DE | FR
Nina Christen, of Switzerland, reacts after winning the bronze medal in the women's 10-meter air rifle at the Asaka Shooting Range in the 2020 Summer Olympics, Saturday, July 24, 2021, in Tokyo, Japan. (AP Photo/Alex Brandon)

Image: AP

Tokyo 2020

Nina Christen triomphe avec une carabine en or et des nerfs d'acier

Après le bronze, la Nidwaldienne est devenue championne olympique de tir, tout en battant un record. Elle espérait secrètement ce titre.



Nina Christen a décroché son titre à la carabine trois positions. Déjà en bronze à la carabine à 10 m il y a une semaine, la soldate de 27 ans évolue sur un nuage. Elle a signé au passage un record olympique (463,9 pts). Un peu distancée après les trente premiers tirs, elle a fini très fort pour devancer deux tireuses russes. C'est la onzième médaille suisse à Tokyo, la deuxième en or.

Nina Christen, aux nerfs d'acier, est montée en puissance au fil de la compétition, finissant sans trembler et avec un œil de lynx au tir debout, après n'être sortie que sixième des qualifications. En finale, au tir debout, elle a mis cinq fois dans le mille (10 points) sur ses cinq derniers tirs.

Sa réaction après le dernier tir

Nina Christen, of Switzerland, reacts after the last shot in the women's 50-meter 3 positions rifle at the Asaka Shooting Range in the 2020 Summer Olympics, Saturday, July 31, 2021, in Tokyo, Japan. Christen took the gold medal. (AP Photo/Alex Brandon)

Image: AP

Le tir aux 50 m est sa discipline de prédilection, et elle ne cachait pas ses ambitions pour le titre, après le bronze assez inattendu aux 10 m (carabine air comprimé), sa «moins bonne» épreuve.

«Ma première médaille m'avait un peu étonnée et avait provoqué un tourbillon d'émotions. J'ai pu retrouver toute mon énergie aujourd'hui. Après les qualifications, je n'avais rien à perdre»

Il y a cinq ans aux JO de Rio, la tireuse de Wolfenschiessen (NW) - une commune au nom prédestiné - s'était montrée déçue de sa sixième place. Elle était restée dans l'ombre de l'aînée Heidi Diethelm Gerber, médaillée de bronze au pistolet à 25 m, et n'en avait tiré aucune fierté.

Au Japon, les suiveurs les plus avertis du tir helvétique ne s'attendaient pas à ce que Nina Christen monte deux fois sur le podium, même si elle comptait déjà un titre européen dans la discipline en 2019 et une victoire en Coupe du monde la même année.

La fin de la compétition en image

Vidéo: RTS

Avant ces Jeux, la dernière Suissesse à avoir glané deux médailles aux JO était Gianna Hablützel-Bürki en escrime à Sydney 2000, mais désormais l'épéiste est rejointe par Nina Christen et Belinda Bencic, déjà assurée de deux médailles en tennis avant ses finales et simple et en double.

Le tir est une spécialité helvétique. Le pays de Guillaume Tell s'enorgueillit déjà de 23 médailles olympiques. Mais Nina Christen n'est que la deuxième Suissesse à monter sur le podium et la première à remporter l'or.

«Je ne suis pas du tout consciente de l'importance de cette médaille dans l'histoire du sport suisse. A la maison, je rangerai mes médailles dans la boîte que mon père, qui est sculpteur sur bois, m'a confectionnée»

Pour la Nidwaldienne, c'est aussi une récompense de son courage consistant à tout miser sur sa passion. Elle a abandonné ses études de biologie afin de se consacrer exclusivement au tir et de prendre un statut de soldate à 50% dans le cadre du programme fédéral de Macolin (BE).

Son visage taquin sur le podium était empreint d'une émotion compréhensible. Mais Nina Christen n'en perdait pas son calme caractéristique olympien.

Bild

Plus d'articles sur le sport

Une fighteuse trans met une rouste à sa rivale et crée la polémique

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tokyo 2020

Stressée et dissipée, Naomi Osaka a encore craqué

L'icône des JO s'est inclinée devant Marketa Vondrousova en huitièmes de finale du tournoi de tennis. Et pas d'un peu: 6-1 6-4.

C'était un festival de fautes directes pour Naomi Osaka – 32 au total – avant de concéder une défaite aussi inattendue que sensationnelle. Ecrasée de remords, elle a quitté la conférence de presse en larmes, sans répondre à la dernière question.

La star japonaise a fait illusion en menant 2-0 au second set. Mais celle qui a eu l'honneur d'allumer la flamme olympique est très vite retombée dans ses tourments, peut-être vaincue par la pression.

Naomi Osaka n'avait plus disputé de compétition …

Lire l’article
Link zum Artikel