DE | FR
Lara Gut-Behrami fête sa deuxième place du slalom géant de Sölden en Autriche, ce samedi.
Lara Gut-Behrami fête sa deuxième place du slalom géant de Sölden en Autriche, ce samedi.Image: keystone

A Sölden, Lara Gut-Behrami impressionne et Michelle Gisin renaît

Mikaela Shiffrin a gagné à Sölden. Mais après ce slalom géant samedi, Lara Gut-Behrami était satisfaite. Malgré ses fautes, elle a pris la deuxième place et sait maintenant que sans ces erreurs, elle peut difficilement être battue. De son côté, Michelle Gisin nous a offert une histoire émouvante.
23.10.2021, 22:1124.10.2021, 10:33
Martin Probst / ch media

Quel sentiment formidable ce doit être de savoir qu'on peut skier encore mieux, mais qu'en même temps, cette prestation suffit pour battre toutes les concurrentes, sauf une. C'était celui de Lara Gut-Behrami ce samedi. «Dans les deux manches, j'arrivais trop tôt sur certaines portes et je ne me tenais pas bien sur le ski extérieur. Ce n'est pas rapide, mais quand même assez pour monter sur le podium ici», lâchait la Tessinoise après le géant de Sölden.

Dans l'aire d'arrivée, elle avait le sourire et semblait en paix avec elle-même et tout le monde. Alors bien sûr, Lara Gut-Behrami n'a pas gagné cette première course de la saison. L'Américaine Mikaela Shiffrin a été plus rapide de 14 centièmes de seconde. Mais ça n'a pas semblé déranger la Suissesse de 30 ans:

«Pouvoir prétendre à la victoire malgré mes erreurs, ça me rend très positive»
Lara Gut-Behrami

Les favorites déjà au rendez-vous

Ce sourire, cette certitude d'être en forme, devraient donner la migraine à la concurrence. Alors que Gut-Behrami voit une marge de progression, Shiffrin évoquait deux descentes presque parfaites pour sa propre prestation: «Peut-être que la seule chose qui me manquait dans la première manche était le feu que Lara avait.»

L'Américaine, qui a remporté sa 70e course de Coupe du monde, a souligné son ambition de retrouver le sommet du classement général après deux saisons difficiles, marquées notamment par la mort de son père. L'envie est la même chez Petra Vlhova: la Slovaque, lauréate du grand globe de cristal pour la première fois l'hiver dernier, a pris la troisième place à Sölden.

Après cette première course de la saison, les favorites occupent donc déjà les premiers rôles. Et pour Lara Gut-Behrami, il y a une raison de plus de se réjouir: quand elle est performante en géant, ça se passe aussi généralement bien en super-G et en descente.

Michelle Gisin a aussi toutes les raisons de regarder positivement vers l'avenir. Au début du mois de juillet, l'Obwaldienne a contracté une mononucléose. Elle était tellement affaiblie qu'elle se disait: «Ça n'ira jamais mieux». Mais elle est de retour.

L'été terrible de Michelle Gisin

Michelle Gisin est encore loin d'être aussi performante qu'avant sa maladie. Mais sa 25e place, juste derrière Andrea Ellenberger, et surtout le fait qu'elle ait pu de nouveau skier, lui ont fait du bien. «On parlait de reprendre l'entraînement sur les skis en décembre. Mais je suis déjà de retour maintenant», se réjouit la native de Samedan.

Michelle Gisin lors du géant de Sölden ce samedi 23 octobre.
Michelle Gisin lors du géant de Sölden ce samedi 23 octobre.Image: KEYSTONE

Au début de sa maladie, elle était parfois si affaiblie qu'une petite balade lui semblait être un marathon.

«Je pouvais marcher peut-être un kilomètre entrecoupé de trois petites pauses et une longue après»
Michelle Gisin

Pendant presque un mois, son état est allé de mal en pis. «Et puis il y a eu un mois où ça n'a pas empiré, mais ça ne s'est pas vraiment amélioré non plus», rembobine-t-elle.

Des lunettes spéciales

Tout ça affectait son moral. «J'avais d'énormes sautes d'humeur. Pourtant je suis généralement connue pour être une personne positive et équilibrée.» Gisin a été soutenue, du mieux possible, par son petit ami, sa famille et l'équipe.

En septembre, elle a soudainement senti que les choses s'amélioraient. Lentement. Mais quand même. Elle a longtemps laissé en suspens la question de savoir si elle prendrait le départ à Sölden, même si l'envie était grande. Pour savoir si ça allait. Et pas seulement physiquement: elle avait beaucoup de confiance, mais c'est surtout au niveau de la perception et des sensations qu'il restait des doutes.

Il y a un mois à peine, Gisin ne supportait pas que quelqu'un parle à la table d'à côté. Pareil quand l'environnement était bruyant ou ses impressions optiques trop fortes. Aujourd'hui encore, l'Obwaldienne porte des lunettes spéciales qui réduisent les stimuli. «Mais quand on considère que je peux être ici dans toute cette agitation, c'est un énorme pas en avant.» Presque comme une nouvelle naissance.

Adaptation en français: Yoann Graber

Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?

1 / 10
Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp
Le choix ahurissant d'un fan de Maradona... pour les prénoms de ses enfants
Un papa argentin a voulu faire une petite blague: son dernier fils, baptisé Diego, a rejoint ses deux grandes sœurs, Mara et Dona. Vous avez pigé?

Certains parents ne peuvent pas s'empêcher de faire preuve d'une créativité très (trop?) poussée lorsqu'il s'agit du choix de leur progéniture. D'autres font carrément preuve de génie.

L’article