Sport
Football

Euro 2024: la Hongrie est une menace pour la Suisse

Euro 2024: la Hongrie est une menace pour la Suisse
C'est à eux que la Suisse sera confrontée pour son entrée en lice dans l'Euro: l'entraîneur hongrois Marco Rossi, Dominik Szoboszlai et Roland Sallai (de g. à dr.).Image: imago / midjourney / watson

La Hongrie est une menace pour la Suisse

La Nati aura fort à faire pour son entrée dans l'Euro, samedi (15h), contre des Magyars qu'elle aurait tort de sous-estimer. Présentation.
14.06.2024, 11:5114.06.2024, 11:52
Niklas Helbling
Niklas Helbling
Niklas Helbling
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Le fait que le prochain adversaire de l'équipe de Suisse joue un football similaire à celui de Leverkusen, qui n'a perdu qu'un seul de ses 53 matchs la saison dernière et qui a réalisé le doublé coupe/championnat, n'a évidemment rien de rassurant. C'est pourtant ce qui attend Granit Xhaka et ses coéquipiers samedi, comme l'explique à watson Constantin Eckner, expert en tactique pour le media spielverlagerung.de.

Le rapprochement avec le club allemand, entraîné par Xabi Alonso, s'observe surtout dans l'organisation du jeu de l'équipe de Marco Rossi, car «la Hongrie, comme Leverkusen, veut d'abord faire circuler le ballon dans les lignes arrières». Les situations de surnombre se créent ensuite en possession du cuir, lorsque l'un des latéraux (Kerkez ou Nego) se glisse auprès de Szoboszlai ou Sallai, lesquels agissent en soutien de Varga dans un 3-4-2-1 parfaitement maîtrisé. «Cela a parfaitement fonctionné pour Leverkusen la saison dernière», relève Eckner.

Ungarn Aufstellung
Voici comment les Hongrois devraient s'aligner contre la Suisse.Image: buildlineup.com

Mais il n'y a pas que des mauvaises nouvelles pour la Nati. Car «la qualité individuelle de l'effectif hongrois n'est évidemment pas comparable à celle de Leverkusen.» Les défenseurs hongrois ne sont pas aussi sûrs de leurs passes et de leurs interventions que Jonathan Tah ou Edmond Tapsoba. L'expert ajoute: «Il manque également un point d'ancrage à mi-terrain, un numéro six comme Granit Xhaka, c'est la raison pour laquelle Dominik Szoboszlai doit reculer.»

Par «point d'ancrage», Eckner entend un milieu de terrain défensif qui colmate les brèches, mais qui est surtout capable de prendre l'initiative du jeu et vers lequel convergent tous les ballons dans la transition défense/attaque. Un rôle comparable à celui de quaterback dans une équipe de football américain et que le capitaine de la Nati, Granit Xhaka, a parfaitement rempli à Leverkusen. Or les Hongrois ne possèdent pas de joueur de cette qualité à ce poste.

En revanche, Szoboszlai n'est pas moins talentueux - et surtout pas moins dangereux. L'été dernier, le jeune homme de 23 ans était l'un des joueurs ciblés par Jürgen Klopp et Liverpool. Il a ainsi été transféré de Leipzig chez les Reds pour 70 millions d'euros. La Suisse doit particulièrement faire attention à lui. Car en équipe nationale, Szoboszlai jouit de toutes les libertés - il se laisse parfois glisser à mi-terrain, mais pèse aussi offensivement. «En équipe nationale, il assume presque toutes les tâches des actions offensives, jusqu'à leur finalisation depuis l'extérieur de la surface de réparation», relève Eckner.

Football - Pre-Season - Liverpool FC v Leicester City FC SINGAPORE - Sunday, July 30, 2023: Liverpool s Dominik Szoboszlai is substituted by manager J
Jürgen Klopp voulait absolument Dominik Szoboszlai à Liverpool.Image: www.imago-images.de

Le rôle du Magyar en sélection diffère ainsi de celui qu'il tient chez les Reds, où il est moins impliqué tant sur le plan défensif qu'offensif. Pour la Hongrie, il devient en revanche «un couteau suisse», comme le dit Eckner, non sans s'excuser pour la métaphore. C'est notamment le grand potentiel offensif de Szoboszlai qui a incité l'entraîneur Rossi à passer d'un système 5-3-2 basé sur les contre-attaques à un style de jeu plus audacieux, qui emprunte aussi des aspects à l'Inter Milan de Simone Inzaghi.

Si les défenseurs hongrois s'en tiennent strictement à leur position, les joueurs de devant peuvent effectuer de nombreuses rotations. Szoboszlai est l'un de ceux qui en profite le plus et qui est encouragé à le faire. Le commentateur de football allemand pour Sport 1 et DAZN donne donc ce conseil à la Suisse:

«Il faut laisser Szoboszlai avancer un peu et ne pas vouloir l'arrêter tout de suite»

Car si l'un des deux milieux défensifs suisses se précipite trop tôt sur la star de Premier League, dont la valeur marchande est évaluée à 75 millions d'euros, des espaces pourraient s'ouvrir devant la ligne de défense. Roland Sallai de Fribourg ou Loïc Nego du Havre, également très vifs, ne manqueraient alors pas d'en profiter.

Roland Sallai c�l�bre son but
Roland Sallai est aussi un danger pour la Nati.Image: fxp-fr-sda-rtp

Si elle parvient à contenir Szoboszlai, la défense suisse a de bonnes chances de contrôler l'offensive hongroise. Mais il faudra aussi maîtriser le puissant Sallai et le redoutable attaquant Barnabas Varga. Car si elle encaisse un but, la Nati devra trouver le moyen de marquer pour revenir dans le match, et il n'est pas certain qu'elle parvienne à le faire samedi. D'abord parce que les hommes de Yakin ont récemment affiché des lacunes offensivement, ensuite parce que les Hongrois ont une défense solide, orchestrée autour de Willi Orban de Leipzig. Lors de ses quatre matchs amicaux avant l'Euro (contre la Turquie, le Kosovo, l'Irlande et Israël), la Hongrie n'a encaissé que deux buts.

D'un point de vue tactique, le match sera également passionnant, car les deux formations se ressemblent assez. Murat Yakin, tout comme le sélectionneur hongrois Rossi, mise lui aussi souvent sur une formation en 3-4-2-1. «Cela pourrait donner lieu à de nombreuses situations de un contre un», anticipe l'expert Eckner, pointant le duel très attendu entre le latéral Silvan Widmer et l'ailier hautement explosif Milos Kerkez.

Switzerland's Silvan Widmer in action during an international friendly soccer match between Switzerland and Austria at the kybunpark stadium in St. Gallen, Switzerland, Saturday, June 8, 2024. (K ...
Silvan Widmer aura fort à faire samedi.Image: keystone

Eckner a encore un conseil pour la Nati: «Elle doit exercer un pressing à mi-terrain lorsque le cuir n'est pas en possession de Szoboszlai, car Andras Schäfer et Adam Nagy sont loin d'être aussi résistants au pressing.» Il sera également important que la Suisse ne se laisse pas intimider par les Hongrois, qui se battent avec abnégation, ne reculent devant aucun duel et donnent l'impression d'évoluer en équipe. C'est ce qui avait surpris les Helvètes lors de leur dernier match amical contre l'Autriche, comme l'avait avoué Murat Yakin après la rencontre: «La robustesse de nos adversaires nous a un peu surpris au début, car nous n'y sommes pas habitués.»

En ce sens, le dernier match amical contre l'équipe de Ralf Rangnick a été une bonne préparation pour la Hongrie. Mais la Suisse doit encore nettement s'améliorer si, samedi en ouverture de son Euro, elle ne veut pas se contenter du triste 1-1 qu'elle a obtenu face aux Autrichiens.

Adaptation en français: Julien Caloz.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Le débat politique 100% faux de la RTS
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le tournoi de tennis de Montreux frappe un très gros coup
C'est une exclusivité watson: la huitième édition (1ᵉʳ au 8 septembre) sera la première dans la catégorie reine du tennis féminin, la WTA. Nestlé, qui parraine l'événement depuis quatre ans, en devient le sponsor principal. Les organisateurs espèrent aussi la venue d'une star mondiale.

Avec la retraite de Roger Federer, la baisse de forme de Stan Wawrinka et la longue pause pour grossesse de Belinda Bencic, le tennis suisse a vécu des derniers mois compliqués. Alors cette nouvelle aura de quoi redonner la banane aux fans de la balle jaune dans notre pays, et plus particulièrement de ce côté-ci de la Sarine: la Romandie organisera à nouveau un tournoi WTA, la catégorie reine chez les femmes, un an après le clap de fin du Ladies Open Lausanne.

L’article