DE | FR
Image: KEYSTONE

Le FC Sion devra porter une certaine idée du «caractère valaisan»

Nonante minutes, voilà ce qu’il reste au FC Sion pour tenter d’attraper les barrages et espérer évoluer en Super League la saison prochaine. Son sort sera connu ce soir.
21.05.2021, 18:1621.05.2021, 18:21

C'est maintenant au FC Sion de sauver sa place en Super league et de porter une certaine idée du «caractère valaisan». Ce soir, les Sédunois reçoivent Bâle à Tourbillon, tandis que Vaduz défend son petit point d'avance à Zurich (début des matches à 20h30).

Les différents scénarios possibles:

Sion perd => Sion est relégué

❌ Vaduz gagne => Sion est relégué

❌ Sion fait match nul et Vaduz fait match nul ou gagne => Sion est relégué

✅ Sion gagne et Vaduz perd => Sion disputera le barrage

✅ Sion gagne et Vaduz fait match nul => Sion disputera le barrage

✅ Sion fait match nul et Vaduz perd => Sion disputera le barrage

Un sentiment diffus de lassitude

Depuis une semaine, la presse se penche sur le marasme du FC Sion, parfois sur sa dépouille encore fumante, et relaie un sentiment diffus de lassitude - à moins que ce ne soit seulement du désamour. En substance: ils l'ont bien cherché.

Dans Le Nouvelliste de ce matin, le match est passé souverainement sous silence, comme une réponse éloquente au boycott de Christian Constantin. En Une, le journal redouble d'effronterie avec deux espaces consacrés au HC Sierre et à Viège. Rien pour le FC Sion.

Mais les mots les plus sévères sont ceux de «la famille», recueillis dans un article du matin.ch (lire ici). Avec plus ou moins de compassion, des figures historiques du FC Sion en dénoncent l'impéritie. Alvaro Lopez, capitaine des années 80, regrette que «Christian Constantin n’ait pas de patience. Il fait et défait l’équipe chaque été. On ne voit ça qu’à Sion».

«Cela fait dix ans que les trois quarts des supporters ne connaissent même pas le nom des joueurs»
Alvaro Lopez

Georges Bregy est encore plus dur: «Il faut se rendre à l'évidence que certains joueurs n’ont tout simplement pas le niveau de Super league.» Et d'observer, vu de son domicile zurichois: «Ici, ce ne serait pas une catastrophe si Sion était relégué. Christian Constantin n’a pas forcément bonne presse. Il a eu de bons entraîneurs, comme Zeidler ou Jacobacci. Leur travail à Saint-Gall et Lugano le prouve. Mais à Sion, ils ont été licenciés.»

Il ne reste pas grand-chose à sauver de cette saison sans tambour ni choucroute, sinon une veille réputation de faiseurs de miracles construite sur des triomphes miraculeux en Coupe. «Sauf que cette fois, tout ne dépend pas de nous», rappelle Christian Constantin à l'ATS, comme si une certaine lassitude l'avait gagné, lui aussi.

La pensée du jour

«C'est au pied du mur que l'on voit le maçon»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène
Les représentants des clubs ont voté l'introduction des play-off en Super League dès la saison 2023/2024. Un vieux fantasme pour rendre la compétition excitante; mais elle n’en deviendra que plus grotesque.

Ce n’est pas la première fois que le football suisse tente d’acquérir par des subterfuges ce que les meilleurs championnats obtiennent par la force de l’habitude: l'intérêt du public.

L’article