Sport
France

Nice: En France, un chant odieux sur Sala écoeure le monde du football

Image

En France, un chant odieux écoeure le monde du football

Des fans niçois ont insulté la mémoire du regretté Emiliano Sala lors du match face à Saint-Etienne, mercredi en Ligue 1. Joueurs, entraîneurs et consultants sont outrés. Le coach azuréen a présenté ses excuses au nom du vestiaire.
12.05.2022, 06:4612.05.2022, 07:15
Plus de «Sport»

Quatre jours après leur défaite en finale de Coupe de France face à Nantes (1-0), des supporters niçois ont entonné en tribunes un chant se moquant d'Emiliano Sala.

Icône éternelle du FC Nantes, l'Argentin est mort en janvier 2019 dans un accident d'avion, ce dernier s'écrasant et disparaissant dans la Manche. Depuis ce jour, les supporters nantais lui rendent hommage à la 9e minute (en hommage au numéro de son maillot) de chaque match, en chantant: «C'est un Argentin, qui ne lâche rien, Emiliano Sala, Emiliano Sala.»

Mais mercredi soir, lors du match de championnat entre Nice et Saint-Etienne, les fans locaux ont détourné ce chant à la 9e minute, lançant: «C'est un Argentin, qui ne nage pas bien, Emiliano sous l'eau, Emiliano sous l'eau…» C'est un journaliste de France Télévisions qui a entendu ces paroles et les a immédiatement partagées sur les réseaux sociaux, indigné:

«J'ai bien entendu? Quelle honte. Quel manque de respect des fans niçois pour la famille du joueur. A vomir.»
Fabien Lévêque, journaliste

Le monde du football a vivement réagi par la suite pour condamner ces insultes. «C'est écoeurant», s'est énervé Valentin Rongier, milieu de terrain de l'OM et ancien coéquipier d'Emiliano Sala. Antoine Kombouaré, le coach du FC Nantes, a pour sa part estimé que les auteurs de ce chant n'avaient «rien à faire dans un stade» et qu'il faudrait «les bannir».

«La connerie humaine n'a pas de limite, je suis scandalisé.»

L'OGC Nice s'est empressé de réagir sitôt le coup de sifflet final, dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

«L’OGC Nice condamne avec la plus grande fermeté le chant concernant Emiliano Sala entendu mercredi soir à l’Allianz Riviera. Le club ne reconnait en rien ses valeurs ni celles de l’ensemble de la famille rouge et noir dans cette provocation impensable et abjecte d’une minorité de ses supporters.»

En conférence de presse, le coach azuréen Christophe Galtier est apparu très touché.

«On dit que les tribunes sont le reflet de notre société. Si c'est ça notre société, on est dans la merde. Ce que j'ai entendu, c'est inadmissible»

Son joueur Andy Delort, double buteur lors de la victoire niçoise 4-2 mercredi, s'est exprimé sur Twitter.

La Ligue pourrait ouvrir une enquête et prendre des sanctions.

Durant cette rencontre, le public niçois a également lancé des insultes envers Stéphanie Frappart, l'arbitre de la finale de la Coupe de France, coupable à leurs yeux d'avoir accordé un pénalty imaginaire aux Nantais.

(jcz)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les JO de Paris ont un gros problème
Ils seront catastrophiques. Et c'est toute la beauté de l'exercice. Comme l'Eurovision ou l'Exposition universelle, nous avons droit à une fête bien trop vaste pour qu’elle se prétende plus exemplaire que le monde qui l'accueille. Serrons les dents, tout va bien se passer.

En 2021, Tokyo a dû composer avec une manifestation repoussée d'une année, une pandémie, un gros tas de morts, quelques scandales financiers, une défiance brutale des citoyens et les blagues sur l'Holocauste du patron de cérémonie d'ouverture. A Rio, cinq ans plus tôt, le président du comité d'organisation a pris 30 ans de taule, des fuites d’eau et des toilettes bouchées partageaient le gîte avec les athlètes. Sans oublier qu'un ouvrier finira électrocuté, un autre enseveli, et le monde réalisera qu’il est possible de délabrer des bidonvilles déjà inhabitables.

L’article