la différence de buts (+11 pour la Nazionale, +9 pour la Suisse). Et à deux matches du terme des qualifications, cela pourrait compter.»
Le Matin

Daniel Visentini de la Tribune de Genève tranche d'entrée dans son article: «les hommes de Murat Yakin devront renverser une montagne le 12 novembre. Ils se sont offert le droit d’en rêver.»

C'est notamment grâce à une excellente prestation de Breel Embolo. En plus de ses deux buts, l'attaquant de 24 a été très remuant et a pesé sur la défense balte.

Le quotidien genevois ne manque pas d'en parler et soulève LA question qu'une telle prestation du remplaçant d'Haris Seferovic amène: «Dans le schéma actuel de Murat Yakin, profitant de l’absence sur blessure de Seferovic, Embolo fait le boulot. En puissance, en faisant mal à l’adversaire, en finissant maintenant le travail devant le but. À se demander quels seront les choix de Yakin quand Seferovic sera de retour.»

De son côté, Le Temps joue la carte de l'assurance. Elle se marque dans son titre: «Victorieuse à Vilnius, la Suisse sera au moins barragiste.» Car grâce à la défaite de l'Irlande du Nord en Bulgarie (2-1), la Nati est certaine de terminer ces qualifications au pire à la deuxième place du groupe.

Pour son journaliste Laurent Favre, «la Nati n’a jamais tremblé, ou alors de froid.» Lui aussi se projette vers le match face aux Transalpins, avec optimisme. Il écrit:

«Rien ne dit que Murat Yakin, qui n’a toujours pas encaissé le moindre but en cinq matchs officiels, se déplacera à Rome en victime. Le "Pacha" a un mois pour préparer sa défense, un défi qu’il adore»
Le Temps

Le Blick salue, lui, «le vent nouveau (qui) souffle sur l'équipe nationale.» Pour le quotidien alémanique, il est dû à son sélectionneur, Murat Yakin, et il se voit physiquement chez ses joueurs: «Le rire et la bonne humeur sont venus au programme. Un lifting émotionnel du visage émotionnel. (...) C'est le vent de Murat Yakin.»

Le journal félicite le sélectionneur, qui «a réussi en un temps record à rallier la Suisse à sa cause et à dissiper le scepticisme qui prévalait au départ.»

Le Tages Anzeiger a aussi déjà la tête à Rome. Le quotidien zurichois tente de voir les choses très positivement dans la capitale italienne, avec la perspective d'un succès helvétique:

«Ce serait un coup car les Italiens sont les grands favoris de ce groupe depuis le tirage au sort, et encore plus depuis cet été et leur triomphe au Championnat d'Europe. Bien sûr, ils sont toujours les favoris, du moins sur le papier. Mais qui sait ce que seront leurs nerfs au moment décisif, alors qu'ils ont tant à perdre. Le traumatisme d'avoir manqué la Coupe du monde en Russie il y a quatre ans, lors du barrage contre la Suède, risque de les rattraper à nouveau.»
Tages Anzeiger

En cas de succès en Italie, la Nati n'aurait ensuite besoin que d'un nul face à la Bulgarie à Lucerne, dans son dernier match, pour se qualifier directement pour la Coupe du monde au Qatar.

Pour le Tages Anzeiger, les Suisses n'ont qu'une seule chose à regretter:

«ne pas avoir fait plus pour gagner contre l'Irlande du Nord à Belfast il y a un mois. Sinon, ils auraient été premiers du groupe»
Tages Anzeiger

Mais avec une victoire en Italie, ce regret sera complètement effacé.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp
La Nati file au Qatar et Twitter fait n'importe quoi
La Nati bombe le torse, envoie quatre buts dans les filets bulgares et bim: ça se qualifie pour la Coupe du monde 2022 au Qatar! L'occasion pour les internautes (et Guy Parmelin) de lâcher les chiens sur Twitter.
L’article