DE | FR
Image: AP
Tokyo 2020

Nina Christen triomphe avec une carabine en or et des nerfs d'acier

Après le bronze, la Nidwaldienne est devenue championne olympique de tir, tout en battant un record. Elle espérait secrètement ce titre.
31.07.2021, 09:5401.08.2021, 09:46
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Nina Christen a décroché son titre à la carabine trois positions. Déjà en bronze à la carabine à 10 m il y a une semaine, la soldate de 27 ans évolue sur un nuage. Elle a signé au passage un record olympique (463,9 pts). Un peu distancée après les trente premiers tirs, elle a fini très fort pour devancer deux tireuses russes. C'est la onzième médaille suisse à Tokyo, la deuxième en or.

Nina Christen, aux nerfs d'acier, est montée en puissance au fil de la compétition, finissant sans trembler et avec un œil de lynx au tir debout, après n'être sortie que sixième des qualifications. En finale, au tir debout, elle a mis cinq fois dans le mille (10 points) sur ses cinq derniers tirs.

Sa réaction après le dernier tir

Image: AP

Le tir aux 50 m est sa discipline de prédilection, et elle ne cachait pas ses ambitions pour le titre, après le bronze assez inattendu aux 10 m (carabine air comprimé), sa «moins bonne» épreuve.

«Ma première médaille m'avait un peu étonnée et avait provoqué un tourbillon d'émotions. J'ai pu retrouver toute mon énergie aujourd'hui. Après les qualifications, je n'avais rien à perdre»

Il y a cinq ans aux JO de Rio, la tireuse de Wolfenschiessen (NW) - une commune au nom prédestiné - s'était montrée déçue de sa sixième place. Elle était restée dans l'ombre de l'aînée Heidi Diethelm Gerber, médaillée de bronze au pistolet à 25 m, et n'en avait tiré aucune fierté.

Au Japon, les suiveurs les plus avertis du tir helvétique ne s'attendaient pas à ce que Nina Christen monte deux fois sur le podium, même si elle comptait déjà un titre européen dans la discipline en 2019 et une victoire en Coupe du monde la même année.

Avant ces Jeux, la dernière Suissesse à avoir glané deux médailles aux JO était Gianna Hablützel-Bürki en escrime à Sydney 2000, mais désormais l'épéiste est rejointe par Nina Christen et Belinda Bencic, déjà assurée de deux médailles en tennis avant ses finales et simple et en double.

Le tir est une spécialité helvétique. Le pays de Guillaume Tell s'enorgueillit déjà de 23 médailles olympiques. Mais Nina Christen n'est que la deuxième Suissesse à monter sur le podium et la première à remporter l'or.

«Je ne suis pas du tout consciente de l'importance de cette médaille dans l'histoire du sport suisse. A la maison, je rangerai mes médailles dans la boîte que mon père, qui est sculpteur sur bois, m'a confectionnée»

Pour la Nidwaldienne, c'est aussi une récompense de son courage consistant à tout miser sur sa passion. Elle a abandonné ses études de biologie afin de se consacrer exclusivement au tir et de prendre un statut de soldate à 50% dans le cadre du programme fédéral de Macolin (BE).

Son visage taquin sur le podium était empreint d'une émotion compréhensible. Mais Nina Christen n'en perdait pas son calme caractéristique olympien.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Nati sort un livre pour enfants et ça en dit long sur sa comm'
Avant d'affronter l'Espagne samedi à Saragosse (20 h 45), l'équipe de Suisse a voulu toucher les plus jeunes. C'est le dernier exemple de l'esprit d'ouverture réintroduit sous l'ère Yakin, après les dures années Petkovic.

«Qui a dessiné cette caricature? Je voudrais prendre contact avec l'artiste», plaisante Murat Yakin. Rire général dans la salle de Bad Ragaz. Le sélectionneur national est connu pour son esprit taquin. La question à laquelle il était censé répondre? S'il était satisfait de la manière dont il était dessiné dans un livre pour enfants.

L’article