DE | FR
Gerd Müller, ancien footballeur de l'Allemagne, est mort dimanche.

Gerd Müller était un footballeur de légende. Atteint de la maladie d’Alzheimer, il est décédé ce dimanche à l'âge de 75 ans. Image: Keystone

Pourquoi dit-on que Gerd Müller est le plus grand attaquant de l'histoire?

Ceux qui ont moins de 40 ans ne l'ont jamais vu jouer, mais tous les amoureux du foot connaissent son nom: Gerd Müller, aka «Der Bomber der Nation», est mort ce dimanche. Il laisse derrière lui le souvenir d'un buteur hors-pair, peut-être le plus grand de tous les temps. Voici pourquoi.

julien caloz/ats



Parce qu'il a beaucoup marqué

Gerd Müller, c'est le nom qui revient à chaque fin de saison, lorsqu'un attaquant empile les buts et affole les stats. On dit alors qu'il est «à x longueurs de la marque détenue par le légendaire Gerd Müller». L'Allemand aux 674 buts en 749 matches est devenu au fil du temps un modèle, une référence, voire une obsession. Son record de réussites (68) en sélection a certes été battu par Miroslav Klose (71), mais Müller reste le seul buteur de l'histoire de la Mannschaft (parmi ceux ayant scoré à plus de 15 reprises) à avoir marqué plus d'une fois par match en moyenne. Une machine.

Bild

Avec le Bayern, son total de 365 pions en 427 matches de championnat semble de nos jours impossible à atteindre (son suivant immédiat Robert Lewandowski en est à 278).

Parce qu'il a inscrit des buts importants

Quelques-unes de ses réussites l'ont fait entrer dans l'histoire. Un doublé en finale de l'Euro 1972 contre l'URSS (3-0) et, surtout, ce tir en pivot dans la surface deux ans plus tard, en finale du Mondial 1974, sur sa pelouse fétiche de Munich: le 2-1 du triomphe allemand contre les favoris néerlandais de Johan Cruyff.

Pour l'histoire

abspielen

Vidéo: YouTube/Willi Williams

Ce but, «le plus important» de toute sa carrière, disait-il, a aussi été le 68e et dernier inscrit en 62 sélections et le 14e en autant de matches de phases finales de Coupe du monde (1970, 1974).

Parce qu'il était intelligent

Joueur trapu et vif, souvent insaisissable, «Kaiser Franz» était réputé pour son sens du but et sa science du placement, qui lui permettaient de se créer des espaces sans efforts (il courait parfois moins de 4 km par match). Il profitait de son 1m76 pour rôder discrètement près du but et surgissait lorsque le ballon arrivait dans sa zone. Il orientait ensuite son corps à la perfection, frappait et faisait trembler les filets.

«Un attaquant doit savoir où se trouve le but. Qu'il soit dos à lui, peu importe. Moi je savais»

Gerd Müller

Certains observateurs lui ont parfois reproché des réussites peu orthodoxes (il a marqué avec toutes les parties de son corps) et opportunistes, mais L'Equipe voyait plutôt en lui «un modèle universel de l'élégance balle au pied». «Il était l'instinct, le réflexe, l'obsession. Il était le but», ajoute le quotidien, résumant l'emprise de l'Allemand par cette jolie formule: «Pour les adversaires, c'était comme affronter un fantôme, qui hantait toujours la même pièce du château.»

Parce qu'il a empilé des titres

Les grands joueurs se distinguent aussi par leur palmarès. Celui de Gerd Müller est richement doté:

C'est par ses qualités, ses exploits et ses trophées que Gerd Müller a marqué l'histoire du jeu, et que son nom trottera encore dans la tête des attaquants (et de tous ceux qui aiment le football) pendant longtemps. «Je suis convaincu que les gens parleront encore de lui dans cent ans», prophétisait son grand ami Franz Beckenbauer la saison dernière.

Plus d'articles sur le sport

Une fighteuse trans met une rouste à sa rivale et crée la polémique

Link zum Artikel

Les tests Covid payants vont impacter les clubs et leurs fans

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Bayern s'offre le coach le plus cher de l'histoire

C'était l'une des rumeurs les plus excitantes du football. Elle est confirmée: le Bayern Munich va payer 25 millions d'euros à Leipzig pour recruter son entraîneur Julian Nagelsmann la saison prochaine.

Le défi est immense et magnifique: Julian Nagelsmann, le coach sans le moindre passé de joueur, s'est engagé au Bayern Munich, une institution qui ne s'offre habituellement qu'aux vieux briscards et/ou aux riches palmarès du football mondial.

Dans ce monde qui n'a longtemps pas été le sien, le technicien de 33 ans devra convaincre de grands joueurs qu'il connaît aussi bien qu'eux ce jeu auquel il n'a jamais vraiment joué (il a arrêté sa carrière en équipe réserve pour cause de …

Lire l’article
Link zum Artikel