DE | FR
Giancarlo Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude». watson

Giancarlo Antognoni (en médaillon lorsqu'il jouait au LS) est admiratif de son équipe nationale. Image: Keystone

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Champion du monde en 1982 avec la Squadra Azzura, passé par le LS en fin de carrière, celui que l'on surnommait le «Michel-Ange du football» (67 ans) savoure la métamorphose du jeu transalpin.

Julien Caloz, Alberto Silini


Giancarlo Antognoni, l'Italie est-elle en train de tomber amoureuse de ses footballeurs?
Oui, il y a un peu de cela! La Squadra azzura a prouvé lors des deux premiers matches du groupe, contre la Turquie puis la Suisse, qu'elle était prête pour faire un grand tournoi. Elle n'a plus perdu depuis 29 matches. Son enchaînement de victoires est une sacrée carte de visite.

Fiche bio

Giancarlo Antognoni est né le 1er avril 1954 à Marsciano, en Ombrie.
Il est l'homme d'un club, la Fiorentina, avec lequel il a disputé 429 rencontres, et dont les supporters lui vouent un culte éternel. Il a terminé sa carrière au Lausanne-Sports entre 1987 et 1989.
Il a revêtu le maillot italien à 73 reprises entre 1974 et 1983. Milieu offensif d'une élégance rare, nommé capitaine lorsque la situation l'exigeait, il faisait partie de l'équipe championne du monde en 1982.
Il occupe aujourd'hui une fonction de manager au sein de la Fiorentina.

On dirait que cette Italie, avec son pressing usant et son jeu tourné vers le camp adverse, n'est plus vraiment italienne.
Il est vrai que la Squadra a longtemps été considérée comme une équipe de contre-attaque, et que son jeu est un peu différent de celui auquel elle nous avait habitué. Mais ce n'est pas une révolution, c'est le foot d'aujourd'hui qui lui permet d'attaquer son adversaire dès la relance du gardien. Et puis Mancini a bien travaillé, il a des jeunes très intéressants.

C'était un milieu offensif aussi redoutable qu'élégant, exactement comme vous. Pourquoi est-il devenu entraîneur et pas vous?
(il rit) Ce sont des choix que l'on fait une fois qu'on arrête de jouer au football. J'ai préféré suivre une carrière de dirigeant plutôt que de coach, un métier qui n'entrait sans doute pas trop dans mes caractéristiques. Entraîner est un métier difficile. On gagne beaucoup d'argent, mais on prend toujours le risque d'être viré.

Bild

L'ancien international aujourd'hui. Image: fiorentina.it

Mancini jouit d'une totale confiance de la part de ses dirigeants. Il a transformé cette équipe, qui ressemble un peu au Real Madrid de Zinédine Zidane.
Il s'agit dans les deux cas d'entraîneurs modernes qui privilégient un jeu porté vers l'avant. Leur philosophie, c'est de presser haut, afin de placer l'adversaire dans une situation qui ne lui permet pas de développer ses actions. Mais beaucoup d'équipes jouent comme ça.

C'est le signe que la mentalité des entraîneurs a changé.
Tout à fait. Ils cherchent désormais à gagner des matches.

On dit que la culture de jeu des grandes équipes sont au-dessus des hommes. Or, la Squadra Azzura a souvent changé de visage en même temps que de sélectionneur ces dernières années, comme si elle était le fruit de la vision d'un technicien plus que d'une philosophie nationale.
(Il élude un peu la question) Mancini a toujours entraîné des équipes fortes comme la Lazio, l'Inter ou Manchester City avec, lors de chacun de ces mandats, une obligation de réussite. Il a transmis cette mentalité de gagnant à son groupe actuel.

Italy's manager Roberto Mancini gives instructions during the Euro 2020 soccer championship group A match between Italy and Switzerland at Olympic stadium in Rome, Wednesday, June 16, 2021. (Ettore Ferrari, Pool via AP)

La classe à l'italienne. Image: AP Pool EPA

Observez-vous dans l'équipe actuelle une sorte d'identité footballistique italienne, déjà présente dans les années 80, et qui aurait survécu aux renouvellements des générations?
Oui. L'Italie s'est toujours articulée autour d'un noyau collectif fort, tout en s'appuyant sur des individualités capables de faire la différence. Il y en avait de nombreuses à mon époque et il y en a aujourd'hui encore: Immobile, Chiesa, Berardi.

Locatelli?
Oui. Il a marqué deux fois contre la Suisse, ce qui est assez inhabituel, compte tenu de son rôle à mi-terrain. Mais il a une vraie tendance naturelle à attaquer.

Pour cette même qualité, et parce que vous étiez surtout très beau à voir jouer, le public vous surnommait le «Michel-Ange du foot». Y'en a-t-il encore?
(il rit). C'est une bonne question. Disons qu'aujourd'hui, on ne peint plus comme à l'époque. Le collectif prime sur l'artiste. Les individualités sont évidemment toujours importantes, parce qu'elles peuvent faire basculer le cours d'un match. Mais l'entraîneur privilégiera toujours le collectif. Au final, les joueurs capables de changer l'histoire d'une partie ne sont pas nombreux.

Bei der Alpencup-Begegnung Lausanne-Sports gegen Aarhus aus Daenemark am Samstag 18. Juli 1987 in Lausanne, die 1:1 endete, kommt der italienische Altstar Giancarlo Antognoni, links, erstmals fuer seinen neuen Club Lausanne-Sport zu Einsatz. (KEYSTONE/Str)

Le magicien Antognoni avec le maillot du LS pour la première fois, le 18 juillet 1987 contre Aarhus. Image: KEYSTONE

Qui sont-ils?
Vous les connaissez tous: Messi, Ronaldo, bien qu'ils ne soient plus tout jeunes. Mbappé et Lukaku font aussi partie de ce genre de joueurs. Ce sont des individualités que le collectif sublime.

Dites-nous enfin: l'Italie va-t-elle remporter l'Euro?
(il rit). C'est en tout cas l'une des équipes candidates au titre. Une sélection bien construite avec des joueurs phénoménaux.

Plus d'articles sur le sport

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nati

Le débrief de Margairaz: «Je vois la Suisse aller jusqu'en quart de finale»

L'ancien international (18 sélections) regrette le manque d'engagement et de justesse technique de la Nati contre l'Italie (0-3) mais lui prédit un avenir doré.

Xavier Margairaz, est-ce que ça vaut toujours la peine d'aller jusqu'en Azerbaïdjan dimanche pour défier la Turquie, si c'est pour jouer comme ce mercredi?D'abord, je pense qu'on est tombé sur une Italie bien plus forte dans tous les compartiments du jeu, individuellement et collectivement. C'était un match sans pour la Suisse. Mais cette défaite peut être un mal pour un bien.

Dans quel sens?Elle va réveiller tout le monde, booster le groupe.

N'est-ce pas un peu inquiétant de se dire que des …

Lire l’article
Link zum Artikel