DE | FR
Image: keystone

Démonstration d'Odermatt sur le géant d'Alta Badia

Marco Odermatt a remporté le géant d'Alta Badia lundi après-midi. Il a devancé de plus d'une seconde son dauphin. C'est la troisième victoire, cet hiver, dans la discipline pour le Nidwaldien.
20.12.2021, 14:5620.12.2021, 17:08
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Marco Odermatt a écrasé de sa classe le deuxième géant d'Alta Badia. Le Nidwaldien, 2e la veille, a gagné avec une impressionnante maîtrise, fêtant un troisième succès de l'hiver dans la discipline.

Auteur du meilleur temps le matin dans la manche initiale, Odermatt n'a pas craqué en finale, bien au contraire, pour aller cueillir la huitième victoire de sa carrière en Coupe du monde. Alors que son avance sur l'Italien Luca De Aliprandini se montait à 0''18 après le premier parcours, elle a grandi jusqu'à 1''01 au terme de la deuxième manche.

La troisième place est revenue à l'Allemand Alexander Schmid à 1''09. Comme l'Italien, il a fêté le premier podium de sa carrière en Coupe du monde.

Côté suisse, Justin Murisier a pris une belle sixième place à 1''52. Déception par contre pour Loïc Meillard, avec un 21e rang à 2''99.

Odermatt (24 ans) a ainsi fait le trou au classement du géant. Avec trois victoires et une deuxième place, le sportif suisse de l'année compte 380 points, soit déjà 167 de plus que le Norvégien Henrik Kristoffersen. (ats/yog)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

L'éruption du Semeru

1 / 19
L'éruption du Semeru
source: sda / trisnadi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La situation des femmes en Afghanistan est toujours aussi grave.

«Skier au plus proche de la mort est aussi une forme d'initiation»
La star du freeride Yann Rausis a surpris le milieu avec un film innovant, où les postures de casse-cou s’effacent peu à peu devant une dimension mystique. La peur, l'ego, les montagnes magiques dont on revient transformé: il parle de tout sans tabou.

Existe-t-il des montagnes que vous avez du mal à cerner ou à comprendre?
YANN RAUSIS: Oui, ça arrive. C’est parfois difficile de débarquer sur une montagne où tu ne connais pas les risques, les conditions de neige. Tu as envie d’utiliser tes outils d’analyse habituels, mais ils ne sont pas forcément adaptés, ils ne donnent pas une vision claire des dangers. Parfois, c’est très flou, malgré tous nos efforts d’observation. On ne sait pas quoi faire.

L’article