DE | FR

Les stars de la Formule 1 comme vous ne les avez jamais vues 😳😨

20.03.2022, 11:29
Team watson
Team watson
Suivez-moi

La saison de Formule 1 démarre dans quelques heures. Dans son dernier numéro, «Vanity Fair» a honoré la tradition des Grands Prix endimanchés en rhabillant les pilotes d'une façon, disons, étoffée... Puisque la démarche est relativement inénarrable, passons directement aux images.

Le shooting

Les pilotes McLaren Lando Norris et Daniel Ricciardo ouvrent les feux (mais ils ne partiront qu'en 13 et 18e position sur la grille):

Lando Norris précise sur son compte privé qu'après cette expérience, il ne voit pas son avenir dans la mode. «Ne vous inquiétez pas», écrit-il avec un zeste d'autodérision. C'est ce que semble insinuer également l'emoji d'Esteban Ocon:

Pierre Gasly, lui, ne s'est pas plaint...

Les réactions 🤗🤔🤭

Les réactions sont très partagées. Irrités au premier degré, certains fans déplorent que le magazine de mode ait transformé ses pilotes en bouffons, et qu'il ne connaisse rien à leur châssis:

D'autres regrettent l'absence du Maître (car pour Lewis Hamilton, c'est Vanity Fair tous les jours):

Mais ceux qui croient en Dior ont évidemment a-do-ré:

Et maintenant, rouler les mécaniques

Pour revenir à des considérations terre-à-terre, Charles Leclerc et sa Ferrari s'élanceront en pole-position à Bahreïn, le premier GP de la saison (16 h). Le Monégasque partagera la première ligne avec le champion du monde en titre Max Verstappen (Red Bull). Lewis Hamilton, en difficulté à bord d'une Mercedes en mal de performance et rebondissant énormément dans les lignes droites, partira de la cinquième place seulement, à 0''680.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse
L'attaquant du HC Davos deviendra, ce samedi contre le Canada (15h20), le hockeyeur ayant disputé le plus de matchs de l'Histoire des Mondiaux. Il doit ce record à des qualités techniques, physiques et mentales hors du commun.

Même sous le casque, on reconnaît tout de suite Andres Ambühl. D'abord grâce à ses cheveux mi-longs qui en dépassent et sa barbe noirs. Mais surtout par la manière avec laquelle il patine et manie la canne.

L’article