DE | FR
image: keystone/shutterstock
Ice master Zaugg

Grégory Hofmann a mis fin à son rêve en NHL, et il a eu raison

Grégory Hofmann avait le niveau pour jouer en NHL. Pourtant, il est déjà de retour à Zoug, après 24 matchs seulement dans la prestigieuse ligue nord-américaine. Alors pourquoi l'expérience outre-Atlantique du Jurassien bernois a-t-elle tourné si court?
13.01.2022, 11:20
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi

Avant de s'envoler pour l'Amérique, Grégory Hofmann était aussi bon, statistiquement, que Pius Suter ou Dominik Kubalik. Deux hommes également passés par la première division suisse et qui ont réussi à s'établir en National Hockey League (NHL), le championnat le plus prestigieux du monde. Même les fins connaisseurs de la NHL, comme l'agent de joueurs André Rufener, sont convaincus que le Jurassien bernois y avait sa place.

L'avis de Rufener est d'autant plus légitime qu'il ne travaille pas pour Hofmann, mais suit l'équipe des Columbus Blue Jackets de près, puisqu'un de ses cliens, le défenseur suisse Dean Kukan, y évolue.

L'âge ne fait pas l'expérience

Pour qu'un transfert réussisse entre notre National League helvétique et la NHL, il y a un facteur déterminant: arriver dans la bonne équipe au bon moment. Contrairement à une vedette du hockey mondial, un Suisse de 29 ans comme Grégory Hofmann n'a qu'une seule chance. Soit il la saisit, soit le rêve prend fin.

Grégory Hofmann n'a jamais réussi à s'imposer avec le maillot de Columbus, qu'il avait rejoint cette saison.
Grégory Hofmann n'a jamais réussi à s'imposer avec le maillot de Columbus, qu'il avait rejoint cette saison. image: keystone

A première vue, Columbus semblait être le bon choix: une équipe en construction, l'une des plus faibles attaques de la ligue et un entraîneur européen à la baguette (le Finlandais Jarmo Kekäläinen). Des conditions idéales, en fait. Et pourtant, on allait vite s'en apercevoir: ce processus de construction a été fatal à Grégory Hofmann.

Dans pareille situation, on pousse les jeunes joueurs à prendre leurs responsabilités, pendant que les routiniers dirigent la barque. Grégory Hofmann a eu 29 ans en novembre: trop vieux pour faire partie des jeunes. Et, en tant que novice en NHL, trop peu aguerri et productif pour mener l'équipe. Deux buts et cinq passes décisives en 24 matchs ne suffisent pas pour obtenir un rôle clé offensif et être un leader. Ça aurait peut-être fonctionné si le natif de Bienne avait six ou sept ans de moins.

Sage décision

Reste à savoir s'il ne faut quand même pas essayer de s'accrocher, coûte que coûte. Alors oui, ça peut avoir du sens pour un jeune joueur avec un grand potentiel et une chance réaliste de faire une carrière en NHL et de gagner des millions de dollars. Mais pas pour un attaquant de 29 ans qui a, en plus, sa famille en Suisse. La résiliation du contrat avec Columbus et le retour à Zoug de Grégory Hofmann est une sage décision. Parfois, il vaut mieux renoncer à un rêve.

Le retour d'Hofmann en Suisse centrale, c'est celui de l'une des principales figures de National League. D'un joueur qui peut faire la différence dans un championnat. Toutefois, les Zougois ne pourront plus avoir 5 étrangers dans leur contingent. La raison? Ils avaient pu engager ce 5e étranger grâce à un règlement qui permet de remplacer un joueur suisse sous contrat mais qui part pour la NHL, en l'occurence Hofmann avant le début de cette saison.

Pour d'autres Suisses, l'expérience en NHL se passe bien mieux 👇

Aussi spectaculaire que puisse être le come back d'Hofmann, Zoug ne deviendra pas pour autant une meilleure équipe tout de suite. Si le directeur sportif Reto Kläy veut renforcer son contingent pour la saison prochaine, après le départ de Marco Müller, il a encore besoin d'un «transfert royal».

The Revenant bis?

La logique serait d'engager Sven Bärtschi, le prochain revenant d'Amérique du Nord. L'attaquant bernois a le même âge qu'Hofmann. En 2010, il a quitté Langenthal avant même d'avoir disputé un seul match en National League. Il est devenu millionnaire outre-Atlantique. Mais, durant les trois dernières années, il n'a joué que sept parties de NHL. Un retour en Suisse est donc une sérieuse option pour la saison prochaine.

Bärtschi est un excellent ailier, avec un potentiel similaire (30 buts par saison) à celui d'Hofmann. Son engagement serait presque un «transfert impérial».

Sven Bärtschi, désormais aux Henderson Silver Knights en AHL, ne joue plus aucun rôle en NHL.
Sven Bärtschi, désormais aux Henderson Silver Knights en AHL, ne joue plus aucun rôle en NHL.Image: AP

Aucun directeur sportif de National League ne connaît Sven Bärtschi aussi bien que Reto Kläy. Désormais à Zoug, il occupait le même poste à Langenthal quand Bärtschi y jouait et s'attelait à la formation de ce dernier. Et on le sait: les bonnes relations ne nuisent qu'à ceux qui n'en ont pas...

Romantisme et diplomatie

Mais on peut aussi imaginer un peu de romantisme: en cas de retour dans sa région natale, la Haute-Argovie, Bärtschi devrait s'installer dans les environs de Langenthal. Une équipe qui joue les premiers rôles en Swiss League... Son agent, André Rufener, affirme qu'aucune décision n'a encore été prise. «Dans les prochaines semaines, le moment sera venu de régler l'avenir», temporise-t-il.

Il se montre même diplomate, lorsqu'on lui demande quels sont les employeurs potentiels de son client en National League: «Il y a quelques options. De Langenthal à Berne ou à Zoug, par exemple, c'est à peu près la même distance...»

Adaptation en français: Yoann Graber

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

À quel point es-tu Swisstainable?

1 / 6
À quel point es-tu Swisstainable?
source: ©glacier express / stefan schlumpf
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un spectateur fait le buzz en chantant avec son idole en plein récital

COOL RASTA! L’équipe de bobsleigh de la Jamaïque ira aux JO d'hiver
Comme dans «Rasta Rockett», quatre athlètes jamaïcains iront aux Jeux olympiques d'hiver, mais aussi un skieur alpin.

Quatre Jamaïcains se sont qualifiés pour les Jeux olympiques de Pékin 2022 qui se dérouleront du 4 au 20 février. C'est la première fois depuis 1998 que le pays est représenté dans cette catégorie.

L’article