DE | FR
Vladimir Petkovic, voici pourquoi il est autant critiqué. watson

Image: KEYSTONE

Nati

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

L'entraîneur de l'équipe de Suisse est contesté depuis sept ans, malgré des résultats sans précédents. En un soir, il est devenu un grand rassembleur. Où est la vérité?



Depuis deux jours, les dissidents de Vladimir Petkovic vivent cachés dans les montages ou demandent l'asile politique à la France. Ils savent l'animosité qu'ils encourent - ils ne veulent pas finir au pilori avec ceux qui trempent leur ananas dans la fondue. Ils savent l'inanité de s'opposer aux éloges de la vox populi, puisque cette voix est d'abord un klaxon, et le peuple un gigantesque kop.

«Que veux-tu dire d'un entraîneur qui a battu la France avec Vargas et Fasnacht? Il a fait tout juste. Tu ne peux que t'écraser et oublier le reste»

Un détracteur de Vladimir Petkovic émigré en France

«Le reste»... Mais quoi, au juste? Entre anonymat et protection des témoins, les dissidents romands expliquent que Petkovic «maîtrise parfaitement le français et refuse obstinément de le parler. Difficile de ne pas y voir du mépris».

Switzerlands national football team head coach Vladimir Petkovic poses during a photocall in the hotel Schweizerhof in Lucerne, Switzerland, pictured on August 29, 2014. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Der Schweizer Fussball-Nationaltrainer Vladimir Petkovic posiert am Freitag 29. August 2014 Im Hotel Schweizerhof in Luzern, Schweiz. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Image: KEYSTONE

Les Alémaniques relèvent qu'il parle l'allemand, «mais moins bien aujourd'hui qu'à ses débuts avec la Nati. Or, avec un salaire de 1,45 millions de francs par an, Vladimir Petkovic aurait les moyens de suivre des cours Migros. D'autant que le job de sélectionneur n'est pas le plus prenant du monde».

Tous constatent des deux côtés de la Sarine:

«On le voit rarement dans un stade de Super League. Il se fiche éperdument du football suisse et de son développement. Seule sa carrière l'intéresse»

Trop ci, trop ça, pas assez là: qui s'en soucie aujourd'hui, dans les rues inondées de joie et de bière? Sept années de contestation balayées en 120 minutes: c'est la magie du football, comme ils disent.

Comme Mémé

Pour un peu, Vladimir Petkovic se rêverait un destin à la Aimé Jacquet, un incompris tout comme lui, «un taiseux», «un gueux», «un brave type» dégoté à la boucherie du coin, très précisément celle de Sail-Sous-Couzan, quand l'équipe de France n'intéressait personne. Jaquet était si mal aimé, peu en phase avec son prénom, qu'il a fallu le rebaptiser «Mémé», lui trouver des rudesses de vieil emmerdeur, avant que la victoire ne le transforme en grand humaniste.

Petkovic est un peu pareil, troisième choix après Marcel Koller et Lucien Favre, mêmes postures de persécutés, mêmes moqueries sur son accent, même propension à voir le mal partout. Sepp Blatter disait qu'il était d'une neutralité confondante. Pour Mario Widmer, ancien faiseur de roi à «Blick», il n'avait ni le bon goût du chocolat, ni le prestige des montres, tout juste le charisme d'un pylône de téléphérique.

Switzerlands national football team head coach Vladimir Petkovic poses during a photocall in the hotel Schweizerhof in Lucerne, Switzerland, pictured on August 29, 2014. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Der Schweizer Fussball-Nationaltrainer Vladimir Petkovic posiert am Freitag 29. August 2014 Im Hotel Schweizerhof in Luzern, Schweiz. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Que dira Vladimir Petkovic si, par le plus grand des destins, il remporte l'Euro? Image: KEYSTONE

Il y avait toujours un hic, forcément, quand la Suisse ultra-conservatrice parlait de Petkovic, un nom que l’on ne marie pas facilement à la bonne société zurichoise – d’ailleurs Credit Suisse a continué de sponsoriser Hitzfeld - une stature granitique, une gueule un peu mastoc de Maturin colérique. Et ce regard perché qui, selon les dissidents, doit moins à son mètre nonante qu'à une haute opinion de lui-même (mais maintenant qu'il gagne, on y voit de la timidité).

Après avoir tout entendu, Aimé Jacquet, lui, s'était retiré dans sa longère en promettant de «ne jamais pardonner». Que dira Petkovic si, par le plus grand des destins, il remporte l'Euro?

Bientôt mythique?

Il pourra dire, à tout le moins, que s'il n'écume pas les stades de Super League, Hitzfeld n’a pas davantage «schlagé» dans les buvettes, ni irradié la moindre chaleur humaine à travers son vieil imper gris façon inspecteur Derrick.

Il pourra dire qu'en grande majorité, les joueurs apprécient son tact, sa droiture, sa clarté. Il pourra justifier que sous son autorité, l'équipe de Suisse affiche certes des limites, mais aussi une volonté plus manifeste de les dépasser, une tournure d'esprit orientée plein sud, vers des cultures de possession et de pressing haut... typiquement espagnoles - loin des options frileuses et psychorigides de l’ère Hitzfeld.

Il pourra prouver qu'avec lui, la Suisse a eu un projet de jeu, une certaine idée du football, et que face à la France, elle était seule avec ces idées-là, prête à en mourir.

«Vlado est idéal pour cette équipe. Il en connaît les codes et lui a donné un cadre tactique»

Peter Gilliéron, ancien président de l'ASF

A travers la mystification des champions du monde français, c'est comme si tout un pays avait découvert Petkovic et les avantages de son melting-pot. C'est toute la magie du football qui, en quelques incantations patriotiques, transforme un oiseau de malheur (l'aigle bicéphale) en coucou des grandes heures, un visage fermé en figure patriarcale. ⬇️

Bild

Encore une victoire contre l'Espagne et on fera rimer Petkovic avec helvétique. Encore deux victoires et même Guillaume Tell aura l'air d'un hipster en goguette, détrôné par le «beau Petko» et ses costards que plus personne ne voudra lui tailler.

Plus d'articles sur le sport

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nati

Le débrief de Margairaz: «Je vois la Suisse aller jusqu'en quart de finale»

L'ancien international (18 sélections) regrette le manque d'engagement et de justesse technique de la Nati contre l'Italie (0-3) mais lui prédit un avenir doré.

Xavier Margairaz, est-ce que ça vaut toujours la peine d'aller jusqu'en Azerbaïdjan dimanche pour défier la Turquie, si c'est pour jouer comme ce mercredi?D'abord, je pense qu'on est tombé sur une Italie bien plus forte dans tous les compartiments du jeu, individuellement et collectivement. C'était un match sans pour la Suisse. Mais cette défaite peut être un mal pour un bien.

Dans quel sens?Elle va réveiller tout le monde, booster le groupe.

N'est-ce pas un peu inquiétant de se dire que des …

Lire l’article
Link zum Artikel