DE | FR
Gerd Müller était un footballeur de légende. Atteint de la maladie d’Alzheimer, il est décédé ce dimanche à l'âge de 75 ans.
Gerd Müller était un footballeur de légende. Atteint de la maladie d’Alzheimer, il est décédé ce dimanche à l'âge de 75 ans. Image: Keystone

Pourquoi dit-on que Gerd Müller est le plus grand attaquant de l'histoire?

Ceux qui ont moins de 40 ans ne l'ont jamais vu jouer, mais tous les amoureux du foot connaissent son nom: Gerd Müller, aka «Der Bomber der Nation», est mort ce dimanche. Il laisse derrière lui le souvenir d'un buteur hors-pair, peut-être le plus grand de tous les temps. Voici pourquoi.
15.08.2021, 17:2415.08.2021, 17:55
julien caloz/ats

Parce qu'il a beaucoup marqué

Gerd Müller, c'est le nom qui revient à chaque fin de saison, lorsqu'un attaquant empile les buts et affole les stats. On dit alors qu'il est «à x longueurs de la marque détenue par le légendaire Gerd Müller». L'Allemand aux 674 buts en 749 matches est devenu au fil du temps un modèle, une référence, voire une obsession. Son record de réussites (68) en sélection a certes été battu par Miroslav Klose (71), mais Müller reste le seul buteur de l'histoire de la Mannschaft (parmi ceux ayant scoré à plus de 15 reprises) à avoir marqué plus d'une fois par match en moyenne. Une machine.

Avec le Bayern, son total de 365 pions en 427 matches de championnat semble de nos jours impossible à atteindre (son suivant immédiat Robert Lewandowski en est à 278).

Parce qu'il a inscrit des buts importants

Quelques-unes de ses réussites l'ont fait entrer dans l'histoire. Un doublé en finale de l'Euro 1972 contre l'URSS (3-0) et, surtout, ce tir en pivot dans la surface deux ans plus tard, en finale du Mondial 1974, sur sa pelouse fétiche de Munich: le 2-1 du triomphe allemand contre les favoris néerlandais de Johan Cruyff.

Pour l'histoire

Ce but, «le plus important» de toute sa carrière, disait-il, a aussi été le 68e et dernier inscrit en 62 sélections et le 14e en autant de matches de phases finales de Coupe du monde (1970, 1974).

Parce qu'il était intelligent

Joueur trapu et vif, souvent insaisissable, «Kaiser Franz» était réputé pour son sens du but et sa science du placement, qui lui permettaient de se créer des espaces sans efforts (il courait parfois moins de 4 km par match). Il profitait de son 1m76 pour rôder discrètement près du but et surgissait lorsque le ballon arrivait dans sa zone. Il orientait ensuite son corps à la perfection, frappait et faisait trembler les filets.

«Un attaquant doit savoir où se trouve le but. Qu'il soit dos à lui, peu importe. Moi je savais»
Gerd Müller

Certains observateurs lui ont parfois reproché des réussites peu orthodoxes (il a marqué avec toutes les parties de son corps) et opportunistes, mais L'Equipe voyait plutôt en lui «un modèle universel de l'élégance balle au pied». «Il était l'instinct, le réflexe, l'obsession. Il était le but», ajoute le quotidien, résumant l'emprise de l'Allemand par cette jolie formule: «Pour les adversaires, c'était comme affronter un fantôme, qui hantait toujours la même pièce du château.»

Parce qu'il a empilé des titres

Les grands joueurs se distinguent aussi par leur palmarès. Celui de Gerd Müller est richement doté:

  • Une Coupe du monde
  • Un Euro
  • Un Ballon d'Or
  • Trois Ligues des champions
  • Quatre titres de champion d'Allemagne
  • Quatre Coupes nationales
  • Une Coupe du monde des clubs
  • Une Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe

C'est par ses qualités, ses exploits et ses trophées que Gerd Müller a marqué l'histoire du jeu, et que son nom trottera encore dans la tête des attaquants (et de tous ceux qui aiment le football) pendant longtemps. «Je suis convaincu que les gens parleront encore de lui dans cent ans», prophétisait son grand ami Franz Beckenbauer la saison dernière.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'entraîneur ruine le CP Berne avec un coaching datant de l'âge de pierre
L'Ours tire la gueule avant la réception du LHC ce vendredi. Ses résultats sont misérables. Il a laissé filer trois points contre Kloten et Ajoie mais il y a pire: le coach bernois Johan Lundskog ruine son équipe. Démonstration.

Commençons par quelques chiffres de la dernière journée de championnat, mardi. Chris DiDomenico (Berne) a joué 27 minutes et 38 secondes contre Ajoie. Il n'a pas inscrit le moindre point. Pendant ce temps, Roman Cervenka (Rapperswil) s'est contenté de 18 minutes et 52 secondes de temps de glace à Lausanne. Il a contribué au succès de son équipe avec un but et un assist.

L’article